Ouvrir le menu principal
Le Tractus Armoricanus et Nervicanus et le reste du litus Saxonicum.

Le Tractus Armoricanus et Nervicanus (parfois en français division Armoricaine et Nervienne ou division Armoricaine et Nervicane) est le nom de l’administration militaire chargée du contrôle de toutes les côtes de Boulogne à la Gironde et créée officiellement en 370, sous le règne de l'empereur Valentinien Ier.

Elle est placée sous le commandement du Dux tractus Armoricanus et Nervicanus, un « duc » (grade militaire de l’armée romaine). Elle est un des trois maillons de la Côte saxonne (litus Saxonicum). Son bras maritime armé est la classis Armoricana ou flotte armoricaine, qui assure la défense des côtes de la Manche contre la piraterie.

RéférencesModifier

Version en latin[1] Traduction

Sub dispositione viri spectabilis ducis
tractus Armoricani et Nervicani :
Tribunus cohortis primae novae Armoricanae,
Grannona in litore Saxonico.
Praefectus militum Carronensium, Blabia.
Praefectus militum Maurorum Benetorum, Benetis.
Praefectus militum Maurorum Osismiacorum, Osismis.
Praefectus militum superventorum, Mannatias.
Praefectus militum Martensium, Aleto.
Praefectus militum primae Flaviae, Constantia.
Praefectus militum Ursariensium, Rotomago.
Praefectus militum Dalmatarum, Abrincatis.
Praefectus militum Grannonensium, Grannono.

Sous les ordres de l’honorable duc
de la division Armoricani et Nervicani :
Le tribun de la première cohorte de la Novae Armoricae,
Grannona[n. 1] sur le littoral saxon,
Le commandant des soldats carronenses, à Blabia (Hennebont / Port-Louis ?),
Le commandant des soldats maures chez les Vénètes, à Benetis (Vannes),
Le commandant des soldats maures chez les Osismes, à Osismis (Brest),
Le commandant des soldats-chasseurs, à Mannatias (Nantes),
Le commandant des soldats de Mars, à Aleto (Aleth),
Le commandant des soldats de la Première (légion) Flaviae, à Constantia (Coutances),
Le commandant des soldats ursarienses, à Rotomago (Rouen),
Le commandant des soldats dalmates, à Abrincatis (Avranches),
Le commandant des soldats grannonenses, à Grannono[n. 1]

 
Notitia Dignitatum.

Une Armorique agrandieModifier

La fédération armoricaine était une alliance des peuples gaulois vivant entre Seine et Loire contre les Romains lors de la conquête de Jules César.

Les Romains reprendront le nom d’Armorique au IVe siècle, lors de la création du Tractus Armoricanus et Nervicanus[2]. La province romaine militaire d'Armorique s'étend alors de l'estuaire de la Gironde à celui de la Somme et au-delà.

L'interprétation d'un tractus[3] armoricain au sud de la Loire a donné lieu à une confusion déjà ancienne entre Blaye en Gironde et Blavet dans le Morbihan. Félix Le Royer de La Sauvagère démontre dès 1770 l'erreur commise un siècle plus tôt par Adrien de Valois, qui plaçait Blavia en Bretagne à l'emplacement de l'actuel Port-Louis (Morbihan), alors qu'il s'agit bien de Blaye, sur l'estuaire de la Garonne : Praefectus militum Carronentium, at Blabia [4], ce que confirme également Joseph Loth, éminent linguiste et historien français né à Guémené-sur-Scorff : "le nom de Blavet n'apparaît pour Port-Louis qu'au XVe siècle"[5],[6].

NotesModifier

  1. a et b Grannona n’a pas été identifié avec certitude ; de nombreuses communes littorales de la Seine-Maritime à la Loire-Atlantique ont été proposées sans qu’il soit possible de trancher.

RéférencesModifier

  1. Notitia dignitatum, section XXXVII sur Vicifons, la Wikisource latine.
  2. (en) Texte intégral anglais Tractus Armoricanus...
  3. tractus
  4. Félix Le Royer de La Sauvagère, "Recueil d'antiquités dans les Gaules, enrichi...", p. 298-303, Paris, 1770. Lire en ligne
  5. L'Émigration bretonne en Armorique du Ve au VIIe siècle de notre ère, Rennes, 1883, réédition Slatkine Reprints Paris-Genève-Gex 1980 (ISBN 2-05-100102-2), consultable sur la bibliothèque numérique de l'Université Rennes 2
  6. https://archive.org/stream/lmigrationbreto00lothgoog#page/n70/mode/2up/search/Garronensium+