Ouvrir le menu principal
VAL 208
Description de cette image, également commentée ci-après
Une rame du métro de Toulouse.
Identification
Désignation Propre à chaque réseau
Composition 2 caisses
Conduite Automatique (PCC)
Couplage jusqu'à 2 éléments
Construction Années
Modèle d’origine Issu du VAL 206
Constructeur(s) Siemens Transportation Systems
Effectif 254
Affectation
Caractéristiques techniques
Roulement Pneus
Écartement 1620 mm
Captage Frotteur sur le rail latéral.
Tension ligne de contact 750 V
 Tension moteurs 750 V
Moteurs de traction 8 moteurs synchrones MTS-14/65
Puissance continue 520[1] kW
Largeur 2,08 m
Hauteur 3,27 m
Masse totale 28 t
Longueur totale 26 m
Bogies 4
Portes 12 (3 par caisse et par face)
Intercirculation Non
Capacité environ 160[2] p.
Places assises par voiture : 11 à 27 pl.
Climatisation Possible
Vitesse maximale 80 km/h

Le VAL 208 est un modèle du métro VAL conçu par Siemens Transportation Systems. Les véhicules sont fabriqués en Autriche, à Vienne dans l'usine SGP[3] de Siemens.

Le chiffre « 208 » dans son intitulé renvoie à la largeur de la cabine, qui mesure 208 cm, soit 2,08 m. Ce modèle remplace le modèle VAL 206. Les véhicules de type VAL sont pilotés depuis un poste central (PCC). Les véhicules sont conduits automatiquement en conditions normales de circulation. Ils peuvent coexister sur les réseaux avec les VAL 206, leurs homologues plus anciens. Le démarrage des rames du garage pour les mettre en circulation (cas d'affluence) ou les retirer de la circulation se fait par le poste central.

Sommaire

ConceptModifier

Les délais entre deux rames sont relativement faibles (on peut descendre jusqu'à la minute). Les VAL 208 peuvent être couplés entre eux pour obtenir de plus longues rames. Elles restent malgré tout de petits véhicules comme leur nom l'indique, appropriés pour un faible nombre de voyageurs (CDGVAL, Orlyval) ou à des villes de taille moyenne (Lille, Rennes, Toulouse).

Les stations de métro qui accueillent ce type de matériel sont équipées de portes palières automatiques le long des quais. L'usager ne peut donc jamais être en contact direct avec les rails, ou tomber sur les voies. Les quais ont une longueur comprise entre 26 m (minimum) et 52 m (maximum exploitable) car une rame courte mesure 26 m (1 rame = 2 voitures de 13 m indissociables) et une rame longue mesure 52 m, soit 2 rames accolées.

Ce type de métro (VAL 206 et 208) nécessite des quais rectilignes, d'où la difficulté d'installer des stations dans certains lieux[réf. nécessaire], tandis que ce n'est pas un problème pour un métro ouvert[pas clair].

Côté usager, on peut le distinguer de son prédécesseur, le VAL 206, par une forme plus profilée, des systèmes (portes, moteurs...) plus silencieux, mais aussi par la vitre avant de la voiture, qui est plus dégagée, car le système de contrôle placé à l'avant droit des VAL 206 est placé à l'arrière de la voiture (jonction entre 2 voitures).

En dépit d'un volume intérieur quasiment identique au VAL 206, la capacité d'accueil du VAL 208 est plus importante que celle du VAL 206, grâce à un aménagement plus pragmatique : sur les versions les plus récentes, des sièges ont été retirés et remplacés par des appui-fesses à hauteur de vitres, permettant ainsi d'accepter un plus grand nombre de passagers debout.

Tout comme le VAL 206, le VAL 208 est sonorisé pour annoncer les stations. Les véhicules sont équipés d'un système d'affichage à chaque extrémité de cabine, renseignant les passagers sur les prochaines stations desservies, les correspondances, et le côté de sortie du métro ; cependant, ce système d'affichage n'a été installé que sur les rames toulousaines, ainsi que sur celles du CDGVAL. Un système de télésurveillance est parfois installé à l'intérieur du VAL, ce qui est le cas dans certaines villes, comme à Lille.

La rame n'utilise pas de dispositif de transmission de mouvement. Les moteurs sont directement montés sur les axes des roues.

En cas de panne, un système d'accostage automatique permet à une rame de venir s'accrocher à celle en panne et de la tirer ou la pousser.

