Wefaq

parti politique

Le Wefaq, ou Al Wefaq National Islamic Society (en arabe : جمعية الوفاق الوطني الإسلامية[1], en anglais : Al Wefaq National Islamic Society, ou Al Wifaq ), est un parti chiite de Bahreïn. Il s'agit du plus grand parti d'opposition à la monarchie de Bahreïn, sunnite. Il s'agit du plus grand parti[2] de cet État, à la fois en termes de membres que de sièges obtenus[2] lors des différentes élections[3]. Il réclame également une véritable monarchie constitutionnelle.

Le parti Al Wefaq recueille 64 % des voix lors des élections générales de 2010, mais seulement 18 des 40 parlementaires élus. Ce déséquilibre s'explique par un découpage politique conçu pour réduire le nombre de sièges susceptibles d’être gagnés par l'opposition : ainsi, les circonscriptions à majorité chiite sont dimensionnées pour être jusqu'à six fois plus peuplées que celles considérées comme loyalistes. Le parti est ciblé par la répression lors du soulèvement bahreïnien de 2011[4].

Le , un tribunal de Bahreïn confirme en appel (la justice avait statué une première fois le ) la dissolution de Wefaq. Cette décision est largement critiquée à l'échelle internationale, dont les États-Unis, pourtant alliés au pays[5].

Notes et référencesModifier

  1. Transcription : Jam'īyat al-Wifāq al-Watanī al-Islāmīyah
  2. a et b (en) « US embassy cables: Guide to Bahrain's politics », sur The Guardian, (consulté le ).
  3. Le parti ayant décidé de boycotter les élections de 2014, il n'a plus d'élus
  4. Marc Pellas, « Une monarchie de plomb règne sur Bahreïn », sur Le Monde diplomatique, (consulté le )
  5. « Bahreïn : dissolution du principal mouvement chiite », Le Figaro, vendredi 23 septembre 2016, page 8.

Articles connexesModifier