Ouvrir le menu principal

Ligne B du métro de Toulouse

ligne B du réseau de transports en commun de Toulouse
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Ligne B.

Ligne B
L'édicule de la station Minimes – Claude-Nougaro.
L'édicule de la station Minimes – Claude-Nougaro.
Carte

Réseau Métro de Toulouse
Ouverture
Terminus Borderouge
Ramonville
Exploitant Tisséo-SMTC
Conduite (système) Automatique
Matériel utilisé VAL 208 (rarement)
VAL 208 NG
VAL 208 NG2
Dépôt d’attache Borderouge
Points d’arrêt 20
Longueur 15,7 km
Temps de parcours 27 min
Distance moyenne entre points d’arrêt 826 m
Communes desservies 2 (Toulouse, Ramonville-Saint-Agne)
Fréquentation
(moy. par an)
57 000 000 voyageurs (2018)[1]
1re / 2
Lignes connexes Ligne A du métro de Toulouse Ligne C du réseau de transports en commun de Toulouse Ligne D du réseau de transports en commun de Toulouse Ligne F du réseau de transports en commun de Toulouse Ligne T1 du tramway de Toulouse Ligne T2 du tramway de Toulouse

La ligne B du métro de Toulouse est l'une des deux lignes du réseau métropolitain de Toulouse. Elle relie la station Borderouge, au nord, à la station Ramonville, sur la commune de Ramonville-Saint-Agne, au sud-est.

La ligne B est longue de 15,7 kilomètres. Elle passe par les quartiers du nord de Toulouse de Borderouge, Barrière-de-Paris et Les Minimes, puis traverse les boulevards au niveau de Compans-Caffarelli, descend vers le centre-ville, puis vers les quartiers du sud de Toulouse de Saint-Michel, Empalot, Saint-Agne et Rangueil, pour finir son parcours à Ramonville-Saint-Agne.

La ligne est la deuxième ligne du métro toulousain, ouverte en 2007 après 6 ans de travaux. Elle fait aujourd'hui l'objet d'un projet de prolongement au sud, en direction de l'INPT, afin d'établir une connexion avec la future troisième ligne de métro, Toulouse Aerospace Express.

Elle a enregistré, en 2013, 53 millions de validations, ce qui la classe deuxième sur deux lignes. Mais sa fréquentation est en croissance permanente. Elle devrait atteindre prochainement les 60 millions de validations de la ligne A.

Plan de la ligne

HistoireModifier

ArchitectureModifier

L’architecte retenu pour la réalisation de la station de métro est Brunerie & Irissou Architectes. A l'intérieur de la station, la charte d'architecture et de design ont été respectées avec un grand soin porté au calepinage des matériaux (granit rose, carrelage blanc, et inox). Les trémies, ouvertes au maximum, offrent des vue en perspective claires et dégagées sur l'agencement particulièrement ordonnée des 3 niveaux de la station. L'architecte a mis en avant l'idée de faire émerger "les entrailles de la Terre" par une faille butonnée sur laquelle sept colonnes lumineuses se dressent pour signaler la vie souterraine. Ses colonnes "respirent" doucement quand le métro n'est pas là, plus vite quand le métro approche et restent allumées quand la rame est à quai.

ChronologieModifier

Études et constructionModifier

L'entreprise Matra Transport International a été choisie en 1998[2] pour fournir la voie d'équipement, les façades des stations, les réseaux électriques, les automatismes, le poste de contrôle, et trente-cinq rames de type VAL, pour un montant total de 1,6 milliard de francs.

Du fait de la longueur importante de la ligne, et pour sécuriser son planning et ses coûts, le chantier du gros-œuvre de la ligne B a été découpé en 6 lots[9] pour un montant total prévisionnel de 6.35 milliards de francs[3]:

