Ouvrir le menu principal
Victor Flour de Saint-Genis
Biographie
Naissance
Décès
Pseudonyme
Georges StellVoir et modifier les données sur Wikidata
Nationalité
Activités
Autres informations
Membre de

Victor Flour de Saint-Genis, que l'on trouve également sous la forme Victor de Saint-Genis, né le et mort le à Vic-de-Chassenay, est un historien, inspecteur des finances, puis conservateur des hypothèques à Châtellerault et à Paris. Il a également publié sous le pseudonyme de Georges Stell.

Sommaire

BiographieModifier

Victor-Bénigne est né le 1er décembre, selon la notice data.bnf.fr (site de la BNF) ou le pour Paul Guichonnet[1] ou les sociétés savantes bourguignonnes[2], qui donnent comme lieu de naissance Dijon, tandis que l'on trouve Plan-de-Baix (Drôme) pour le site du Comité des travaux historiques et scientifiques[3]. Plan-de-Baix semble plutôt le berceau familial. Victor-Bénigne est le nom du saint de la paroisse[4].

Son père, Henri Flour de Saint-Genis (1800-1869), travaille pour les domaines, pour lesquels il occupe à de nombreuses reprises les fonctions de directeur[5],[4]. Il est membre fondateur et Président de la Société d'archéologie et de statistique de la Drôme[5]. Il est issu d'une famille issue de la noblesse de courtoisie de la Haute-Provence, qui s'est installée en Bourgogne[1].

À la suite de ses études, il entre dans l'Administration des Domaines, en 1954[4]. Il travaille dans la Creuse, la Dordogne, les Vosges, le Limousin ainsi que dans la Drôme[4]. À partir de 1863, il est muté à Albertville, puis à Chambéry[4]. Il continue sa carrière en France et termine sa carrière comme conservateur dans l'un des bureaux des Hypothèques de Paris[4].

Il est membre de nombreuses sociétés savantes. Il fut le président de la Société des sciences historiques et naturelles de Semur-en-Auxois, ainsi qu'un membre de l'Académie de Dijon et de la Société d'archéologie, d'histoire et de géographie de la Drôme[3] (fondé par son père et son oncle, Henri Alexandre, en 1866)[6]. Il est un membre correspondant de l'Académie des sciences, belles-lettres et arts de Savoie en 1866[3],[7].

Il décède le [3], dans le château de la Rochette, commune de Vic-de-Chassenay qu'il a acquis et fait restaurer[4]. Il est enterré à sur le territoire de la commune[4].

PublicationsModifier

  • Histoire documentaire et philosophique de l'administration des domaines des origines à 1900 (2 volumes), Le Havre, 1901-1903 (lire en ligne).
  • Manuel du Surnuméraire de l'Enregistrement, des Domaines et du Timbre, Delamotte, Paris, 1873 (10e édition), 604 pages (lire en ligne).
  • Une page inédite de l'Histoire des Indes. Le Général de Boigne, 1751-1830, imp. Dupré, Poitiers, 1873, 438 pages.
  • Saint-François de Sales et son temps, imp. Pouchet, Chambéry, 1869, 100 pages.
  • Les Femmes d'autrefois : Jacqueline de Montbel, veuve de Coligny, 1561-1599, imp. Rousseau-Leroy, Arras, 1869, 157 pages
  • Histoire de Savoie d'après les documents originaux depuis les origines les plus reculées jusqu'à l'annexion (3 volumes), Chambéry, Conte-Grand et Cie, 1868-1869 (lire en ligne).
  • « Réflexions sur l'Alésia de Savoie et sur le chapitre X de l'histoire de Jules César », Valence, 1867, plaquette de 24 pages extraite de Mémoires de la Société de statistique et d'archéologie de la Drôme.
  • Soixante ans de l'Histoire de Savoie, 1499-1559, imp. Rousseau-Leroy, Arras, 1865, 107 pages.

Voir aussiModifier

BibliographieModifier

Liens externesModifier

RéférenceModifier