Traité de Gandomak

Le traité de Gandomak, ou de Gandamak, qui fut signé le entre le représentant britannique, Louis Cavagnari, et l'émir d'Afghanistan, Yaq'ûb Khân, était censé mettre un terme à la Seconde guerre anglo-afghane. S'il fixa effectivement les modalités de cohabitation entre les Afghans et le Radj britannique, il devait encore s'écouler de longs mois avant que la paix soit finalement établie entre les deux partis.

HistoriqueModifier

 
La négociation de Gandomak (mai 1879). De g. à dr. : Jenkins, major Louis Cavagnari, émir Ya'qûb Khan, Daoud Châh, commandant l'armée ghilzaï de Ya'qûb, Habiboullâh Moustafi, vizir d'Ayoub.

Ce village, situé à une cinquantaine de kilomètres de la capitale en direction de Djelâlâbâd, n'avait pas été choisi au hasard. Il se situait non loin de l'endroit, dans les gorges de la Kaboul, où une armée britannique avait été massacrée par les Afghans en janvier 1842 lors de la bataille de Gandamak[1].

Il prévoyait la reconnaissance par l'émir du contrôle britannique sur le défilé de Khaïber et sur les districts de Kurram, Pishin et Sibi. L'Afghanistan renonçait en outre à sa souveraineté externe[2], c’est-à-dire qu'il ne pourrait entretenir des relations internationales qu'avec l'accord des autorités britanniques, qui disposeraient à cet effet d'une mission permanente installée à Kaboul. En contrepartie, l'émir recevait une pension annuelle de 60 000 £.

Ce traité, qui a toujours été considéré comme déshonorant par les Afghans, devait être reconnu par l'émir Abdur Rahman Khan en 1880, et lui permettre d'établir son autorité sur l'ensemble du territoire afghan dans les frontières qu'on lui connaît aujourd'hui[3]. Le traité a pour conséquence de couper l'éthnie pachtoune entre le Pakistan et l'Afghanistan au niveau de la ligne Durand[4].

L'Afghanistan retrouvera sa souveraineté externe après la troisième guerre anglo-afghane et la signature du traité de Rawalpindi ().

Articles connexesModifier

Notes et référencesModifier

  1. Antoine Perraud, « Afghanistan : comment l’Occident s’y est toujours cassé les dents », sur mediapart.fr, (consulté le )
  2. Barnett R. Rubin, « Afghanistan : la souveraineté comme condition de la sécurité », Critique internationale, vol. 28,‎ (lire en ligne)
  3. Rahim Kherad, « LA POLITIQUE EXTERIEURE DE L'AFGHANISTAN DANS SES RAPPORTS AVEC LES PAYS FRONTALIERS », Studia Diplomatica, vol. 42, no 3,‎ , p. 323–341 (ISSN 0770-2965, lire en ligne, consulté le )
  4. Alain Labrousse, « Le trafic de drogue au Pakistan : une affaire d'Etat ? », Cultures & Conflits, no 03,‎ (ISSN 1157-996X, DOI 10.4000/conflits.113, lire en ligne, consulté le )