Version Nouvelle GénérationModifier

 
L'intérieur d'une rame 208 Nouvelle Génération du métro de Rennes.
 
VAL 208 sur le métro de Lille.
 
Bogie du VAL 208

Une version NG (nouvelle génération) du VAL 208 existe depuis 2006[4]. Cette version se différencie de la première par plusieurs détails :

  • On ne trouve plus systématiquement le logo « VAL 208 » entre les feux avant.
  • Les plaques des pas de portes de la première génération sont marqués des logos des entreprises Matra et Siemens, alors que seul le nom de Siemens est présent sur la nouvelle génération.
  • La motorisation est différente. Le résultat pour les voyageurs est la disparition d'un bruit aux alentours de 30 km/h, provoqué par un phénomène de résonance du moteur.
  • Le système des portes est différent, ce qui est détectable au bruit plus violent sur la nouvelle génération, et les poignées d'évacuation sont également différentes.
  • Les rames sont allégées de quelques kilogrammes.

CaractéristiquesModifier

  • Vitesse service de freinage/accélération : 1,3 m s−2
  • Moteurs : 750 V continu
  • Pente maximale : 10 %
  • Roulage : pneumatique
  • Longueur voiture : 13 m
  • Portes par voiture : 6 (3 chaque côté)
  • Largeur portes : 1,3 m
  • Voitures découplables : Non - par 2
  • Rames couplables : Oui, 2 rames maximum (4 voitures)
  • Sièges : 23 (dont 8 strapontins)/voiture (Variable selon configuration)
  • Places debout : 55/voiture (Variable selon configuration)
  • Consommation moyenne : 80 kWh
  • Poids à vide : 28 tonnes
  • 8 moteurs (1 par roue) synchrone à aimants permanents de 65 kW

Comme tout métro automatique, le VAL 208 n'a pas besoin de conducteur, et donc pas de cabine de conduite. Toutefois, un dispositif manuel de conduite existe, à chaque extrémité de rame, protégé par un cache amovible à serrure.

CommercialisationModifier

Pays Réseau Nb. rames
VAL 208
Nb. rames
VAL 208NG
Observations - Particularités
  France CDGVAL - 18[5],[6] dont 8 VAL 208 NG2
  France Métro de Lille 60[7] - 6 rames VAL 208NG de Turin circulaient en prêt de 2006 à 2009 sur la ligne 1.
  France Métro de Rennes 16[8] 14 dont 6 VAL 208 NG2[9]
  France Métro de Toulouse[10] 14 74 dont 18 VAL 208 NG2 Plus grand parc de VAL 208 en exploitation
  Italie Métro de Turin 46[réf. nécessaire] 6[réf. nécessaire]
  Corée du Sud Métro d'Uijeongbu - 15[11] Rames dotées d'une climatisation, une première

Notes et référencesModifier

  1. 65 kW/moteur
  2. Variable selon configuration
  3. SGP signifie Siemens Graduate Program, en français « Programme pour Diplômés Siemens », sur siemens.com/fr, consulté le .
  4. Lettre n° 14 de janvier 2007 de l'Association ferroviaire française des ingénieurs et cadres, article sur les événements de 2006 avec entre autres, page 4, un point sur la présentation par SIEMENS de la ligne B du métro de Toulouse, sur le site « ingenieur-ferroviaire.net », consulté le 10 février 2010
  5. « Siemens CDGVAL », sur swe.siemens.com (consulté le 13 juillet 2012)
  6. « Aéroport CDG : le Val pousse jusqu'au nouveau satellite S4 », sur mobilicites.com, (consulté le 16 juillet 2012)
  7. « Le V.A.L. de Lille - Les rames VAL 206/Val 208 », sur translille.com (consulté le 13 juillet 2012)
  8. « Rennes métro - 6 nouvelles rames », sur rennes.lemensuel.com (consulté le 27 décembre 2012)
  9. « Rames de métro utilisées sur le réseau STAR », sur https://data.explore.star.fr (consulté le 28 septembre 2016).
  10. Maxime Lafage, « Étude exploratoire d'opportunité et de faisabilité d'une troisième ligne de métro pour Toulouse », sur [1], (consulté le 19 décembre 2012)
  11. (en) « Uijeongbu inaugurates U Line light metro », sur railwaygazette.com/, (consulté le 10 juillet 2012)

Voir aussiModifier

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexesModifier

Liens externesModifier