Drapeau de Provence « moderne ».svg


Cassoulet n'a strictement aucune raison de s'écrire caçolet en « occitan » !
Provence
France
Halte à l’hégémonisme !
Halte à l’hégémonisme !
Projet:Pages orphelines
Pages orphelines
Circle-icons-volume.svg
Anti Bandeaux
Marre des banderilleros
Non aux anglicismes
Non aux anglicismes
Non au franglais
Non au franglais
News unsubscribe.png
Wikipédia relate l'Histoire
Noburqa
La burqa ? J'en veux pas !
Anti-islamisme
Anti-Occitanisme
Anti-Occitanisme
Informations Babel sur l’utilisateur
fr-N Cet utilisateur a pour langue maternelle le français.
it-3 Questo utente può contribuire con un livello avanzato in italiano.
en-2 This user has intermediate knowledge of English.
ca-2 Aquest usuari té un coneixement mitjà de català.
Utilisateurs par langue


Armes de Ais de Provença.svg


N'oubliez jamais
Modifier

Ce n'est pas parce qu'ils sont nombreux à avoir tort qu'ils ont raison ! Wikipédia est un endroit démoralisant où les médiocres agissent en bande afin de faire régner la loi.

LEUR LOI

Gardez toujours un esprit critique, ne prenez rien pour agent comptant, la propagande et la désinformation règnent en maître. Souvenez vous que Wikipédia n'est ni une source fiable ni une source sûre.

¡NO PASARÁN!
Modifier

« Un courant militant dit « occitaniste » a émergé dans les années 1930 et s’est développé depuis les années 1950. On y considère que l’ensemble des pratiques linguistiques et des variétés romanes dites « d’oc » du grand tiers sud de la France constituent une seule et même langue, qu’on décide de nommer occitan d’après un terme latin rare retrouvé dans des textes médiévaux. Ce terme est lui-même issu d’une désignation littéraire rare et mal fondée attestée chez le poète médiéval toscan Dante Alighieri. Cette vision d’une langue unifiée est associée à celle d’une communauté supposée (culturelle, historique, politique) (« l’Occitanie, les occitans ») pour laquelle on vise une politique du même type que celle de la Catalogne espagnole, qui sert de modèle : l’occitan devant devenir une langue officielle privilégiée en Occitanie. Ce projet aux tendances parfois nationalistes implique un territoire le plus vaste possible afin d’y englober le plus de pratiques et variétés linguistiques possibles. Comme toute construction nationale, il lui faut une légitimité historique par une interprétation orientée d’événements posés comme fondateurs (la croisade contre les Albigeois, la littérature des troubadours, voire le Félibrige). Tout cela a pour but de gommer la « fragmentation actuelle » de cette « Occitanie » et de cet « occitan », de lui donner plus de poids pour rivaliser avec langue, culture, identité françaises. La stratégie de promotion consiste ainsi à proposer une imitation des langues dominantes en collant aux critères de domination : construire une langue la plus « grosse » possible (en nombre d’utilisateurs, en superficie couverte, en potentiel de pratiques et donc en justification d’un statut amélioré), visant une concurrence d’institutionnalisation et de fonctions avec la langue dominante, d’où l’élaboration d’une standardisation graphique et linguistique complexe et imposée à des populations perçues comme « endoctrinées » ou « aliénées » au bénéfice de la langue et l’identité françaises dominantes. »[1]

Notes et référencesModifier

  1. Philippe Blanchet, « L'identification des langues : une question clé pour une politique scientifique et linguistique efficiente. L'exemple des catégories « béarnais, gascon, occitan » », Modèles linguistiques, vol. XXXIII, no 66,‎ , p. 17–25 (ISSN 2274-0511, DOI 10.4000/ml.282, lire en ligne, consulté le 7 juin 2021)