Willem Frijhoff

historien néerlandais francophone
Willem Frijhoff
Biographie
Naissance (79 ans)
Zutphen (Gueldre)
Nationalité Drapeau des Pays-Bas Néerlandaise
Thématique
Formation Histoire, philosophie, théologie
Titres Professeur
Profession Historien et professeur d'université (d)Voir et modifier les données sur Wikidata
Employeur Université Érasme de Rotterdam, École des hautes études en sciences sociales et université libre d'AmsterdamVoir et modifier les données sur Wikidata
Travaux École et société dans la France d'Ancien Régime,
Lieux de mémoire et identités nationales,
Histoire de la diffusion et de l'enseignement du français dans le monde
Approche École des Annales
Intérêts Histoire des mentalités, transmission des idées, histoire de l'éducation
Idées remarquables processus de la transmission culturelle
Distinctions Prix Descartes-Huygens () et chevalier de l'ordre national du Mérite (d)Voir et modifier les données sur Wikidata
Membre de Académie royale néerlandaise des arts et des sciences et Academia Europaea (depuis )Voir et modifier les données sur Wikidata
Données clés

Willem Frijhoff, né à Zutphen (Pays-Bas) le (79 ans), est un historien néerlandais. Il a apporté une contribution importante à l'introduction de l'histoire des mentalités dans la tradition de la revue historique française des Annales aux Pays-Bas. Il est également l'auteur d'articles et d'ouvrages sur la diffusion du néerlandais et du français dans le monde.

BiographieModifier

FormationModifier

De 1960 à 1966, il fait des études de philosophie et de théologie au grand séminaire de l'archevêché d'Utrecht[1]. De 1966 à 1971, il étudie l'histoire et les sciences sociales à Paris, à la Sorbonne (Faculté des lettres, Paris I et Paris IV) puis à l'École pratique des hautes études (6e section) devenue l'École des hautes études en sciences sociales (cent), où il est assistant de 1971 à 1981 au Centre d'anthropologie religieuse européenne du professeur Alphonse Dupront. À partir de 1977, il collabore également au département d'histoire de l'éducation de l'Institut national de recherche pédagogique (INRP)[1].

En 1981, il obtient son doctorat à l'université de Tilbourg. De 1981 à 1983 il y est assistant de recherche[1].

De 1983 à 1997, il est professeur d'histoire sociale (chaire d'histoire culturelle et d'histoire des mentalités des sociétés pré-industrielles) à l'université Érasme de Rotterdam.

Il est docteur honoris causa de l'université de Mons-Hainaut (Belgique) (histoire de l'éducation) depuis 1998[1].

Il est un des fondateurs de la Société internationale d'histoire du français langue étrangère et seconde (SIHFLES)[2]. Il est membre de l'Académie royale néerlandaise des arts et des sciences, de la Commission internationale pour l'histoire des universités (CIHU)[3] et nombreuses autres sociétés savantes.

De 1997 à sa retraite en 2007, il est professeur d'histoire moderne à l'Université libre d'Amsterdam (Vrije Universiteit), où il succède à Arie van Deursen (nl). Il est doyen de faculté de 2002 à 2006[1]. Il est aujourd'hui professeur émérite.

Vie personnelleModifier

Wilhelmus Theodorus Maria Frijhoff vit à Rotterdam et est marié à Sabine de Mezamat de Lisle ; ils ont une fille, Laia Fleur Aurélie, née en 1985.

ŒuvreModifier

Ses centres d'intérêts scientifiques comprennent des processus historiques de la transmission culturelle (éducation familiale, éducation, culture de la lecture), de la mémoire collective, la perception et l'identité des personnes, des groupes et des villes. Il travaille sur l'anthropologie historique (la magie, la santé, le corps, les miracles), et les formes de l'expérience religieuse à l'Époque moderne.

Il a dirigé la publication de l'histoire de sa ville natale de Zutphen (Zutphen, 1989. réimpression. 2003) ainsi que celle de Dordrecht (3 parties, Hilversum, 1996-2000 (ISBN 978-90-6550-600-9))[4]. Il a également dirigé le tome 2 de l'édition de l'histoire d'Amsterdam, (Nimègue, 2004-2005).

En 2011 il a participé à l’Atlas historique de Zutphen, publié par Vantilt[5].