Intitulé Stations Détail des constructions Entreprises de travaux publics Montant
1 Tranchée couverte Nord Borderouge Terminus nord (à ciel ouvert), trémie, tunnel, ouvrages de ventilation et d'épuisement des eaux
2 Tunnel et stations Nord Trois-Cocus, La Vache, Barrière-de-Paris, Minimes, Canal-du-Midi, Compans-Caffarelli, Jeanne-d'Arc Tunnel, ouvrages de ventilation et d'épuisement des eaux Campenon Bernard, Eiffage 749 millions de francs
3 Secteur Jean-Jaurès Jean-Jaurès Tunnels, ouvrages et aménagements nécessaires à la station de correspondance avec la ligne A
4 Tunnel et stations Centre François-Verdier, Carmes, Palais-de-Justice, Saint-Michel, Empalot, Niel (station fantôme) Tunnel, ouvrages de ventilation et d'épuisement des eaux. La station fantôme Niel assure la ventilation du tunnel et l'accès des pompiers Bouygues Travaux Publics, Soletanche Bachy, Razel, Demathieu & Bard, Malet 653 millions de francs
5 Tunnel et stations Sud Saint-Agne, Saouzelong, Rangueil, Faculté-de-Pharmacie, Université-Paul-Sabatier Tunnel, ouvrages de ventilation et d'épuisement des eaux GTM Construction, Dumez-GTM, Spie Batignolles 463 millions de francs
6 Tranchée couverte Sud Ramonville Terminus sud (à ciel ouvert), tunnel, ouvrage d'épuisement des eaux

ExploitationModifier

La ligne B a été inaugurée le 30 juin 2007[8] par Jean-Louis Borloo (ministre de l’Écologie), Jean-Luc Moudenc (maire de Toulouse) et Philippe Douste-Blazy (président du Grand Toulouse).

Le coût de construction a été de 1 390 000 000  HT[10] (valeur 2007), soit environ 89 M€/km (matériel roulant inclus).

Pour fêter la première année de la ligne, Tisséo fait appel à l'agence de design global toulousaine KLD-Design ainsi qu'au street artist local Chat Maigre pour décorer[11] huit cages d'ascenseurs de la ligne : Université-Paul-Sabatier, Saint-Agne–SNCF, Palais-de-Justice, Carmes, Jean-Jaurès, Jeanne-d’Arc, Trois-Cocus, Borderouge.

Depuis septembre 2009, à l'occasion du festival Occitania[12], l'annonce vocale de la prochaine station se fait en français et en occitan. C'est la même voix féminine qui annonce les stations dans les deux langues. Le record de fréquentation a été atteint le vendredi 6 décembre 2013 avec 226 444 validations[13].

Le 9 janvier 2017, la rupture d’une canalisation dans le quartier Saint-Agne provoque l’inondation de la station souterraine Saint-Agne – SNCF. La station est fermée pour une durée estimée de deux semaines au moins, et le trafic interrompu au sud de la station Saint-Michel – Marcel-Langer le temps du pompage de l’eau accumulée dans le tunnel[14].

Le 12 janvier 2018, la commission nationale du débat public annonce que la concertation publique sur le prolongement au sud, vers la future ligne Toulouse Aerospace Express, se tiendra du 29 janvier au 23 février 2018[15].

En 2018, pour la première année depuis l'ouverture de la ligne B, cette dernière enregistre plus de validations que la ligne A : 57 millions contre 53,3 millions sur la première ligne du métro toulousain[1]. Cet écart s'explique essentiellement par la fermeture estivale de la ligne A durant quelques semaines, dans le cadre des travaux de doublement de sa capacité. De plus, 2018 marque une forte augmentation de la fréquentation sur la ligne : alors que le trafic n'évoluait que très peu depuis 2012, cette année 2018 marque une augmentation du nombre de voyageurs de plus de 3 millions en un an seulement, sans dépasser cependant la fréquentation maximale de la ligne A, de 57,8 millions de validations en 2016.

Tracé et stationsModifier

TracéModifier

 
Entrée extérieure de la station Jeanne d'Arc

La longueur totale de la ligne est de 15,7 km[16]. Elle est entièrement souterraine. La ligne B dessert 20 stations au total : 19 à Toulouse, 1 à Ramonville-Saint-Agne. Elle traverse Toulouse du nord, à Borderouge, au sud-ouest, à Ramonville.

À noter que, hors la station Jean-Jaurès, étant en correspondance avec la ligne A, les autres stations sont similaires, au bord des quais du moins.

La ligne naît au niveau de la Place Carré de la Maourine, au nord de Toulouse, au niveau du quartier Borderouge. La première station de la ligne, au nord, est la station Borderouge. Cette première station possède un parc relais. La ligne descend ensuite vers la station Trois Cocus, dans le quartier des Izards. Le métro passe ensuite sous la ligne ferroviaire Bordeaux-Sète.

