Ouvrir le menu principal

Travailler plus pour gagner plus

Nicolas Sarkozy en 2015.

Travailler plus pour gagner plus est un slogan de la campagne présidentielle française de 2007 utilisé par Nicolas Sarkozy. Il symbolise la volonté du candidat de remettre en cause les 35 heures et de « libérer » le travail des salariés afin d'augmenter leur pouvoir d'achat.

Contexte politiqueModifier

Durant la campagne présidentielle de 2007, le candidat UMP Nicolas Sarkozy porte un programme économique dont l'un des objectifs consiste à rendre inopérants les effets de l'abaissement du temps de travail légal de 40 heures à 35 heures (dites « loi des 35 heures ») décidé par gouvernement socialiste quelques années plus tôt. Il propose notamment la défiscalisation des heures supplémentaires, afin de donner un avantage concurrentiel à ce type d'horaire par rapport aux heures contractuelles[1].

Pour faire passer ce message dans l'opinion publique, il emploie alors pour la première fois au cours de cette campagne la formule « Travailler plus pour gagner plus » lors d'un meeting à Périgueux le 12 octobre 2006[2].

RéceptionModifier

La formule rencontre un certain succès (large utilisation dans les médias) ce qui la propulse alors au rang de slogan du candidat pour le reste de la campagne[1],[3]. Certains analystes n'hésitent d'ailleurs pas à voir dans la bonne réception du slogan un élément clé du succès du candidat lors de l'élection[4].

Des syndicats comme la CGT se sont opposés à cette idée, arguant que c'était une « provocation » envers les nombreux chômeurs français[réf. souhaitée]. De son côté, le MEDEF, alors dirigé par Laurence Parisot, était également contre, au motif qu'il s'agit d'une mesure de relance par la consommation[5].

Au cours de la campagne pour la présidentielle 2012, plusieurs articles qui dressent le bilan du quinquennat de Nicolas Sarkozy font référence à ce slogan[6]. Ils démontrent ainsi l'impact qu'a eu ce slogan sur l'opinion publique.

PostéritéModifier

Le slogan est régulièrement repris, sous des formes variées et parfois des significations différentes voire opposées, dans les médias ou par des personnalités politiques afin d'illustrer des idées concernant les problématiques du temps de travail et des salaires[7],[8],[9],[10],[11]. La notoriété de ce slogan dépasse également les frontières nationales puisqu'il est employé par des médias d'autres régions francophones du monde[12],[13].

En avril 2017, le candidat à la présidence Emmanuel Macron utilise l'expression « [...] travailler plus pour gagner davantage » [14],[15]. Cette déclaration est mise en parallèle du slogan de Nicolas Sarkozy par des médias qui y voient une proximité idéologique entre les deux personnalités politiques.

OriginesModifier

Lors de la campagne présidentielle de 2002, Jean-François Copé, secrétaire national chargé du projet du RPR, emploie en décembre 2001 la formule : « Il s'agit de donner aux salariés qui le souhaitent la possibilité de gagner plus en travaillant davantage »[16] à propos de l'assouplissement de la loi sur les 35 heures et du déplafonnement du contingent d'heures supplémentaires demandé par le patronat.

Louis Lambel, président fondateur des Créateurs d'emplois et de richesse de France (CERF), emploie l'expression le 15 janvier 2003 à l'occasion du lancement du CERF, pour illustrer sa proposition d'exonération et de défiscalisation des heures supplémentaires[17].

Reprenant cette proposition, Nicolas Sarkozy, ministre de l’Économie et des Finances, emploie l'expression et annonce son intention d'exonérer et défiscaliser les heures supplémentaires à l'occasion de Planète PME, la Journée nationale de la CGPME, le 30 juin 2004.

En 2004, Jacques Chirac fait usage de la phrase pour promouvoir ses réformes lors de l'interview traditionnelle du 14 juillet[18].

Nicolas Miguet, qui échoue finalement à recueillir les 500 parrainages requis pour se présenter en 2007, souhaitait en faire son thème principal de campagne[19].

Voir aussiModifier

BibliographieModifier

  • Philippe-J Maarek, La communication politique de la présidentielle de 2007 : Participation ou représentation ?, L'Harmattan, 2009

Articles connexesModifier

Notes et référencesModifier

  1. a et b « Travailler plus pour gagner plus: pas si simple », Libération.fr,‎ (lire en ligne, consulté le 22 avril 2018)
  2. « Travailler plus pour gagner plus... pour ceux qui le souhaitent ! », AgoraVox,‎ (lire en ligne, consulté le 22 avril 2018)
  3. « "Travailler plus pour gagner plus" : la promesse électorale à l'épreuve de la réalité », sur Le Monde.fr,
  4. « Travailler plus ne permet pas de gagner plus », Alternatives Economiques,‎ (lire en ligne)
  5. Parisot, Laurence, 1959- ..., Besoin d'air, Seuil, (ISBN 9782020942843, OCLC 421762147, lire en ligne), page 95
  6. « Le "travailler plus pour gagner plus" critiqué », sur www.europe1.fr,
  7. « Des cadres prêts à travailler plus pour gagner plus », FIGARO,‎ (lire en ligne, consulté le 22 avril 2018)
  8. « Travailler plus, sans gagner plus: la solution de l'institut Montaigne », leparisien.fr,‎ (lire en ligne)
  9. « La réforme du droit du travail ? Travailler plus pour gagner... pareil », leplus.nouvelobs.com,‎ (lire en ligne, consulté le 22 avril 2018)
  10. « Macron propose de travailler plus... sans gagner plus », ladepeche.fr,‎ (lire en ligne, consulté le 22 avril 2018)
  11. Emmanuel Berretta, « Sarkozy s'inquiète du "travailler plus sans gagner plus" de Fillon », Le Point,‎ (lire en ligne, consulté le 22 avril 2018)
  12. « Oui au Revenu de Base Inconditionnel – Travailler moins pour gagner plus ! », sur rbi-oui.ch,
  13. « Travailler plus pour gagner peu », Bilan,‎ (lire en ligne)
  14. « "Travailler plus pour gagner davantage", quand Macron fait du Sarkozy », Le Huffington Post,‎ (lire en ligne, consulté le 22 avril 2018)
  15. « Travailler plus pour gagner plus: quand Macron fait du Sarkozy à Rungis », Challenges,‎ (lire en ligne, consulté le 22 avril 2018)
  16. Sophie Roquelle, « Le RPR s'engage, en cas d'alternance, à rendre « facultatives » les 35 heures », Le Figaro, 13 novembre 2001.
  17. Archives du Cerf
  18. Allocution télévisée du 14 juillet 2004, archives de l'INA
  19. Judith Duportail, « Sarkozy : son slogan est déjà pris ! », sur http://lelab.europe1.fr, (consulté le 15 avril 2012) : « Nicolas Miguet arborait sur ses affiches de campagne « Travailler plus et gagner plus » qui n'est pas sans rappeler le "Travailler plus pour gagner plus" de Nicolas Sarkozy. »