Vaccin diffusant Salvioli

Le vaccin diffusant Salvioli (acronyme VDS) a été, de 1948 à 1976, un vaccin italien contre la tuberculose . Il a été préparé par le professeur Gaetano Salvioli (Modène 1894- Bologne 1982) de l' Université de Bologne . Le VDS a été pendant quelques décennies le concurrent italien du vaccin français contre la tuberculose BCG (bacille de Calmette et Guérin)..

HistoriqueModifier

Le VDS, définitivement normalisé entre 1948 et 1953 par le professeur Gaetano Salvioli, est né d'abord des études et des produits vaccinaux du professeur  Edoardo Maragliano (1849-1940) [1] et du professeur Giovanni Petragnani ( 1893-1969), physiologiste et recteur du Universite de Sienne. Si Maragliano pouvait se vanter, en 1903, au Congrès Mondial de Médecine de Madrid, d'avoir été le premier à développer un sérum antituberculeux aux bacilles tués, Petragnani développa ses expériences antérieures et, de 1927 à 1935, définit le vaccin antituberculeux italien sous le nom de AIP (Anatubercolina Integrale Petragnani). Lorsque Petragnani interrompit ses études et ses candidatures (parce qu'il fut nommé en 1935 par Benito Mussolini, comme Directeur Général de la Santé Publique, le Professeur Gaetano Salvioli continua ses études et ses candidatures. De 1935 à 1948 Salvioli a procédé à la formulation d'un vaccin appelé dans cette période VPS (Vaccin Petragnani Salvioli).

CompositionModifier

Le VDS consistait en Mycobacterium tuberculosis (ou bacille de Koch), tués par la chaleur et ajoutés à la fermentation hyaluronidase[2].

Une dose pour les nouveau-nés consistait en

« Une seule injection intradermique, effectuée à environ la moitié de la face palmaire de l'avant-bras, permet d'introduire dans le nouveau-né une dose N de vaccin antituberculeux lyophilisé composé de bacilles de Koch (bK) humains et de bovins tués rapidement par chaleur. Cette dose était de 0,68 mg de bK humain plus 0,07 mg de bK bovin, à laquelle [étaient] ajoutées 6 unités V de Jalovis hyaluronidase dans 0,2 cm3 de solvant […][3] »

Les bacilles de Koch ont été cultivés pendant 30-45 jours sur le "terrain Petragnani". Les patines bactériennes, ou voiles des bactéries cultivées, étaient désintégrées et devaient être pulvérisées, d'abord avec une spatule et ensuite avec des agitateurs mécaniques afin d'obtenir une dispersion plus fine des bacilles. La mise à mort des suspensions bactériennes a été effectuée avec l'exposition de quelques minutes à la chaleur sous pression à une température de 110 °C, mais en évitant l'ébullition[4].

Le terrain PetragnaniModifier

La composition et la disposition du terrain de Petragnani étaient les suivantes.

L'un d'eux a pris 150 centimètres cubes de lait auxquels on a ajouté 1 gramme de peptone, 6 grammes de fécule de pomme de terre et une pomme de terre pelée lavée et en morceaux. On l'amenait à ébullition et on secouait le tout jusqu'à ce que le sol ait pris une consistance de type collante. Elle a été laissée, toujours au bain-marie pendant encore 30 minutes. Il a été refroidi à environ 40 degrés et ajouté 4 œufs (nourriture) œufs et un jaune entier. Nous avons filtré à travers une gaze stérile dans un cylindre gradué et nous avons ajouté au filtrat 3% de glycérine et 4% d'une solution aqueuse à 2% de malachite. Il a ensuite été distribué dans de gros tubes et coagulé à 80-85° pendant 30 minutes à l'aide d'un dispositif conçu par Petragnani lui-même, qui prévoyait un thermorégulateur et de gros tubes inclinés spéciaux afin que le sol se solidifie comme un bec de flûte[5].

Domaines d'applicationModifier

Dans la deuxième période de l'après-guerre, la propagation de la tuberculose en Italie était encore très élevée, mais la vaccination antituberculeuse n'était pas obligatoire. La bibliographie de l'époque indique que, de 1948 à 1970, la VDS a été appliquée très largement dans différentes régions d'Italie. En 1970, il a été déclaré qu'environ 100 000 vaccinations avaient été effectuées avec des résultats positifs[6]. Il a été largement appliqué dans la municipalité et la province de Bologne, en particulier à la clinique pédiatrique de l' Université de Bologne, dirigée par le professeur Gaetano Salvioli lui-même. Au fil des années, plusieurs centres italiens (cliniques pédiatriques, consortiums provinciaux antituberculeux, siège de l'"ONMI - Opera Nazionale Maternità Infanzia") ont appliqué le "vaccin à l'italienne" comme on disait à l'époque pour le distinguer du "vaccin à la française", le concurrent BCG. Le VDS a également été appliqué à l'étranger : au Japon, en Tchécoslovaquie, en Pologne, au Kolwezi (aujourd'hui en République démocratique du Congo)[6]. Dans la région de Bologne (municipalité et province), jusqu'à 80 % des nouveau-nés ont été vaccinés. Dans la province de Venise, le CPA -Consortium Antitubercolare Provincial a vacciné entre 1953 et 1958 environ 16 000 personnes, surtout des écoliers du primaire[7].

