Tour Initiale

tour de bureaux situé à Puteaux, dans le quartier d'affaires de la Défense
Tour Initiale (PB31)
Tour Initiale Juin 2020.jpeg
La tour Initiale en juin 2020.
Histoire
Architecte
Jean de Mailly
Robert Giudici
Jacques Depussé
Valode et Pistre (rénovation)
Construction
1964/1966
Rénovation
Usage
Bureaux
Architecture
Hauteur
Toit : 109 m
Surface
34 300 m2
Étages
30
Nombre dʼascenseurs
9 (une batterie de 5 et une de 4)
Administration
Site web
Localisation
Pays
Région
Département
Ville
Quartier
Adresse
1, Terrasse BelliniVoir et modifier les données sur Wikidata
Coordonnées
Localisation sur la carte de France
voir sur la carte de France
Red pog.svg
Localisation sur la carte des Hauts-de-Seine
voir sur la carte des Hauts-de-Seine
Red pog.svg
Localisation sur la carte de Paris et la petite couronne
voir sur la carte de Paris et la petite couronne
Red pog.svg
Localisation sur la carte de La Défense
voir sur la carte de La Défense
Red pog.svg

La tour Initiale (anciennement tour Nobel) est une tour de bureaux situé à Puteaux, dans le quartier d'affaires de la Défense, en France.

Fin de construction en 1966, elle mesure 109 m de haut. Issue du premier contrat signé par l'EPAD (Établissement Public d'Aménagement de la Défense), avec le promoteur SEMIIC le , il s'agit, avec la tour Esso, de l'une des deux premières tours de bureaux à avoir été construites dans le quartier de la Défense. Elle fut rénovée en 2003 et prit son nom actuel.

La tour Initiale, originellement baptisée PB 31 (pour "Puteaux/Bureaux, 31 niveaux"), vite remplacé par "tour Nobel", puis "tour Roussel-Hoechst", fut conçue par les architectes Jean de Mailly et Jacques Depussé, sous la maîtrise d'ouvrage de SEMIIC qui répondait ainsi à une commande du Consortium de Dynamite. Elle est inspirée par la Lever House conçue par Gordon Bunshaft en 1951-1952. L'ingénieur Jean Prouvé accompagné de son architecte Robert Giudici conçoivent la façade de verre du bâtiment. La tour utilise des vitres courbes sur chacune de ses arêtes verticales, procédé qui, au moment de la construction du bâtiment, était globalement inconnu en France ; les vitres furent importées des États-Unis. Ses façades comportaient également une double paroi avec circulation d'air, qui constituait une disposition de traitement thermique expérimentale à l'époque. Ces angles arrondis sont inspirés de la tour Johnson construite à Racine par Frank Lloyd Wright en 1950. Le principe d'une tour au noyau de béton et à charpente métallique avait été étudié par Prouvé lors d'un projet pour la cité universitaire de Nancy quelques années auparavant, la tour Nobel a été l'occasion pour lui de mettre en œuvre ce principe. Le chantier ne dura que treize mois, notamment grâce à l'emploi de la technique de coffrage glissant pour le noyau central.[1]

La construction de la tour Nobel a été l'occasion de la mise au point de la réglementation des I.G.H. (immeubles de grande hauteur). La tour Initiale est une tour de première génération, c'est-à-dire devant obéir à des dimensionnement précis, idéalement un module de 42 par 24 mètres de côté pour une surface totale de 25 000 m² et une hauteur de 100 mètres afin de ne pas faire trop d'ombre aux immeubles voisins. La tour Nobel devait servir d'exemple pour la construction de nouvelles tours conçues selon ce modèle à l'américaine.[1]

Entreprises locatairesModifier

Plusieurs entreprises se partagent les trente étages de cette tour :

  • étages 1 et 17 à 30 : RTE, gestionnaire du Réseau de transport d'électricité français
  • étages 7 à 13 : Tarkett, entreprise spécialisée dans les revêtements de sols.
  • étage 2 : DS Smith Packaging, fabrication carton
  • étage 6 : Linkt, opérateur alternatif de télécoms pour entreprises
  • étage 3 et 14 à 16 : SACEM (Société des auteurs, compositeurs et éditeurs de musique)

GalerieModifier

Notes et référencesModifier

  1. a et b Bertrand Lemoine, 100 monuments du XXe siècle, Paris, France Loisirs, , p. 168

Voir aussiModifier

Articles connexesModifier

Liens externesModifier