Yahyâ ibn Hamzah Al-Mu’ayyad

Yahyâ ibn Hamzah Al-Mu'ayyad était un calife zaydite au Yémen de 1328 à 1346, lointain descendant de Ali ar-Rida.

Yahyâ ibn Hamzah Al-Mu'ayyad
Fonction
Imam du Yémen (en)
-
Al-Mahdi Muhammad bin al-Mutahhar (en)
Al-Mutawakkil al-Mutahhar (en)
Biographie
Naissance
Décès
Nom dans la langue maternelle
يحيى بن حمزة بن علي الحُسيني العلويVoir et modifier les données sur Wikidata
Surnom
المُؤيد باللهVoir et modifier les données sur Wikidata
Activités
Autres informations
Religion
Titre honorifique
Imam (d)

GénéalogieModifier

Il est Yahyâ fils de Hamzah fils de 'Alî fils de Ibrâhîm fils de Yusuf fils de 'Alî fils de Ibrâhîm fils de Muhammad fils de Ahmad fils de Idrîs fils de Ja'far fils de 'Alî fils de Muhammad fils de 'Alî fils de Musa fils de Ja'far fils de Muhammad fils de 'Alî fils de Al-Husayn fils de 'Alî ibn Abî Tâlib et Fâtimah fille du Prophète.[1]

BiographieModifier

Il était un membre influent de l'élite zaydite, tant sur le plan religieux que politique. Après le décès de l'imam Muhammad ibn Al-Mutahhar Al-Mahdî en 1328, dont le règne fut marqué par la conquête de vastes territoires montagneux tenus par la dynastie des Rassoulides, dont Sanaa, ville très importante d'un point de vue commercial comme politique, Yahyâ Al-Mu'ayyad s'imposa comme la figure suprême des Zaydites et pris rapidement place à Sanaa, alors disputée par d'autres prétendants à la succession de Muhammad ibn Al-Mutahhar. Avec cette ville comme base, il partit en guerre contre les groupes ismaéliens de la tribu Hamdan dans le Wadi Dahr. Quant aux Rassoulides, ils n'étaient pas en mesure de reprendre leurs territoires perdus durent se résoudre à laisser les positions Zaydites tranquilles.

Yahyâ Al-Mu'ayyad mourut en 1346 (ou en 1349 selon une autre version) et fut enterré à Dhamar. À sa mort, Sanaa fut saisie par deux frères d'obédience zaydite : Ibrahim et Dâwud fils de 'Abdi Llâh, qui gouvernèrent la région en tant que gouverneurs sans revendiquer le titre de calife. Leur famille contrôlera Sanaa jusqu'en 1381.

OuvragesModifier

L’imam était un érudit de renom et composa le célèbre ouvrage Al-Intisâr 'alâ 'Ulamâ Al-Amsâr, qui est le livre de droit comparé le plus complet issu du Zaydisme, rapportant les divergences des juristes zaydites sur l'ensemble des règles islamiques et leurs arguments légaux, ainsi que les avis des écoles de droit sunnite.

Il rédigea également Ad-Da'wat ul-'Ammah, un ouvrage encourageant à la lutte pour la foi correcte.[2] On disait généralement que le nombre de pages qu'il écrivit était égal au nombre de jours qu'il vécut.[3]

Voir aussiModifier

Notes et référencesModifier

  1. Enzyklopädie des Islam, Vol. IV. Leiden 1934, p. 1296; http://www.hamidaddin.net/ftree/Zain13_AlHadiSharafaddin.htm (in Arabic).
  2. Carl Brockelmann, Geschichte der arabischen Litteratur, Vol. I. Leiden 1943, p. 237.
  3. Enzyklopädie des Islam, Vol. IV. Leiden 1934, p. 1296.