L'expérience involontaire de Dolo (Venise)Modifier

Entre 1938 et les premiers mois de 1943, le professeur Sandro Taronna (Foggia 1901-Venise 1972), directeur du CPA - Consortium Antitubercolare de la province de Venise, avait vacciné 354 enfants de brefotrophie (Pio Ospedale della Pietà) de Venise. A cause du bombardement de la ville lagunaire, 132 enfants ont été transférés dans le bâtiment du sanatorium de Dolo), dont 54 ont été vaccinés avec le vaccin italien VPS (Petragnani;- Salvioli). La honte voulait que la tuberculose entre également dans le sanatorium, causant plusieurs victimes. Cette situation involontaire a été étudiée après la guerre pendant une dizaine d'années comme un cas exceptionnel. Eh bien, après un an de cohabitation forcée à cause de la guerre, sur les 54 vaccinés qui ont survécu en 49, ils sont morts en cinq ans mais l'autopsie a confirmé que c'était pour d'autres causes. Sur les 78 personnes non vaccinées, 48 ont survécu, mais 12 sont décédées à tbc. Les 18 autres sont morts d'autres causes[8].

Les deux producteurs du VDSModifier

Le vaccin antituberculeux italien VDS a été initialement produit par l'entreprise Alfa Farmaceutici de Bologne du docteur Marino Golinelli[9]. Compte tenu des excellents résultats et de la diffusion du VDS, entre 1956 et 1958, l'ISM (Istituto Sieroterapico Milanese Serafino Belfanti) de Milan, alors dirigé par l'honorable Giovanni Battista Migliori, a acquis les droits de production de Alfa. L'ISM de Milan était la plus grande entreprise publique de sérums et de vaccins en Italie. ISM était, de 1894 à 1994, une institution non lucratif entièrement détenue par la municipalité de Milan, avec une usine à via Darwin à Milan. Au cours de la période de deux ans 1956-1958, l'ISM a produit six fournitures. Au cours de l'été 1958, cependant, il abandonna la production du vaccin parce que son "6e approvisionnement" de 3 000 pièces ne correspondait pas au protocole fourni par le professeur Gaetano Salvioli. Ce lot a provoqué une vaccination anormale qui a impliqué, avec une peste au moment de l'inoculation, 2797 écoliers de la province de Venise et des nourrissons de Ferrare et Trieste. La peste a mis plusieurs mois à guérir.

De 1959, jusqu'à la décision du Ministère de la Santé (Italie) d'adopter officiellement le BCG en Italie (art.1 du décret ministériel du ), la production de VDS revient aux entreprises du Dottor Marino Golinelli[10].

Notes et référencesModifier

  1. Edoardo Maragliano (Genova, 1º giugno 1849 – Genova, 10 marzo 1940) était un médecin et clinicien italien. Créateur et créateur du premier vaccin antituberculeux (appelé "vaccin Maragliano"), il fut Sénateur du Royaume d'Italie à partir de 1900.
  2. Minerva Medica (rivista) vol. 54 - n. 78 (29 settembre 1963) Torino da pagina 2808
  3. Malossi C. - Innocuità, praticità ed utilità del VDS – in Minerva Medica (rivista) n. 30 -1959 -Turin -p 1068
  4. Gaetano Salvioli in Minerva Medica (magazine) n. 30 - 1959 -Torino- p. 1066
  5. Eugenio Morelli - Giuseppe Daddi - Trattato di tisiologia - Vallardi editore - 1961 - Milano- p 359
  6. a et b Atti 2 ° convegno sulla vaccinazione antitubercolare con VDS (a cura di GP Salvioli) 1970 - Bologna
  7. Lotta contro alla tubercolosi (rivista) –FIT ( Federazione Italiana lotta alla tubercolosi) – anno 1949 pp 858-868 e anno 1951 pp 329- 342
  8. Ferro Alessandro – Taronna Sandro (1950) - Esperimento involontario sulla resistenza di bambini vaccinati (VPS) e non vaccinati contro la tbc di fronte a contagio altamente infettante: Nota 1ª– Notizie sull’episodio di Dolo a carattere perfettamente sperimentale e sulla mortalità dei due gruppi -in La Clinica Pediatrica Bologna - anno 32 – fasc.n 5 –1950 – pp 225 – 263
  9. Marino Golinelli (San Felice sul Panaro, 11 octobre 1920) est un entrepreneur et philanthrope italien, fondateur de la société Alfa Farmaceutici, puis Alfa Wassermann, puis Alfasigma. https://www.fondazionegolinelli.it/en
  10. Renato Vecchiato - una cicatrice collettiva - Roma 2016