Turnus est le roi des Rutules d'Ardée, qui s'opposa à l'installation du Troyen Énée et de ses compagnons dans le Latium. Fils de Daunus et frère de la nymphe Juturne, il est un personnage important de l’Énéide de Virgile.

Turnus
Image dans Infobox.
Enée terrassant Turnus peinture de Luca Giordano.
Fonction
Roi
Biographie
Naissance
Date et lieu inconnusVoir et modifier les données sur Wikidata
Décès
Activités
Père
Daunus (d)Voir et modifier les données sur Wikidata
Mère
Fratrie
Parentèle
Amata (tante)Voir et modifier les données sur Wikidata
Autres informations
Conflit
Rutulian War (d)Voir et modifier les données sur Wikidata

ÉtymologieModifier

Jean Haudry rapproche le nom Turnus du mot védique désignant l'herbe, mot apparenté au vieux-slave *třinǔ et au germanique *þurnu- (all. Dorn, ang. Thorn) « épine »[1].

PrésentationModifier

Latinus, roi des Laurentes, premiers habitants du Latium, avait promis sa fille Lavinia à Turnus. Mais quand Énée arrive dans le Latium, Latinus lui offre sa fille. Fou de rage, Turnus parcourt l’Italie à la recherche d’alliés, puis décide d'attaquer les Troyens. Les Rutules commencent par assiéger le campement des Troyens, sans succès. Puis, ce sont Énée et ses compagnons qui assiègent à leur tour la cité de Turnus. Celui-ci propose alors à Enée un duel. Au terme d'un long combat, Turnus succombe, au tout dernier vers de l'œuvre de Virgile

Références littéraires à TurnusModifier

Dante cite Turnus au Chant I de l’Enfer, première partie de la Divine Comédie :

« ...mais de sagesse, d’amour et de vertu, et sa patrie sera entre Feltre et Feltre, il sera le salut de cette humble Italie pour qui, blessés, moururent la vierge Camille, Euryale, Turnus et Nisus[2]. »

Notes et référencesModifier

  1. Jean Haudry, Enéide, Revue des Études latines, 95, 2018, p.99-124
  2. Commedia, Inf. I, 108 (texte original) - Trad. Lamennais

AnnexesModifier

BibliographieModifier

Liens externesModifier