Ouvrir le menu principal

Véra (nouvelle de Villiers de L'Isle-Adam)

court récitd'Auguste de Villiers de L'Isle-Adam
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Vera.

Véra
Publication
Auteur Auguste de Villiers de L'Isle-Adam
Langue Français
Parution Drapeau de la France France,
dans La Semaine parisienne
Recueil
Intrigue
Genre Nouvelle fantastique

Véra est une nouvelle fantastique d'Auguste de Villiers de L'Isle-Adam.

RésuméModifier

La scène se passe à la tombée de la nuit. Le comte d’Athol est en deuil : sa femme Véra est décédée subitement. Après avoir passé la journée dans le caveau, il en a jeté la clé suite à sa décision mystérieuse de ne plus revenir. Il se retrouve dans la chambre de Véra où rien n’a bougé. Le comte n’a plus aucune raison de vivre. Il se remémore leur rencontre et leur six mois de bonheur. Un serviteur venu voir son maître est empli de terreur car le comte fait comme si Véra était toujours là. Le comte fait renvoyer tous ses serviteurs sauf Raymond afin de s’isoler encore plus du monde avec sa belle. D’abord sceptique et inquiet, Raymond se laisse entrainer dans l’affreux mirage de son maître, ce qui lui fait peur. Le comte est persuadé d’être avec Véra à tel point qu’il semble effectivement y avoir une présence supplémentaire dans l’hôtel particulier qu’ils occupent. Ils vivent ainsi durant un an. Le soir de l’anniversaire de la mort de la comtesse, tout semble faire croire à son retour dans sa chambre. Elle veut revenir vers celui qui l’aime tant. Elle doit absolument être dans sa chambre ! Le comte y croit tellement qu’il la voit et qu’il l’entend lui parler. Ils s’embrassent. D’un coup, il se souvient qu’elle est morte et toutes ses illusions s’envolent. Alors qu’il pleure pour la retrouver, un objet tombe : la clé du caveau.

Le fantastique dans Véra : deux lecturesModifier

Le narrateur n'est pas le héros, il raconte ainsi l'histoire avec du recul par rapport aux événements fantastiques. Le comte d'Athol, lui, ne trouve rien de surnaturel au retour de sa femme car il l'aime encore beaucoup.

PostéritéModifier

« Véra » fait partie des principales inspirations du film La piel que habito du réalisateur espagnol Pedro Almodóvar sorti en 2011[1].

Notes et référencesModifier

  1. Villiers de L'Isle-Adam, Contes cruels, « Véra », Livre de poche, Les classiques de Poche, p.22 à 33.

Voir aussiModifier

Sur les autres projets Wikimedia :