Ouvrir le menu principal

Wilfred Monod

théologien protestant français
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Monod.
Wilfred Monod
Wilfred Monod par Maximilien Vox.png
Biographie
Naissance
Décès
Voir et modifier les données sur Wikidata (à 75 ans)
ParisVoir et modifier les données sur Wikidata
Nationalité
Formation
Activité
Enfants
Parentèle
Autres informations
Religion
Parti politique
Archives conservées par
Bibliothèque de la Société de l'histoire du protestantisme français (d) (020Y)Voir et modifier les données sur Wikidata

William Frédéric Monod dit Wilfred Monod, né le à Paris et mort le dans la même ville, est un pasteur et théologien réformé français. Pasteur au temple protestant de l'Oratoire du Louvre de 1907 à 1938, c'est une figure historique du christianisme social.

BiographieModifier

Wilfred Monod, fils du pasteur Théodore Monod (1836-1921) et de Gertrude Monod (1846-1878) fait partie de la descendance de Jean Monod et de Louise de Coninck[1]. Il fait ses études à la Faculté de théologie protestante de Montauban, où il soutient une thèse pour le grade de bachelier en théologie intitulée Les bases psychologiques du dogme de la rédemption en 1891[2]. Il soutient en 1901 une thèse de doctorat en théologie intitulée L'espérance chrétienne à la Faculté de théologie protestante de Paris et il est professeur dans cette même faculté[3].

Il est d'abord pasteur en Normandie, à Condé-sur-Noireau et à Rouen. De 1907 à 1938 il est pasteur du temple protestant de l'Oratoire du Louvre à Paris[4],[5]. Il y assure l'éducation religieuse des jeunes protestants du quartier des Halles et des enfants de familles défavorisées. En 1911, il fonde ainsi l'École du Jeudi, rebaptisée ensuite La Clairière, selon ses mots « un espace défriché, libre et clair dans la sombre forêt »[6]. En 1935, elle devient une association loi de 1901. Elle existe toujours, est membre du Centre d'action social protestant (CASP)[7]. Son centre historique est au 60 rue Greneta, dans le 2e arrondissement de Paris.

En 1923, il créé avec son fils le naturaliste Théodore Monod, le Tiers-Ordre des Veilleurs, une fraternité de prière. Centrée sur la vie chrétienne pratique et la méditation de la Bible, la Fraternité et régie par une Règle, sous la direction d'un(e) Prieur(e). Les membres s'engagent notamment à prier trois offices quotidiens et à s'imprégner des Béatitudes.

Wilfried Monod est aux côtés d'Élie Gounelle, l'une des figures phare du Christianisme social et un pionnier du mouvement œcuménique en France[8],[9],[10]. Il meurt le 9 mai 1943 dans Paris occupé.

PublicationsModifier

  • Aux croyants et aux athées, Fischbacher, Paris, 1906.
  • (en collaboration avec P. Pflüger), Socialisme et christianisme. Volksdrukkerij, Gand, 1908.
  • À Paris et ailleurs (Échos et reflets), Fischbacher, Paris, 1912, disponible sur Gallica
  • Verdun (un diptyque), Fischbacher, Paris, 1922, disponible sur Gallica
  • La Nuée de témoins, Fischbacher, Paris, 1929.
  • Le Problème du Bien. Essai de théodicée et journal d'un pasteur, Félix Alcan, Paris, 1934, 3 vol., 986 p. ; tome I (1 141 p.) ; tome II (741 p.), tome III (985 p.), disponible sur Gallica

Notes et référencesModifier

  1. Philippe Vassaux, « Famille Monod (Jean, Frédéric, Gabriel, Adolphe, Wilfred et Théodore...) », sur Oratoire du Louvre, (consulté le 9 novembre 2018)
  2. Thèse de baccalauréat, 1891, notice du Sudoc, consultée en ligne le 13.07.15.
  3. « Wilfred Monod (1867-1943) », sur www.museeprotestant.org, Musée protestant
  4. Laurent Gagnebin, « Wilfred Monod (1867 - 1943) », sur Oratoire du Louvre, (consulté le 9 novembre 2018)
  5. Wilfried Monod, « Après la Victoire - discours prononcé par le Pasteur Wilfred Monod », sur Oratoire du Louvre, (consulté le 9 novembre 2018)
  6. « Histoire de La Clairière | LA CLAIRIERE », sur www.laclairiere.org (consulté le 9 novembre 2018)
  7. « Centre d'action sociale protestant | Accueil », sur www.casp.asso.fr (consulté le 4 décembre 2019)
  8. Klaus-Peter Blaser, « Élie Gounelle et Wilfred Monod, chefs de file français du socialisme chrétien », Autres Temps, vol. 66, no 1,‎ , p. 73–82 (DOI 10.3406/chris.2000.2201, lire en ligne, consulté le 4 décembre 2019)
  9. André Gounelle, « La providence selon Wilfred Monod », sur andregounelle.fr
  10. Laurent Gagnebin, « Un anniversaire pour un christianisme social », Évangile et Liberté,‎ (Un anniversaire pour un christianisme social)

Voir aussiModifier

BibliographieModifier

  • Laurent Gagnebin, Christianisme spirituel et christianisme social : la prédication de Wilfred Monod (1894-1940), Labor et Fides, Genève, diffusion Bégédis, Paris, 1987, 470 p. (ISBN 2-8309-0093-6)
  • Étienne Grosjean (prêtre), « Wilfred Monod et le début des Veilleurs », in Les Cahiers des Veilleurs, 1994, no 6, 36 p.
  • Bernard Reymond, « La démission de Wilfred Monod », in Théologien ou prophète, les francophones et Karl Barth avant 1945, L'Âge d'Homme, Lausanne, 1985, p. 162-173, (ISBN 9782825130834)
  • Lilian Seitz, Wilfred Monod, lieux théologiques de son ministère : le christianisme social et l'œcuménisme, Faculté libre de théologie protestante, Montpellier, 2011, 64 p. (mémoire de master professionnel)

Articles connexesModifier

Liens externesModifier