Ouvrir le menu principal

Tshering Tobgay

homme politique bhoutanais

Tshering Tobgay
Illustration.
Tshering Tobgay en novembre 2013.
Fonctions
Premier ministre du Bhoutan

(5 ans et 13 jours)
Monarque Jigme Khesar Namgyel Wangchuck
Prédécesseur Jigme Thinley
Successeur Lotay Tshering
Biographie
Date de naissance (54 ans)
Lieu de naissance Haa (Bhoutan)
Nationalité Bhoutanaise
Parti politique Parti démocratique populaire
Conjoint Tashi Doma
Diplômé de Université de Pittsburgh
John F. Kennedy School of Government
Profession Fonctionnaire
Religion Bouddhisme

Tshering Tobgay
Premiers ministres du Bhoutan

Lyonpo Tshering Tobgay, né le , est un homme d'État bhoutanais. Il dirige le Parti démocratique populaire dont il est l'un des membres fondateurs[1] est Premier ministre de juillet 2013 à août 2018.

BiographieModifier

Diplômé en génie mécanique de l'université de Pittsburgh, il obtient un MBA à Harvard en 2004[2].

Il devient fonctionnaire au sein du ministère de l'Éducation en 1991. De 2003 à 2007, il occupe des fonctions de direction au sein du ministère du Travail et des ressources humaines, et démissionne cette même année pour se lancer dans une carrière politique[1].

À la suite des secondes élections législatives du pays remportées par son parti le 13 juillet 2013, il est nommé Premier ministre le 27 juillet[3].

Il remet en cause les discours sur le bonheur national brut (BNB), expliquant que le gouvernement précédent a passé beaucoup plus de temps à en parler qu'à agir, et relève que le pays est confronté à quatre grands défis : l'endettement, la crise monétaire avec le manque de roupies indiennes, le chômage, dont celui des jeunes, et la perception d'une corruption croissante[4],[5]. Toutefois, le ministre affirme à Marie-Monique Robin, qu'il se situe toujours dans la lignée du BNB[6]. Après sa prise de fonction, Tshering Tobgay a protégé le BNB de son pays et a promu le concept à l'échelle internationale[7],[8].

Il quitte ses fonctions en août 2018 quand son gouvernement est remplacé par un cabinet de transition chargé de diriger les affaires courantes jusqu'aux élections législatives. Il ne sera pas reconduit ensuite à la tête du gouvernement car son parti sera éliminé dès le premier tour, le 15 septembre 2018.

Notes et référencesModifier