William Mure (1718-1776)

William Mure ( - ), connu sous le nom de William Mure de Caldwell, était un avocat et un homme politique écossais. Il devint un baron du Trésor écossais et fut un ami du premier ministre Lord Bute et de David Hume [1] [2].

William Mure
Image dans Infobox.
Fonctions
Membre du 11e Parlement de Grande-Bretagne (d)
Membre du 9e Parlement de Grande-Bretagne (d)
Membre du 10e Parlement de Grande-Bretagne (d)
Biographie
Naissance
Décès
Voir et modifier les données sur Wikidata (à 57 ans)
Formation
Activité
Père
William Mure of Caldwell (d)Voir et modifier les données sur Wikidata
Mère
Anne Steuart (d)Voir et modifier les données sur Wikidata
Conjoint
Katherine Graham (d)Voir et modifier les données sur Wikidata
Enfants
Catherine Mure (d)
William Mure of Caldwell (d)
James Mure (d)Voir et modifier les données sur Wikidata

JeunesseModifier

Il est né à la fin de 1718, fils aîné et successeur de William Mure de Caldwell à Ayr et Renfrewshire, et de son épouse Anne Stewart, fille de Sir James Stewart (1635-1713) (en)[3], avocat et veuve de James Maxwell de Blawarthill . Le frère de sa mère était James Stewart (1er baronnet) (en) (1681-1727) [4]. Par son père, il descend de William Mure (écrivain) (en) (1594-1657), l'écrivain et descendant des Mures de Rowallan [5]. Il avait une sœur, Agnes Mure (décédée en 1758), qui épousa Rev. Patrick Boyle (1717-1798), fils de John Boyle (2e comte de Glasgow) [6].

Son père mourant en , il fut élevé chez lui par sa mère, sous la tutelle de William Leechman (en) ; plus tard, Mure aida Leechman à occuper le poste de directeur de l’Université de Glasgow [2].

CarrièreModifier

Diplômé de Université de Glasgow en 1730, Mure étudia le droit à Édimbourg et à Leyde et voyagea en 1741 en France et en Hollande. De retour en Écosse en , il fut élu député du Renfrewshire, siège qu'il occupa sans opposition durant trois parlements jusqu'en 1761, date à laquelle il fut nommé baron de l'échiquier écossais [7],[3]. Il parlait rarement et fréquentait le Parlement de manière irrégulière, son principal intérêt étant l'amélioration de l'agriculture [1] [2] [8].

Il est surtout connu comme l'ami de Lord Bute et David Hume [9]. Il a aidé Bute dans la gestion de ses domaines, est devenu un ami et un conseiller proches et, à mesure que Bute a progressé dans la vie politique, a été l'un des hommes les plus influents d'Écosse, avec la distribution du mécénat écossais. Il a beaucoup correspondu avec Hume à partir de 1742 et Hume a visité la maison de Mure à Abbey Hill, près de Holyrood. À propos de son histoire, Hume écrivit à Mure en 1756: "Si vous ne dites pas que j'ai rendu justice aux deux parties, et si Mme Mure ne regrette pas le pauvre roi Charles, je brûlerai tous mes papiers et je reviendrai à la philosophie." [2].

En 1764 et 1765, il est lord recteur de l'Université de Glasgow. Il est battu pour ce poste en 1776.

Il était connu dans la société littéraire écossaise et avait publié des textes privés sur l'Économie politique. Les lettres qui lui sont adressées et d'autres documents sont publiés avec un portrait dans les «Caldwell Papers», vol. ii. et iii. [2] [10].

Vie privéeModifier

En 1752, il épouse Anne Grahame, fille de James Grahame, Lord Easdale (1696-1750) [11]. Lord Easdale, le deuxième fils de John Graham de Dougalston (1669-1722) [12],[13] devint avocat le . Il fut nommé juge de la Cour de session le , succédant à Robert Dundas d'Arniston, et reçut le titre de Lord Easdale. Il ne servit que brièvement, puisqu'il mourut à Édimbourg en . Ensemble, William et Anne ont eu deux fils et quatre filles:

  • William Mure (d. 1831), colonel de la milice de Renfrew qui a également été lord recteur de l' Université de Glasgow (1793-1794), qui a épousé Anne Blair (d. 1854)[14], fille de Sir James Hunter Blair (1er baronnet) (1741-1787) de Dunskey, Wigtownshire.
  • James Mure [4]
  • Catherine Mure, mariée à James Rannie (1733-1805)

Il mourut à Caldwell le d'une crise de goutte à l'estomac[3].

RéférencesModifier

  1. a et b William Mure. Glasgow University (multi-tab page)
  2. a b c d et e Hamilton 1894.
  3. a b et c Lady Haden-Guest, « MURE, William (1718-76), of Caldwell, Renfrew. », www.historyofparliamentonline.org, The History of Parliament Trust (consulté le 27 janvier 2017)
  4. a et b H. Pirie-Gordon, editor, Burke's Genealogical and Heraldic History of the Landed Gentry, 15th edition, (London, England: Burke's Peerage Ltd, 1937), page 1651. Hereinafter cited as Burke's Landed Gentry, 15th ed.
  5. Wroth 1894.
  6. « Person Page - Anne Steuart », www.thepeerage.com, The Peerage (consulté le 27 janvier 2017)
  7. (en) « William Mure (Mure, William, baron of the Scots exchequer, 1718-1776, bookplate) », onlinebooks.library.upenn.edu (consulté le 27 janvier 2017)
  8. (en) Matthew Eddy, The language of mineralogy : John Walker, chemistry and the Edinburgh Medical School, 1750-1800, Farnham, Ashgate Publishing, Ltd., 309 p. (ISBN 978-0-7546-6332-4, lire en ligne)
  9. (en) Colin Russell, Who Made the Scottish Enlightenment? : A Personal, Biographical and Analytical Enquiry, Xlibris Corporation, (ISBN 978-1-4990-9105-2, lire en ligne)
  10. William Mure, Hew Mure, Thomas Robinson, William Mure, Jardine et Mure, Selections from the family papers preserved at Caldwell .., Paisley, A. Gardner, (lire en ligne)
  11. (en) George Brunton, David Haig et James S. Lockhart, An Historical Account of the Senators of the College of Justice : From Its Institution in MDXXXII, Glasgow | Aberdeen | London, Edinburgh Printing Company, (lire en ligne)
  12. « John Graham b. 20 May 1669 d. 1722: MacFarlane Clan & Families Genealogy », www.clanmacfarlanegenealogy.info (consulté le 27 janvier 2017)
  13. (en) « Dougalston », www.parksandgardens.org (consulté le 27 janvier 2017)
  14. (en) Dudley Moore, Edward Rowlands et Nektarios Karadimas, In Search of Agamemnon : Early Travellers to Mycenae, Newcastle, Cambridge Scholars Publishing, , 191 p. (ISBN 978-1-4438-5776-5, lire en ligne)