Vito de Kotor

Vito de Kotor (en serbe en écriture cyrillique : Фра Вита Трифунов Чучо(ло), également connu en serbe sous le nom Vito Trifunov ou Fra (en référence avec franciscain ; son vrai nom Trifun Čučolo[1], né à Kotor, République de Venise, aujourd'hui Monténégro, en 1275 et mort en 1335) était un maître d'œuvre Serbe et architecte du célèbre monastère de Visoki Dečani au Kosovo[2].

BiographieModifier

Il est né à Kotor dans une famille catholique serbe à l'époque où la région était occupé par la République de Venise Il étudie la construction à Kotor où il rejoint le monastère franciscain et devient moine et maître-constructeur avec son propre atelier[3].  Ses compétences organisationnelles et sa capacité à rassembler les meilleurs artisans des régions environnantes, y compris Dubrovnik [4] , lui ont valu une réputation.  Il a été personnellement chargé par les rois serbes Stefan Uroš II Milutin et Stefan Uroš III Dečanski de construire Visoki Dečani ( Dečani). Son contemporain était Radovan, également maître d'œuvre d'origine croate.

Dans les archives de Kotor, le nom de Vita est mentionné plus de 40 fois et 20 fois avec son nom de famille. Il est mentionné comme l'exécuteur testamentaire d'Obrad Desislavin Gamba, le constructeur de l'autel d'argent sur le tombeau de Saint-Nicolas à Bari, un cadeau du roi Milutin.

Vito Trifunov Čučo est mentionné jusqu'en 1337, et les archives des années ultérieures sont perdues.

Visoki DečaniModifier

Établi au XIVe siècle, la construction initiale du Monastère de Visoki Dečani a eu lieu entre 1327 et 1335 sous le règne de Stefan Uroš III Dečanski . Le monastère est situé dans la vallée de la rivière Bistrica , entouré par les montagnes et les forêts de la chaîne de montagnes Prokletije dans le territoire contesté du Kosovo . L'analyse d'aujourd'hui de la sculpture et de l'architecture du Monastère de Visoki Dečani offre de nombreux indices sur la paternité de sculptures de saints  et d'un Mausolée à Banjska (Zvečan) ( Monastère de Banjska )et d'une série d'églises à Kotor (y compris une basilique) du XIVe siècle qui est attribuable à Fra Vito de Kotor qui a construit un Mausolée similaire à Dećani.

Vito Trifunov (également appelé populairement Vito de Kotor ou Vito de Kotor) est crédité pour la construction de l'église du monastère à Dečani qui a commencé au début de 1327 [5].  L'église était dédiée au Christ pantocrator. Le roi Stefan Uroš III Dečanski a commandé la construction à un groupe de maîtres-bâtisseurs dirigé par le maître Vitus de Kotor et sous la supervision de l'archevêque, plus tard Saint Danilo II . En 1330, Stefan Dečanski a accordé une charte pour le monastère avec une dotation pour soutenir le monastère à perpétuité. Les restes de Stefan sont conservés dans l'église de Dečani dans un cercueil à la tête de l'autel.

Notre-Dame de LjevišModifier

Vitus de Kotor est également de Богородица Љевишка ou Bogorodica Ljeviška ( Église de la Vierge de Leviša )(en anglais "Notre-Dame de Ljeviš)[6] une église orthodoxe serbe du début du XIVe siècle à Prizren, au Kosovo. Stefan Uroš II Milutin , roi de Serbie, a commandé sa reconstruction et son expansion en 1306 sur le site d'une basilique byzantine du XIe siècle[7].  L'église byzantine avait trois nefs auxquelles Milutin en a ajouté deux de plus. L'architecture de l'église reconstruite a utilisé l'architecture byzantine tardive grâce à l'utilisation de cinq dômes, inscriptions monumentales dans son extérieur, intérieur narthex[8]. et le beffroi byzantin. Milutin a choisi Vitus de Kotor comme maître-constructeur du complexe et lui a dit d'utiliser des éléments byzantins. Un autre aspect des fresques de Bogorodica est leur représentation des conciles orthodoxes comme symbole faisant référence aux défis auxquels l'Église orthodoxe était confrontée contre l'Église catholique romaine, une situation courante dans les régions frontalières entre le catholicisme et l'orthodoxie dans les Balkans[9] .

Bogorodica Ljeviška était le nom officiel à l'époque de Milutin, bien que l'église soit populairement connue sous le nom d'église de Saint Petka [10].  Après la conquête turque, elle a été transformée en mosquée et le nom a été changé en Fatih Cami ou la mosquée de Mehmed II. Il est maintenant sous la protection de l'UNESCO[11].

Notes et référencesModifier

  1. « Srpsko Nasledje », sur web.archive.org, (consulté le )
  2. Jean-René Gaborit, « Svetazar Radojcic. Geschichte der serbischen Kunst. Von den Anfängen bis zum Ende des Mittelalters (Grundriss der slawischen Philologie und Kulturgeschichte) », Bulletin Monumental, vol. 129, no 4,‎ , p. 299–299 (lire en ligne, consulté le )
  3. (sh) Zorica Čubrović, « Которски светац и скулптура Дечана », Историјски записи, nos 3-4,‎ , p. 157–170 (ISSN 0021-2652, lire en ligne, consulté le )
  4. (sr) Dragi Malikovic, Istorijski Zapisi vol 48 numéro 3/4, , 61 p. (In the course of the 14th and 15th century there was a constant exchange of skilled workforce between Dubrovnik and Kotor necessary for the normal functioning of the two cities. During the specified period, a number of workers, predominantly qualified ones, including doctors, pharmacists, but also many craftsmen such as jewellers, gunsmiths, stonecutters, left more developed Dubrovnik for Kotor. At the same time, less qualified workers, or uneducated famuli, went to Kotor during the 14th and 15th century with the intention of gaining appropriate qualifications and education in the city under Srdje. Thanks to their activities, both of these Yugoslav centres, during the specified period, reached a certain level of economic and social development.), p. 25
  5. Boško I. Bojović, L'Église Orthodoxe Serbe: histoire - spiritualité - modernité, Balkanološki institut SANU, (ISBN 978-86-7179-085-7, lire en ligne)
  6. « Bogorodica Ljeviška nije obnovljena ni posle 15 godina od pogroma », sur Politika Online (consulté le )
  7. (en) Metropolitan Museum of Art (New York, N. Y. ) Department of Medieval Art and the Cloisters et Metropolitan Museum of Art (New York N.Y.), Byzantium: Faith and Power (1261-1557), Metropolitan Museum of Art, (ISBN 978-1-58839-113-1, lire en ligne)
  8. (sr) Serbian Orthodox Church: Its Past and Present, Serbian Patriarchy, (lire en ligne)
  9. (en) Elena N. Boeck, Imagining the Byzantine Past: The Perception of History in the Illustrated Manuscripts of Skylitzes and Manasses, Cambridge University Press, (ISBN 978-1-107-08581-7, lire en ligne)
  10. (sr) Slobodan Nenadović, Bogorodica Ljevis̆ka: njen postanak i njeno mesto u arhitekturi Milutinovog vremena, Nar. knj., (lire en ligne)
  11. (en) Lonely Planet, Mark Baker, Tamara Sheward et Anita Isalska, Lonely Planet Eastern Europe, Lonely Planet, (ISBN 978-1-78701-190-8, lire en ligne)