Wei Zhuang

poète chinois
Wei Zhuang
Naissance
Décès
Auteur
Langue d’écriture chinois
Genres
ci, shi

Œuvres principales

Qin fu yin

Wei Zhuang (chinois simplifié : 韦庄 ; chinois traditionnel : 韋莊 ; Wade-Giles : Wei Chuang ; EFEO Wei Tchouang), né en 836, mort en 910, est un poète chinois.

BiographieModifier

Wei Zhuang a vécu durant la période de troubles qui a vu la chute de la dynastie des Tang. Il se met alors au service de l'État de Shu, au Sichuan[1].

ŒuvreModifier

En tant que poète, Wei Zhuang est connu pour avoir été l'un des premiers, et l'un des meilleurs, auteurs de ci. Ses ci se caractérisent à la fois par leur galanterie et leur couleur populaire[1].

Son œuvre maîtresse est cependant un shi (en), les Qin fu yin (Lamentations de la dame de Qin). Ses 238 vers en font l'un des plus longs poèmes de la poésie chinoise. Inspiré par le Chant des regrets éternels de Bai Juyi, le poème raconte la prise de la capitale des Tang avec des images violentes et réalistes, procédé inhabituel dans la littérature chinoise. Wei Zhuang avait demandé que son poème soit détruit, mais des fragments découverts parmi les manuscrits de Dunhuang ont permis de le restituer[1].

Manuscrits de DunhuangModifier

TraductionsModifier

  • Paul Demiéville (dir.), Anthologie de la poésie chinoise, Gallimard, coll. « Poésie », 1962, p. 343 et 350-351.
  • François Cheng, L'Écriture poétique chinoise, suivi d'une anthologie des poèmes des Tang, Seuil, coll. « Points », 1977, rééd. 1996, p. 273-274

RéférencesModifier

  1. a b et c F. Martin, dans André Lévy (dir.), Dictionnaire de littérature chinoise, Presses universitaires de France, coll. « Quadrige », 1994, rééd. 2000, p. 322.

BibliographieModifier

  • (en) Christopher M. B. Nugent, « The Lady and Her Scribes: Dealing with the Multiple Dunhuang Copies of Wei Zhuang's “Lament of the Lady of Qin” », Asia Major, vol. 20, 2007 [PDF] [lire en ligne]
  • (en) John Timothy Wixted, The Song-poetry of Wei Chuang (836-910 A.D.), Center for Asian Studies, Arizona State University, 1979
  • Robin D.S. Yates, Washing Silk: The Life and Selected Poetry of Wei Chuang, Council on East Asian Studies, Harvard University, 1988

Voir aussiModifier

Sur les autres projets Wikimedia :