La ligne descend alors vers le sud, pour arriver à La Vache, futur pôle multimodal, avec une correspondance avec la future ligne Toulouse Aerospace Express[17]. La station se situe au niveau de la rue Paul Verlaine, dans le quartier Barrière de Paris. D'ailleurs, la station suivante est la station éponyme, qui se situe au niveau d'un rond-point, à proximité de nombreux commerces. La ligne continue sa descente, vers les stations Minimes-Claude Nougaro et Canal du Midi, toutes deux situées dans le quartier des Minimes. La station Canal du Midi se situe sur les bords du canal, à côté du Conseil Départemental de la Haute-Garonne. La ligne B passe alors sous le Canal du Midi.

 
Une rame de la ligne B du métro toulousain

La ligne rentre ensuite dans l'hypercentre toulousain, avec la station Compans-Caffarelli, située sur le Boulevard Lascrosses. La station dessert notamment le quartier d'affaires du même nom, Compans-Caffarelli. Le métro effectue alors une boucle vers l'est pour descendre à la station Jeanne-d'Arc, à proximité de la basilique Saint-Sernin, sur le boulevard de Strasbourg. La station suivante est la station Jean-Jaurès, station de correspondance avec la ligne A du métro. La station est située à côté de la Place Wilson, ainsi que de nombreux monuments toulousains, comme la place du Capitole.

 
Quais de la station Palais de Justice

La ligne continue vers le sud avec la station François-Verdier, située à côté du monument aux morts, sur le carrefour entre le Boulevard Lazare-Carnot et la Rue de Metz notamment. La ligne fait alors un écart vers l'ouest puis vers le sud avec la station des Carmes, située à côté du célèbre marché toulousain. Le métro descend ensuite vers le sud et la station Palais de Justice, à côté du Pont Saint-Michel. La station est aussi le terminus des lignes T1 et T2 du tramway de Toulouse. La ligne descend ensuite en longeant l'île du Ramier vers la station Saint-Michel-Marcel-Langer, située à proximité du Stadium de Toulouse.

Le métro continue sa descente vers le sud, avec la station Empalot, du nom du même quartier populaire. Il passe alors au niveau de la station fantôme Niel, seule station fantôme du réseau toulousain. La ligne continue ensuite son trajet vers la station Saint-Agne-SNCF, station en correspondance avec la gare de Toulouse-Saint-Agne, gare de la ligne Toulouse-Bayonne. Le métro descend ensuite vers la station Saouzelong, ainsi que la station Rangueil, à proximité du quartier résidentiel de Rangueil.

Le métro se rapproche des universités du sud-est toulousain, avec les stations Université Paul-Sabatier et Faculté-de-Pharmacie, toutes deux situées à côté de l'Université Toulouse III-Paul Sabatier, et le Campus de Rangueil. La ligne arrive ensuite à son terminus : la station Ramonville, seule station de la ligne en dehors de la ville de Toulouse. La station se situe près de l'A623, petite portion du périphérique de Toulouse.

Liste des stations et correspondancesModifier

      Station Coordonnées Commune Correspondances Tisséo Réseau Arc-En-Ciel / TER
    Borderouge 43° 38′ 27″ N, 1° 27′ 09″ E Toulouse  1926333640414273114​​​​​​​
 
  12515455
    Trois Cocus 43° 38′ 17″ N, 1° 26′ 39″ E Toulouse  4161​​​​​​​​​​​​​​
    La Vache 43° 38′ 01″ N, 1° 26′ 08″ E Toulouse  596069​​​​​​​​​​​​​  105
 
