Trésor de Caldas de Reis

trésor d'or de l'âge du bronze galicien, découvert à Pontevedra, en Espagne

Trésor de Caldas de Reis
Présentation du trésor au Musée de Pontevedra
Présentation du trésor au Musée de Pontevedra
Période âge du bronze
Culture Protohistoire
Date de découverte 20 décembre 1940
Lieu de découverte Pontevedra, Espagne
Coordonnées 42° 26′ 01″ nord, 8° 38′ 32″ ouest
Conservation Musée de Pontevedra, Pontevedra
Géolocalisation sur la carte : Espagne

Le trésor de Caldas de Reis est un ensemble de 36 pièces pour un total de 14,9 kg d' or de plus de 20 carats appartenant à l'âge du bronze galicien et ayant des concomitances avec les îles britanniques, l'Irlande, la Bretagne et l'Europe centrale. Il est daté de l'âge du bronze final au début de l'âge du bronze ancien (chronologiquement vers 1900-1800 avant J.-C.).

Le trésor de Caldas suggère une certaine communauté culturelle avec les Finistère européens et une société structurée de façon hiérarchique sous des élites qui ont commencé à monopoliser les relations commerciales et l'accumulation de richesses.

L'historien Fermín Bouza Brey, qui l'a fait connaître, dit que le trésor n'a pas été caché par un orfèvre local.[1] Il a déclaré : "On est plus enclins à croire qu'il s'agit d'une richesse tribale cachée du danger d'une invasion ennemie". L'historien et l'archéologue Antonio Blanco Freijeiro nie cette hypothèse : "Ce trésor de Caldas ne pourrait donc pas être... la richesse d'une tribu cachée à un ennemi envahisseur", bien qu'il n'ose pas d'hypothèse alternative.

Il représente, à l'heure actuelle, la plus grande accumulation d'or de toute la préhistoire européenne.

HistoireModifier

Le trésor est apparu dans la région d'As Silgadas, près de Caldas de Reis, à 20 km environ au nord de Pontevedra (Espagne) en 1940. Le 20 décembre, plusieurs hommes posaient des piliers pour une vigne dans un terrain récemment défriché, quand Amalio Touceda Devesa, en faisant un trou dans le sol, a remarqué qu'avec le fer qu'il enfonçait, un morceau d'or en sortait.  Avec les autres ouvriers qui travaillaient avec lui, ils ont creusé et trouvé le trésor à seulement 20 cm de profondeur. Le trésor était directement dans le sol, sans aucun récipient.

Les découvreurs décidèrent de cacher la trouvaille et de vendre le trésor petit à petit, mais ils furent découverts en juin 1941 par la Garde civile (gendarmerie espagnole), qui procéda à confisquer ce qui en restait et à prévenir les experts. Le 21 du même mois, Fermín Bouza-Brey, en tant que commissaire provincial des fouilles archéologiques, accompagné de Manuel Lois Vidal et Benxamín Valladares Salgado, s'est rendu à la caserne de la Garde civile où a reconnu la valeur historique et archéologique de la découverte. Le même jour, ils ont déposé le trésor à la Banque d'Espagne à Pontevedra.

La nouvelle de la découverte est apparue dans le numéro 264 du Bulletin de l'Académie royale galicienne, en 1942. Le trésor est rapidement devenu une partie des fonds du Musée de Pontevedra, qui les expose aujourd'hui dans son Sixième Bâtiment.

DescriptionModifier

La plupart des objets qui constituaient le trésor ayant été vendus, il est impossible d'en connaître sa composition exacte. Selon les découvreurs, il aurait pu être composé d'environ 25 kg d'or[2], dont il reste 14,9 kg[3]. D'après ces mêmes déclarations, il est clair que ce qui a été perdu était des lingots, et non des pièces individuelles.

Le trésor conservé aujourd'hui se compose de quatre types d'objets :

  • Trois verres ou pichets, avec une poignée.
  • Un peigne à trois demi-cercles avec des racines dans le Rhin supérieur.
  • 31 lingots annulaires, dont un grand (21 cm de diamètre maximum et 870 g de poids) et le reste dans des tailles comprises entre 13 et 7 cm de diamètre (ou entre 735 et 40 g de poids). Au début, ces articles étaient considérés comme un torque, le plus grand, et des bracelets les plus petits (une fonction toujours maintenue en 1998), mais maintenant ils sont censés être simplement des lingots d'or en forme d'anneau à porter sertis sur l'anneau plus grand, qui serait un porte-lingots. Celui-ci se termine par deux rivets plats avec un trou, une formule clairement différente de celle utilisée dans d'autres torques connus, et qui permettait d'ouvrir et de fermer facilement l'anneau. Trois de ces lingots présentent des signes d'avoir été coupés et pliés par les découvreurs, c'est-à-dire qu'ils auraient fait partie d'autres lingots annulaires plus grands (ce sont les plus petits, pesant entre 40 et 69 g).
  • Six fragments qui feraient partie d'une plaque en bandes[4].

Récemment, un autre trésor a été découvert, celui-ci à l'intérieur de la ville, qui a été appelé le Trésor de Caldas II, légèrement postérieur au principal. Il se compose d'une applique conique et de 53 fines feuilles enroulées en forme de petits tubes, qui sont censés provenir d'un diadème de lignes qui a été découpé.

GalerieModifier

NotesModifier

  1. En fait, aucun vestige archéologique n'a été trouvé dans ou près de la exploitation agricole d'où il provient.
  2. "Ourivería antiga", section sur le site Internet du Musée de Pontevedra.
  3. Blanco Freijeiro parle d'"environ 30 kilos" et ajoute même qu'il pourrait s'agir de "50 kilos selon d'autres estimations", sans préciser ses sources.
  4. Ce que Bouza Brey a identifié comme une jarretière.

BibliographieModifier

Voir égalementModifier

Autres articlesModifier

Sur les autres projets Wikimedia :

Liens externesModifier