Ouvrir le menu principal

Wilfrid Lacroix

architecte et homme politique québecois
Page d'aide sur l'homonymie Pour l’article homonyme, voir Lacroix.
Wilfrid Lacroix
Fonction
Député de la Chambre des communes du Canada
Biographie
Naissance
Décès
Voir et modifier les données sur Wikidata (à 79 ans)
QuébecVoir et modifier les données sur Wikidata
Nationalité
Activités
Autres informations
Parti politique

Wilfrid Lacroix (-) est un architecte et homme politique fédéral québécois.

BiographieModifier

Né à Québec, il travailla comme architecte et l'une de ses œuvres est le pavillon Gérard-Morisset du Musée national des beaux-arts du Québec qui ouvrit ses portes en 1933. Il entama sa carrière politique en servant comme échevin dans le conseil municipal de Québec de 1928 à 1933.

Élu député Parti libéral du Canada dans la circonscription fédérale du Québec—Montmorency en 1935, il fut réélu en 1940. Il quitta le caucus libéral en 1944 pour siéger comme libéral indépendant jusqu'en 1949. Réélu en 1953 et en 1957, il fut défait par le progressiste-conservateur Robert Lafrenière en 1958.

En 1939, il présenta à la Chambre des communes une pétition réunissant 127 364 signatures, amassées par la Société Saint-Jean-Baptiste dénonçant l'immigration et spécialement l'immigration des Juifs. Peu après, lorsque le gouvernement déclara la guerre à l'Allemagne et entra dans la Deuxième Guerre mondiale, Lacroix et son collègue libéral Liguori Lacombe introduisirent un amendement de non-participation à la guerre avec pour objectif de montrer l'hésitation des Canadiens français à joindre les Britanniques dans le conflit. En 1944, il quitta le caucus libéral avec trois autres députés libéraux, pour s'allier au mouvement contre la conscription dirigé par Frédéric Dorion. Lors de son passage sur les banquettes de l'opposition, il déclara Trahison au Premier ministre William Lyon Mackenzie King.

Voir aussiModifier