    Barrière de Paris 43° 37′ 37″ N, 1° 26′ 02″ E Toulouse  152941110​​​​​​​​​​​​
 Stade Ernest-Wallon​​​​​​​​​​​​​​​
  51527277
    Minimes
Claude Nougaro
43° 37′ 14″ N, 1° 26′ 09″ E Toulouse  29​​​​​​​​​​​​​​​
    Canal du Midi 43° 36′ 56″ N, 1° 26′ 02″ E Toulouse  1570Cimetières​​​​​​​​​​​​​
    Compans-Caffarelli 43° 36′ 38″ N, 1° 26′ 09″ E Toulouse  L1​​​​​​​​​​​​​​​
 314563AéroportNoctambus​​​​​​​​​​​
  6388
    Jeanne d’Arc 43° 36′ 31″ N, 1° 26′ 43″ E Toulouse  L1L9​​​​​​​​​​​​​​
 152329394570​​​​​​​​​​
 AéroportCimetièresNoctambusVille​​​​​​​​​​​​
    Jean Jaurès 43° 36′ 21″ N, 1° 26′ 56″ E Toulouse    
 L1L8L9​​​​​​​​​​​​​
 1429​​​​​​​​​​​​​​
 NoctambusVille​​​​​​​​​​​​​​
    François Verdier 43° 36′ 02″ N, 1° 27′ 07″ E Toulouse  L1L7L8L9​​​​​​​​​​​​
 142944​​​​​​​​​​​​​
    Carmes 43° 35′ 52″ N, 1° 26′ 44″ E Toulouse  L4​​​​​​​​​​​​​​​
 NoctambusVille​​​​​​​​​​​​​​
    Palais de Justice 43° 35′ 32″ N, 1° 26′ 41″ E Toulouse      
 L4​​​​​​​​​​​​​​​
 31Noctambus​​​​​​​​​​​​​​
    Saint-Michel
Marcel Langer
43° 35′ 08″ N, 1° 26′ 51″ E Toulouse  L4​​​​​​​​​​​​​​​
 Noctambus​​​​​​​​​​​​​​​
    Empalot 43° 34′ 48″ N, 1° 26′ 31″ E Toulouse  L9​​​​​​​​​​​​​​​
 115254​​​​​​​​​​​​​
    Saint-Agne
SNCF
43° 34′ 49″ N, 1° 26′ 59″ E Toulouse    
 34115Noctambus​​​​​​​​​​​​​
  21, 22, 23, 24, 25
    Saouzelong 43° 34′ 47″ N, 1° 27′ 33″ E Toulouse  44​​​​​​​​​​​​​​​   83
    Rangueil 43° 34′ 30″ N, 1° 27′ 42″ E Toulouse  2380​​​​​​​​​​​​​​
    Faculté de Pharmacie 43° 34′ 05″ N, 1° 27′ 52″ E Toulouse  4478Noctambus​​​​​​​​​​​​​
    Université Paul Sabatier 43° 33′ 39″ N, 1° 27′ 48″ E Toulouse  34445456788182115​​​​​​​​
 HôpitalNoctambus​​​​​​​​​​​​​​
  35083
    Ramonville 43° 33′ 21″ N, 1° 28′ 35″ E Ramonville-Saint-Agne  L6​​​​​​​​​​​​​​​
 273779111112​​​​​​​​​​​  119
 

Les terminus et les principaux pôles d'échanges sont indiqués en gras Une station fantôme est située entre les stations Empalot et Saint-Agne - SNCF : la station Niel. Cette « station fantôme » est visible depuis le métro et assure la ventilation et l'accès pompiers[18],[19].

Station fantômeModifier

 
L'accès condamné, situé en surface, à la station Niel (oc). Situé entre le rectorat et la ligne D.
  • Station Niel (oc) : La station Niel est une station fantôme située sous la caserne Niel, entre les stations Empalot et Saint-Agne-SNCF. Elle assure la ventilation ainsi que l'accès aux pompiers[19].

Correspondances avec le réseau principalModifier

Parc relaisModifier

Trois parcs relais pour les automobilistes arrivant de la banlieue et souhaitant emprunter les transports en commun sont situés à proximité de trois stations accueillant les terminus de plusieurs lignes de bus, à savoir :

  • Borderouge, dont le parc dispose de 1 130 places ;
  • La Vache, dont le parc dispose de 440 places ;
  • Ramonville, dont le parc dispose de 1 050 places.

Dépôt et atelierModifier

Le dépôt et l'atelier du métro est situé au terminus nord de la ligne, après la station Borderouge.

DesserteModifier

Le parcours complet de la ligne dure 26 minutes et 30 secondes[20], la vitesse commerciale moyenne des rames est de 33 km/h[16].

Le premier départ des terminus a lieu à 5h15 sur la ligne A, le dernier départ a lieu en semaine à minuit, à 3h pour les vendredis et samedis[20].

L'intervalle entre chaque rame dépend, comme sur l'autre ligne du métro toulousain, de l'horaire : 1 min 20 aux heures de pointes, 4 minutes en soirée les vendredis et samedis, 5 minutes en heures creuses la semaine, 7 minutes en soirée la semaine et en heures creuses les dimanches et jours feriés, et enfin 9 minutes en début de service[20].

