Traité de Détroit (1807)

Le traité de Détroit est un traité signé le à Détroit dans le Michigan entre les États-Unis et les Amérindiens Outaouais, Ojibwés, Hurons-Wendat et Potéouatamis.

Le traité de Détroit de 1807 cède la zone de couleur olive le sud-est du Michigan.
Le traité cédé la zone jaune foncé au nord de la rivière Maumee dans le nord-ouest de l'Ohio.

NégociationsModifier

Le , William Hull, gouverneur du territoire du Michigan et surintendant des affaires indiennes, seul représentant des États-Unis, signe le traité avec les représentants des Outaouais, Ojibwés, Hurons-Wendat et Potéouatamis.

Avec ce traité les Premières Nations cèdent une grande partie des terres du sud-est du Michigan et du nord-ouest de l'Ohio.

Un parallèle est fixé au centre du Michigan. La limite du traité s'étendait vers le nord-est de White Rock au lac Huron, et vers l'est jusqu'à la frontière internationale avec le Haut-Canada, et vers la rivière Sainte-Claire, le lac St. Clair et la rivière Détroit, et vers le lac Érié jusqu'à l'embouchure de la rivière Maumee[1].

SignatairesModifier

  • George McDougall, juge ;
  • C. Rush, général ;
  • Jacob Visger, juge ;
  • Jos. Watson, secrétaire du Michigan ;
  • Abijah Hull, secrétaire du Michigan ;
  • Harris H. Hickman, avocat ;
  • Abraham Fuller Hull, secrétaire de commission.

Notes et référencesModifier

AnnexesModifier

BibliographieModifier

  • (en) George E. Fay (ed.), Treaties Between the Potawatomi Tribe of Indians and the United States of America, 1789 - 1867, Greeley, Colorado, University of Northern Colorado, .
  • (en) Charles J. Kappler (ed.), Indian Treaties 1778-1883, Mattituck, New York, Amereon House, .

Liens externesModifier