Vol American Airlines 444

Vol American Airlines 444
Un Boeing 727-223 d'American Airlines (immatriculé N844AA) similaire à celui impliqué dans l'incident du vol AA 444. À noter qu'il fut lui aussi victime d'un incident en 2003.
Un Boeing 727-223 d'American Airlines (immatriculé N844AA) similaire à celui impliqué dans l'incident du vol AA 444. À noter qu'il fut lui aussi victime d'un incident en 2003.
Caractéristiques de l'accident
Date
TypeExplosion partielle
CausesAttentat à la bombe (tentative)
SiteÀ proximité de l'aéroport international de Washington-Dulles
Coordonnées 38° 57′ 11″ nord, 77° 27′ 00″ ouest
Caractéristiques de l'appareil
Type d'appareilBoeing 727-223
CompagnieAmerican Airlines
Lieu d'origineAéroport international O'Hare, Chicago, États-Unis
Lieu de destinationAéroport national de Washington, Arlington, États-Unis
PhaseCroisière
Passagers72
Équipage6
Morts0
Blessés12
Survivants78

Géolocalisation sur la carte : États-Unis
(Voir situation sur carte : États-Unis)
Vol American Airlines 444

Le vol American Airlines 444 est un vol commercial intérieur américain pris pour cible par l'Unabomber Ted Kaczynski le .

AttentatModifier

Le , une bombe que l'Unabomber Ted Kaczynski avait envoyée par la poste aérienne fut chargée dans la soute du Boeing 727-223 opérant le vol American Airlines 444 entre l'aéroport international O'Hare de Chicago et l'aéroport national de Washington. Celle-ci, fabriquée avec des boites de jus de fruits, était équipée d'un altimètre destiné à la faire exploser lorsque l'avion atteindrait une certaine altitude (5 280 pieds, en l’occurrence). Mais le mécanisme ne fonctionna pas correctement, son effet se limitant à remplir la cabine de grandes quantités de fumée, ce qui força tout de même les pilotes à atterrir en urgence à l'aéroport international de Washington-Dulles[1],[2]. Au total, 12 personnes à bord de l'appareil furent admis aux urgences après avoir inhalé de la fumée, mais aucune ne décéda[2]. Le FBI détermina cependant que si la bombe avait fonctionné normalement (i.e. si tous les explosifs avaient détonné), l'avion aurait été désintégré, ne laissant que très peu de chances de survie à ses 72 passagers et 6 membres d'équipage[3].

Enquête et conséquencesModifier

L'attentat du vol 444 n'était pas le premier de l'Unabomber, mais c'est le premier qui poussa le FBI à enquêter à son sujet, étant donné que la tentative de destruction d'un aéronef constitue un crime fédéral. C'est d'ailleurs ce qui permit aux enquêteurs du FBI de se rendre compte qu'il n'en était pas à son coup d'essai puisqu'en se penchant sur les éléments utilisés dans l'attentat du vol 444 (à savoir la bombe tuyau, le coffrage en bois et l'expédition par voie postale), ils découvrirent deux cas analogues : des colis piégés similaires, chacun envoyé à un an d'intervalle ( et ) à des étudiants de l'université Northwestern[3]. C'est cette découverte qui vaudra au terroriste (dont l'identité restera inconnue jusqu'en 1996) le surnom d'UNABOM (« UNiversity and Airline BOMber »).

RéférencesModifier

  1. (en) Stephen J. Lynton et Mike Sager, « Bomb Jolts Jet », The Washington Post, (consulté le )
  2. a et b (en) John O'Brien, « Federal, State Officials Team Up To Hunt Creator Of 11 Bombs », Chicago Tribune, (consulté le )
  3. a et b Charles de Saint Sauveur, « Colis piégés aux Etats-Unis : nom de code «Unabomber» », Le Parisien, (consulté le )

Voir aussiModifier

Article connexeModifier

Lien externeModifier