Matériel roulantModifier

Personnel d'exploitationModifier

Chez Tisséo, il existe différentes tâches qui doivent être effectuées pour permettre une bonne gestion de la ligne du métro[21] :

  • La maintenance du matériel roulant est effectuée par des électrotechniciens, des électriciens, des mécaniciens et enfin des carrossiers, qui veillent au bon fonctionnement des rames.
  • La maintenance des installations et des infrastructures.
  • L'exploitation du métro automatisé est géré par des opérateurs du métro, depuis une salle de contrôle.
  • La communication et l'information des voyageurs.
  • La qualité et le respect de l'environnement sont notamment gérés par des chargés d'études.
  • La sûreté, la sécurité est gérée par des vérificateurs de perception, des agents de prévention ainsi que des responsables d'équipes.
  • L'ingénierie ainsi que les projets sont gérés par des ingénieurs, des chefs de projet et des assistants méthode.

Le métro est cependant principalement géré au quotidien par des opérateurs du métro (celui-ci étant automatique, donc sans conducteurs), ainsi que par des agents d'entretien.

Tarification et financementModifier

Sur cette ligne comme sur toutes les autres lignes de métro, bus ou tram de l'agglomération, il existe des billets magnétiques : aller simple, aller-retour (2 déplacements), 10 déplacements, illimités journée, illimités 2 journées, Tribu (2 à 12 personnes, avec 12 déplacements sur le billet) et le ticket soirée. Il existe aussi la Carte Pastel, une carte sans contact, avec laquelle des tarifs spécifiques sont appliqués, par exemple pour les étudiants ou les personnes âgées, avec une réduction, ce qui n'est pas possible sur un ticket magnétique. La Carte Pastel est une carte multi-services puisqu'elle est valable dans plusieurs réseaux : TER Midi-Pyrénées, Réseau Arc-en-ciel et Tarn'bus. Bien évidemment, les tarifs appliqués selon les modes sont différents.

Le financement du fonctionnement de la ligne (entretien, matériel et charges de personnel) est assuré par Tisséo., l'autorité organisatrice des transports en commun toulousains.

TraficModifier

Ce tableau récapitule le trafic selon les années de la ligne B[22] :

2007[23] 2008 2009 2010 2011 2012 2013 2014 2015 2017 2018[1]
17 300 000 38 900 000 40 900 000 44 200 000 46 799 322 50 000 000 51 900 000 52 300 000 52 100 000 53 900 000 57 000 000

Projets d’aménagementModifier

Doublement de la capacité de la ligneModifier

Une fois le doublement de la capacité de la ligne A (2019) et le Toulouse Aerospace Express (2024) réalisés, il est envisagé de procéder à un doublement de la capacité de la ligne B. Cet aménagement sera cependant moins lourd que pour la ligne A, car le gros œuvre des stations est d'ores et déjà réalisé en conséquence[24].

Prolongement au sudModifier

Projet initial (avant le Toulouse Aerospace Express)Modifier

Un prolongement a été étudié pour 2019 de Ramonville jusqu’à La Cadène à Labège. D’une longueur d’environ 5 km, il comportera un viaduc d’environ 4,5 km et cinq stations aériennes. Seul le passage sous le canal du Midi sera souterrain. Sa maîtrise d'œuvre sera assurée par la société Arcadis[25]. Le coût total de l'extension est d'environ 420 millions € dont près de 300 millions seront financés par le Sicoval et le Conseil général de la Haute-Garonne[26]. Il a été soumis à la Commission nationale du débat public en novembre 2012[27]. La Commission a décidé qu'il n'y a pas lieu d'organiser un débat public sur le projet[28].

Le financement évalué à 362 M€ en septembre 2013 devrait être assuré par Tisséo et le Sicoval à hauteur de 141 M€ chacun, avec un complément de 80 M€ du conseil général. Le montage financier est atypique ; il est lié au raccord d'un hypermarché et à la vente de droits à construire auprès de plusieurs promoteurs sur 35 hectares autour du futur terminus à Labège-La Cadène, mais aussi l’extension de la galerie commerciale par Unibail Rodamco[29]. Le 18 décembre 2014, l'État a donné le feu vert au prolongement de la ligne B du métro. Il devrait participer au financement à hauteur de 20 millions d'euros. L'enquête publique s'est tenue du 2 avril au 18 mai 2015[30],[31].

