Vladimir Vinogradov

Vladimir Mikhaïlovitch Vinogradov
Image dans Infobox.
Biographie
Naissance
Décès
Voir et modifier les données sur Wikidata (à 75 ans)
MoscouVoir et modifier les données sur Wikidata
Sépulture
Colombarium du cimetière Vagankovo (d)Voir et modifier les données sur Wikidata
Formation
Université de technologie chimique Dmitri Mendeleïev de Moscou
Académie panrusse de commerce international (en)Voir et modifier les données sur Wikidata
Activité
Autres informations
Religion
Parti politique
Conflit
Distinctions

Vladimir Mikhaïlovitch Vinogradov, né le et mort le , est un important diplomate soviétique de la seconde moitié du XXe siècle.

JeunesseModifier

Vinogradov naît en 1921 à Vinnitsa en Ukraine. En 1945, il obtient un diplôme en ingénierie et technologie à l'Institut Mendeleïev de Moscou; trois ans plus tard, il est diplômé de l'Académie du commerce extérieur de l'Union soviétique. Après avoir terminé ses études, il est nommé adjoint au représentant commercial de l'URSS à Londres. Vinogradov retourne à Moscou quatre ans plus tard pour travailler dans l'appareil central du ministère du Commerce. Il est chef adjoint au département du commerce pendant les dix années suivantes, traitant principalement avec les pays occidentaux.

Carrière diplomatiqueModifier

De 1962 à 1966, Vinogradov est ambassadeur de l'URSS au Japon puis en Égypte de 1970 à 1974[1]. Au début de 1975, Vinogradov joue un rôle comme initiateur d'un rapprochement entre l'URSS et la Jordanie.

De à , Vinogradov est ambassadeur d'URSS en Iran. Après cette mission, Vinogradov est nommé au poste de ministre des Affaires étrangères de la République socialiste fédérative soviétique de Russie (une des républiques de l'URSS). Il occupe ce poste pendant huit ans (jusqu'au lorsqu'il est remplacé par Andrey Kozyrev) mais continue de participer activement à la mise en œuvre de la politique soviétique au Moyen-Orient. Vinogradov se retire de la carrière diplomatique en 1990.

RetraiteModifier

Après sa retraite, Vinogradov maintient un haut niveau d'intérêt pour le Moyen-Orient. En 1992, il dirige le Comité russe des organisations publiques sur l'assistance au règlement arabo-israélien. Grâce à cette structure, de nombreux contacts informels de Moscou avec des personnalités politiques des pays du Moyen-Orient sont menées dans les années 1990. Vinogradov y participe très activement, et de temps en temps informe les diplomates de la position officielle de la Russie post-soviétique sur les différentes questions régionales.

Notes et référencesModifier

  1. Israel Shamir, « What Really Happened in the “Yom Kippur” War? », CounterPunch,‎ (lire en ligne)

Source de la traductionModifier