Bonjour et bienvenue sur la page de CHABERT Louis !

A 87 ans, j'ai découvert Wikipedia assez récemment comme utilisateur et ai vivement apprécié la richesse des informations infiniment plus développées que dans les dictionnaires et les encyclopédies auxquels je me référais habituellement. En revanche, à l'occasion de banales recherches comme le numéro de téléphone d'une mairie, j'ai constaté qu'au niveau local l'histoire des simples communes restait à écrire dans la plupart des cas. C'est alors que l'idée m'est venue d'apporter ma contribution dans le domaine de ma compétence

Je suis venu tardivement à l'enseignement supérieur et à la recherche. Comme professeur à l'université Lyon 2 de 1970 à 1993, , mes travaux ont porté essentiellement sur les Alpes et plus particulièrement sur la Savoie dont je suis originaire. J'ai soutenu ma thèse de doctorat d'Etat devant un jury de l'Institut de géographie alpine (où j'avais fait une partie de mes études supérieures) en 1978.Celui-ci faisait alors partie de l'université scientifique Fourier de Grenoble. Cette thèse était intitulée Les grandes Alpes industrielles de Savoie. J'ai eu la chance de bénéficier d'une dotation généreuses et les 1 300 exemplaires de ma thèse ont été rapidement vendus dans le public auquel je m'étais fait connaître par des articles de fond dans l'hebdomadaire savoyard La vie nouvelle. Par ailleurs la société Pechiney-Ugine-Kuhlmann, fortement impliquée dans les industries de ces vallées, a apprécié la qualité de mes recherches et j'ai été appelé à son siège rue de Balzac à Paris en consultation sur le devenir de la région. Par la suite, j'ai continué à m'intéresser au destin des usines de la houille blanche et ai publié une mise à jour de 36 pages en 1987 sur l'électrochimie et l'électrométallurgie dans l'ensemble des deux Savoie. Il a alors été fait appel à moi pour des études plus générales. J'ai publié sur le site internet Sabaudia une longue étude sur l'histoire des activités industrielles de ces mêmes départements. Dans les années 2000, le Conseil général de la Savoie m'a confié la rédaction en collaboration d'un ouvrage intitulé Cent ans d'économie en Savoie et j'ai également livré deux gros chapitres sur l'agriculture et l'industrie dans une grosse encyclopédie de la Haute-Savoie rapidement rééditée. Devenu familier des problèmes énergétiques, il m'a été confié la rédaction d'un chapitre sur l'ensemble de la chaîne des Alpes que j'ai intitulé Les Alpes, réservoir de puissance dans l'ouvrage où sont consignés les travaux du Congrès international de géographie à Paris en 1985.

Conscient que mes recherches de géographie sont devenues une page d'histoire, je me tiens au courant à travers la presse locale de l'actualité qui a parfois une résonance nationale voire internationale au point de justifier des déplacements ministériels dont ceux de Montebourg et de Macron. Hors de ce thème essentiellement industriel, j'ai assuré en collaboration la direction d'une collection sur diverses parties de la Savoie et y ai publié plusieurs ouvrages dont un en tant que membre du conseil scientifique du Parc national de la Vanoise. Mes recherche hors de France ont été plus ponctuelles en Italie, en Suisse, au Monténégro, en Pologne.

J'avoue, en revanche, ma totale ignorance au départ des normes qui régissent le fonctionnement de wikipedia mais grâce à un parrainage très suivi et très efficace, au terme d'une vingtaine de contributions, beaucoup d'entre elles me sont devenues familières. Je pense aussi faire de grands progrès dans l'illustration photographique de mes textes. En contrepartie, je pense être en droit d''attendre que me soient reconnues compétence et impartialité sur des sujets auxquels j'ai consacré de nombreuses années.

Mes contacts lyonnaisModifier

>> Page de conversation du groupe des contributeurs lyonnais