Projet final approuvéModifier

 
Tracé du prolongement de la ligne B dans le contexte du Toulouse Aerospace Express.

À partir de 2014, le projet de prolongement entre en concurrence avec le Toulouse Aerospace Express, projet de troisième ligne de métro. En juillet 2016, le consensus se dégage de ne réaliser que les deux stations les plus au nord du prolongement, Parc Technologique du Canal et Institut National Polytechnique, la partie du prolongement au sud de l’INPT étant transférée au Toulouse Aerospace Express, mais avec trois stations au lieu de quatre. Dans cette configuration, Institut National Polytechnique deviendrait une troisième station de correspondance entre le TAE et la ligne B, et le terminus de la ligne B. Le prolongement serait réalisé en voie double jusqu’au Parc Technologique du Canal, puis à voie unique jusqu’au terminus de la ligne[32],[33]. Cette configuration aura un impact sur l'exploitation de ce prolongement : arrivées à l'actuel terminus Ramonville, 1 rame sur 4 empruntera cette nouvelle section. La fréquence y sera alors d'une rame toutes les 6 minutes. Ce nouveau trajet se ferait en 3 minutes.[34]. Le coût de ce prolongement réduit serait de 220 M€[35].

La Commission nationale du débat public est une nouvelle fois saisie du projet le 25 octobre 2017. Le projet soumis à la CNDP fait 2,7 km et prévoit la construction de deux nouvelles stations aériennes au sud-est de l'agglomération. D'un coût estimé de 182.5 M€, il serait réalisé majoritairement en aérien[36]. La Commission nationale du débat public a décidé de l'organisation d'une concertation préalable qui se déroule du 29 janvier au 23 février 2018 et dont le garant est Jean-Claude Ruysschaert[37]. Une nouvelle enquête publique, concommitante avec celle du Toulouse Aerospace Express, a eu lieu du 6 juin au 18 juillet 2019[33],[38]. La commission d'enquête publique donne un avis favorable au projet sans aucune réserve[39].

      Station Coordonnées Commune Correspondances Tisséo
    Ramonville 43° 33′ 21″ N, 1° 28′ 35″ E Ramonville-Saint-Agne  L6​​​​​​​​​​​​​​​ 27377988111112​​​​​​​​​​  119  
    Parc Technologique du Canal 43° 33′ 03″ N, 1° 29′ 19″ E Ramonville-Saint-Agne  111​​​​​​​​​​​​​​​
    INPT 43° 33′ 04″ N, 1° 30′ 18″ E Labège     (en projet)

Prolongement au nord (abandonné)Modifier

Un autre projet a été proposé en par le maire de L’Union : prolonger le métro de Borderouge à L’Union.

Le principal argument est la surcharge des routes du nord-est toulousain par les voitures et les bus, nécessitant l’arrivée d’un transport en commun en site propre.

Mais un bus en site propre ne pourrait pas être réalisé : le Conseil Général de le Haute-Garonne, propriétaire des routes les plus fréquentées, interdit l’abattage des arbres. Ainsi, seul un tramway contournant ces routes (proposé par Pierre Cohen, ancien maire de Toulouse) ou un métro (le prolongement de la ligne B est réalisable) en permettrait la desserte.

Aucune étude n’a été réalisée, et le projet n’est pas inscrit au plan de déplacements urbains[40].

TourismeModifier

 
La Basilique Saint-Sernin, accessible depuis la station Jeanne-d'Arc.

La ligne B traverse Toulouse du nord-ouest au sud-est, et dessert de nombreux monuments et quartiers touristiques, comme :

