Victoria (bateau)

navire espagnol, ayant fait partie de la flotte de Magellan

Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Victoria.

Nao Victoria
Image illustrative de l’article Victoria (bateau)
Reconstitution de la Victoria présentée à l'Exposition spécialisée de 2005.
Autres noms Victoria, Vittoria
Type caraque
Histoire
Commanditaire Drapeau de l'Espagne Espagne
Chantier naval Ondarroa
Commandé 1992
Équipage
Équipage 42
Caractéristiques techniques
Longueur 28 m
Maître-bau 7.5 m
Tirant d'eau 2 m
Déplacement 85 t
Propulsion Voile
Caractéristiques militaires
Armement 10 canons

La Victoria, Nao Victoria ou Vittoria, est une caraque espagnole de l'expédition de Magellan et le premier navire à avoir accompli le tour du monde.

HistoriqueModifier

La Victoria faisait partie, avec quatre autres navires[1], d'une expédition espagnole placée en 1518 sous le commandement du Portugais Fernand de Magellan pour découvrir la route occidentale vers les îles aux épices. Cette petite flotte quitta Séville le 10 août 1519. La Victoria fut la seule à boucler le tour du monde.

Magellan ayant été tué aux Philippines le 27 avril 1521.}, La Victoria, sous le commandement de Juan Sebastian Elcano, affecté au départ, comme maître à bord de la Conception, puis nommé capitaine de la Victoria le 16 septembre 1521, fut la seule à boucler le tour du monde et à revenir en Europe, à Séville, son port d’attache, le 8 septembre 1522, soit 3 ans et 29 jours après son appareillage de ce même port de Séville.

Après on ne retrouve trace de la Victoria que dans un registre de 1547 commentant la disparition du vaisseau lors d'un voyage entre Saint-Domingue et l'Espagne[2].

ReconstitutionsModifier

 
La reconstitution hypothétique construite en 1992 à Sète, durant Escale à Sète 2016.

Plusieurs reconstitutions hypothétiques ont été construites. La première fut réalisée pour l'Exposition universelle de 1992 à Séville, et a effectué un tour du monde de 2004 à 2006.

Au début des années 2000, la Nao Victoria, une autre reconstitution de la Victoria, fut construite par un entrepreneur chilien à Punta Arenas.

Notes et référencesModifier

  1. Ils avaient pour noms : Concepción, Trinidad, Santiago et San Antonio
  2. Colección de documentos inéditos para la historia de España, vol. I, págs. 353-356.

Sur les autres projets Wikimedia :