BibliographieModifier

  • École et société dans la France d'Ancien Régime, avec Dominique Julia, Armand Colin, 1975. (couronné comme Le Choix des Annales)
  • La Société néerlandaise et ses gradués, 1575-1814. Une recherche sérielle sur le statut des intellectuels à partir des registres universitaires, Amsterdam/Maarssen: APA, 1981 (thèse de doctorat)
  • Lieux de mémoire et identités nationales, co-édité avec Pim den Boer, Amsterdam AUP, 1993,
  • Histoire de la diffusion et de l'enseignement du français dans le monde, avec André Reboullet, Le Français dans le monde, 1998
  • Javier Suso López, Plurilinguisme et enseignement des langues en Europe ; Aspects historiques, didactiques et sociolinguistiques : trois regards (Willem Frijhoff, Daniel Coste, Pierre Swiggers) en parallèle, Grenade, 2010[6]
  • Prophètes et sorciers dans les Pays-Bas | XVIe et XVIIIe siècles, avec Robert Muchembled et Marie-Sylvie Dupont-Bouchat, Hachette-Littérature, 1978
    • Witchcraft in the Netherlands from the fourteenth to the twentieth century, avec Marijke Gijswijt-Hofstra, Rotterdam UP, 1991
  • Willem Frijhoff, Jan Sperna Weilan, Erasmus of Rotterdam, the Man and the Scholar, Leyde, Brill, 1988
  • Nederland betoverd, Bataafsche Leeuw, 1987 (ISBN 978-906-707-158-1)
  • Catherine Secretan et Willem Frijhoff (dir.), Dictionnaire des Pays-Bas au Siècle d'or, CNRS éditions, 2018.

Avec une équipe comportant notamment Niek Pas (nl) (université d'Amsterdam), Bertrand Van Ruymbeke (Institut français / Maison Descartes, Amsterdam) et Thomas Beaufils (Réseau franco-néerlandais, Lille et Ambassade de France aux Pays-Bas) il prépare un Manuel des relations franco-néerlandaises, qui devrait paraître en français et en néerlandais[1].

ArticlesModifier

(liste partielle[2])

  • « Modèles éducatifs et circulation des hommes: les ambiguïtés du second Refuge », in: La Révocation de l'Édit de Nantes et les Provinces-Unies, 1685. Colloque international du Tricentenaire, Leyde, 1- (Amsterdam/Maarssen: APA - Holland University Press, 1986), p. 51–75.
  • « Le Français et son usage dans les Pays-Bas septentrionaux», in: Documents pour l'histoire du français langue étrangère ou seconde, no 3 (), p. 1–8.
  • « L'usage du français en Hollande, XVIIe et XIXe siècles : propositions pour un modèle d'interprétation », in: Études de linguistique appliquée, nouvelle série, no 78 (avril-), p. 17–26.
  • « Damiette appropriée : la mémoire de croisade, instrument de concorde civique, Haarlem, XVIe et XVIIIe siècles », Revue du Nord, 2006 vol. 88, no 364
  • « Le Plurilinguisme des élites en Europe de l'Ancien Régime au début du XXe siècle », in: Le Français dans le Monde. Numéro spécial: Vers le plurilinguisme des élites, éd. Daniel Coste & Jean Hébrard (février-), p. 120–129.
  • « Comenius et les Pays-Bas : une interprétation», in: Hana Voisine-Jechová (éd.), La visualisation des choses et la conception philosophique du monde dans l'œuvre de Comenius (PUP-Sorbonne, 1994), p. 19–39.
  • « La formation des négociants de la République hollandaise » in: Franco Angiolini & Daniel Roche (éd.), Cultures et formations négociantes dans l'Europe moderne, Éd. de l'EHESS, 1995, p. 175–198.
  • Autodidaxies, XVIIe et XIXe siècles : Jalons pour la construction d'un objet historique, Histoire de l'éducation, no 70 (), p. 5–27.
  • « Le Français en Hollande après la Paix de Westphalie : langue d'immigrés, langue d'envahisseurs, ou langue universelle ? », in: Documents pour l'histoire du français langue étrangère ou seconde, no 18 (), p. 329–350.
  • « Le Paris vécu des Néerlandais : de l'Ancien Régime à la Restauration », in: Marie-Christine Kok Escalle (éd.), Paris : de l'image à la mémoire. Représentations artistiques, littéraires, socio-politiques (Amsterdam & Atlanta: Rodopi, 1997), p. 8–36.

DistinctionsModifier

Il a obtenu en 2010 le prix scientifique franco-néerlandais Descartes-Huygens décerné par l'Académie royale néerlandaise des arts et des sciences et l'Académie des sciences de l'Institut de France[7].

Lien externeModifier

Notes et référencesModifier