RéférencesModifier

  1. a b et c Tisséo - Collectivités, « Tisséo - Chiffres Clés 2018 », (consulté le 8 mai 2019)
  2. a et b Yves MARC, « C'est Matra...d'une courte tête ! », sur ladepeche.fr, (consulté le 11 juillet 2018)
  3. a et b « Coup d'envoi de la ligne B du métro, signature des premiers contrats (3,8 MdsF) », sur ladepeche.fr, (consulté le 11 juillet 2018)
  4. « Métro : de l'encombrement sur toute la ligne », sur ladepeche.fr, (consulté le 11 juillet 2018)
  5. « Compans. Portes ouvertes à la station Compans-Caffarelli », sur ladepeche.fr, (consulté le 11 juillet 2018)
  6. « Métro. La station des Carmes dévoilée », sur ladepeche.fr, (consulté le 11 juillet 2018)
  7. « Toulouse : le métro de tous les records », sur ladepeche.fr, (consulté le 11 juillet 2018)
  8. a et b « Jean-Louis Borloo inaugure la ligne B du métro de Toulouse », sur ladepeche.fr, (consulté le 11 juillet 2018)
  9. « Métro: 3,5 milliards sur les rails », sur ladepeche.fr, (consulté le 11 juillet 2018)
  10. Maxime Lafage, « Étude exploratoire d'opportunité et de faisabilité d'une troisième ligne de métro pour Toulouse », sur [1], (consulté le 19 décembre 2012)
  11. "http://www.kld-design.fr/portfolio/tisseo-toulouse/"
  12. https://www.20minutes.fr/article/351603/Toulouse-Le-metro-serait-OK-pour-la-langue-d-Oc.php
  13. https://www.ladepeche.fr/article/2013/12/14/1775342-record-frequentation-battu-tisseo-708-209-voyages-jour.html
  14. « Toulouse : Inondée, la station Saint-Agne restera fermée pendant au moins deux semaines », 20 minutes, 9 janvier 2017 [lire en ligne]
  15. « Prolongement de la ligne B : feu vert pour la concertation », ladepeche.fr,‎ (lire en ligne, consulté le 12 janvier 2018)
  16. a et b « Ligne B – MidiMobilités », sur www.midimobilites.fr (consulté le 12 juillet 2017)
  17. « Carte interactive de la 3e ligne de métro : c'est la station Sept-Deniers », ladepeche.fr,‎ (lire en ligne, consulté le 12 juillet 2017)
  18. Yves Marc, « Il n'y aura pas de station Niel », La Dépêche du Midi,‎ (lire en ligne, consulté le 12 juillet 2017)
  19. a et b Philippe Salvador, « [#LeBQE] Pourquoi y a-t-il une station fantôme dans le métro toulousain ? », Le Journal Toulousain,‎ (lire en ligne)
  20. a b et c « Tisséo, partenaire des transports de l’agglomération toulousaine », sur www.tisseo.fr (consulté le 12 juillet 2017)
  21. « Métiers et emplois | Tisséo », sur www.tisseo.fr (consulté le 21 décembre 2017)
  22. « Fréquentation Réseau Tisséo – MidiMobilités », sur www.midimobilites.fr (consulté le 12 juillet 2017)
  23. La faible fréquentation de l'année 2007 est liée à l'ouverture de la ligne en milieu d'année, en juin.
  24. Toulouse réfléchit à doubler (aussi) la capacité de la ligne B du métro
  25. Le prolongement de la Ligne B du métro de Toulouse pour Arcadis
  26. Arcadis wins a major metro extension project in Toulouse, France - Press release
  27. Prolongement de la ligne B du métro de l'agglomération toulousaine à Labège Innopole - Commission nationale du débat public 21/11/2012
  28. Décision no 2013 / 01 / PROLB / 1 - Projet de prolongement de la ligne B du métro de l'agglomération toulousaine - Commission nationale du débat public 9/1/2013
  29. Accord sur le financement du métro à Labège - La Dépêche
  30. Arnaud Lafon «pour la prolongation du métro» - La Dépêche
  31. [PDF]Avis d'ouverture d'enquête publique
  32. Troisième ligne de métro. Combien ça va coûter et qui va payer
  33. a et b À Toulouse, le projet de connexion entre la ligne B du métro et la future troisième ligne avance
  34. « Connexion Ligne B | Tisséo Collectivités », sur tisseo-collectivites.fr (consulté le 10 février 2018)
  35. Tableau de coûts des infrastructures SMTC
  36. [PDF]Connexion Ligne B — Dossier du Maître d’Ouvrage
  37. Communiqué des décisions du 8 novembre 2017- Commission nationale du débat public 08/11/2017
  38. La connexion entre la ligne B et Toulouse Aerospace Express en question - Construction Cayola
  39. [PDF]Conclusions et Avis de la commission d’enquête des opérations TAE et CLB
  40. l’Union veut prendre le métro

BibliographieModifier

François Barré, Joindre et Rejoindre. L'art et le métro de Toulouse, Paris, 2007 (ISBN 978-2-7557-0279-8)

Voir aussiModifier

Articles connexesModifier

Liens externesModifier

Sur les autres projets Wikimedia :