Tommy Brown

musicien américain
Tommy Brown
Surnom Tommy « Weepin' and Cryin' » Brown
« Little » Tommy Brown
« Cryin' » Tommy Brown
Naissance
Lumpkin (Géorgie)
Décès (à 84 ans)
Activité principale Musicien
Activités annexes The Griffin Brothers
Genre musical Blues, R&B
Instruments Voix
Années actives 1949-1977, 2001-2016
Labels Regent, Dot Records, Savoy, United, Groove, Imperial

Tommy Brown (né Thomas A. Brown le et mort le ) était un chanteur américain de R&B qui a produit la plupart de ses succès au début des années 1950, en particulier sur des enregistrements avec les Griffin Brothers.

Vie et carrièreModifier

Brown naît à Lumpkin (Géorgie). Dans les années 1940, il forme un petit groupe avec lui-même comme batteur, et travaille dans les clubs autour d'Atlanta. En 1949, il enregistre Atlanta Boogie sous le label Regent, une filiale de Savoy Records[1]. La piste contient quelques unes des premières références au rock 'n' roll :

Well, the whole town's rockin' just about the break of day
Well, when the bar starts jumpin' you can hear the cats all say
Well, let's rock'n'roll, well, let's rock'n'roll
Yes, let's rock'n'roll till the break of day...[2]

En 1951, il s'installe chez Dot Records où il fait équipe avec les Griffin Brothers, un orchestre de R&B dirigé par les frères Jimmy Griffin (trombone) et Ernest « Copain » Griffin (piano) à partir de Norfolk (Virginie). Ils avaient fait des tournées avec Amos Milburn, Paul Williams et d'autres, et enregistré, en tant que second groupe pour Margie Day ,deux hits sur le Top 10 R&B, Street Walkin' Daddy et Little Red Rooster.

En août de la même année Brown est le chanteur vedette du Top 10 R&B Tra-La-La, crédité au Griffin Brothers Orchestra, et plus tard dans l'année, la combinaison atteint la première place sur le R&B  avec Weepin' and Cryin', attribué aux Griffin Brothers Orchestra avec Tommy Brown en vedette[3].

Au début de 1952, Brown rejoint l'United States Marine Corps et, quand il revient en octobre de la même année, il part pour United Records à Chicago. Pendant son absence, en , son précédent label publie le single No News From Home, enregistré lors des précédentes sessions[4]. Il joue pendant un temps avec le Bill Doggett's Band, prétendant participer à l'écriture du tube Honky Tonk de Doggett. Il enregistre également avec Big Walter Horton au cours de cette période[5]. Au cours de la décennie qui suit, il enregistre du R&B pour un certain nombre de petits labels, avant de commencer à jouer et enregistrer en tant que comédien dans les années 1960 et 1970. Il sort deux albums live pour sa comédie de 1967 Je ne suis pas Lyin', et Je ne suis pas Lyin' vol. 2 un an plus tard[6].

En 1977, Brown retourne à Atlanta pour diriger le Centre de soins personnels Landmark. Du fait de la demande de ses fans, Brown fait un retour en 2001, enregistrant et se produisant à travers le monde dans des festivals blues. Ses enregistrements précédents sont également republiés en compilations[7].

Le , Brown est intronisé au Blues Hall of Fame, à Memphis[8]. Il meurt en 2016, à l'âge de 84 ans[9].

RéférencesModifier

  1. « Tommy Brown's Collectables », tommybrownblues.com, sur tommybrownblues.com (consulté le 25 mars 2015)
  2. Atlanta boogie - Lyrics from Tommy Brown
  3. « Tommy Brown - Biography », allmusic.com, sur allmusic.com (consulté le 25 mars 2015).
  4. « Weepin' and Cryin': Tommy Brown », home.earthlink.net, sur home.earthlink.net (consulté le 25 mars 2015)
  5. Tony Russell, The Blues: From Robert Johnson to Robert Cray, Dubai, Carlton Books Limited, (ISBN 1-85868-255-X), p. 119
  6. « TOMMY BROWN », rockabilly.nl, sur rockabilly.nl (consulté le 25 mars 2015).
  7. « Tommy Brown: bio and stories », tommybrownblues.com, sur tommybrownblues.com (consulté le 25 mars 2015)
  8. « Finally, Blues Hall of Fame Museum in Memphis Gets a Home », nytimes.com, sur nytimes.com (consulté le 27 juin 2015).
  9. (en) Mo Barnes, "Atlanta early R&B legend Tommy Brown dies", Rollingout.com, 14 mars 2016. Consulté le 16 mars 2016.

Liens externesModifier