Thorium 232

isotope du thorium
Thorium 232

table

Général
Nom Thorium 232
Symbole 232
90
Th
142
Neutrons 142
Protons 90
Données physiques
Présence naturelle 100 %
Demi-vie 1,40(1) × 1010 ans[1]
Produit de désintégration 228Ra
Masse atomique 232,0380536(15) u
Spin 0+
Excès d'énergie 35 446,7 ± 1,4 keV[1]
Énergie de liaison par nucléon 7 615,034 ± 0,006 keV[1]
Production radiogénique
Isotope parent Désintégration Demi-vie
232
89
Ac
β 119(5) s
236
92
U
α 2,342(4) × 107 ans
Désintégration radioactive
Désintégration Produit Énergie (MeV)
α 228
88
Ra
4.0816

Le thorium 232, noté 232Th, est l'isotope du thorium dont le nombre de masse est égal à 232 : son noyau atomique compte 90 protons et 142 neutrons avec un spin 0+ pour une masse atomique de 232,038 05 g/mol. Il est caractérisé par un excès de masse de 35 446,7 ± 1,4 keV et une énergie de liaison nucléaire par nucléon de 7 615,03 keV[1]. Un gramme de thorium 232 présente une radioactivité de 4 070 Bq.

C'est l'unique isotope primordial du thorium. Il se désintègre en radium 228 par radioactivité α avec une période radioactive de 14,05 milliards d'années (un peu plus que l'âge de l'univers). Il se trouve dans la nature en équilibre séculaire avec son descendant, le thorium 228, à raison d'environ 1,3 × 10−10 g de 228Th par gramme de 232Th ; le thorium 232 est l'isotope constituant la quasi-totalité du thorium naturel.

C'est un isotope fertile, car il donne un isotope fissile — en l'occurrence l'uranium 233 — par capture d'un neutron suivie de deux désintégrations β successives :

1
0
n
+ 232
90
Th
233
90
Th
233
91
Pa
233
92
U
.

Chaîne de désintégration naturelleModifier

Sources[2],[3]

 
Chaîne de désintégration du thorium 232.
232
90
Th
  228
88
Ra
  228
89
Ac
  228
90
Th
  220
86
Rn
  216
84
Po
  212
82
Pb
 

Le thorium 232 possède également d'autres modes de désintégration[4], mais beaucoup plus rares.

Rendement Nucléide Commentaire
100,004 % 208Pb
4 × 10−9 % 206Pb Par fission 224Ra → 14C + 210Pb, puis décroissance de ce dernier
inconnu 204Hg Par 232Th → 232U (2β-), puis par fission 232U → 28Mg + 204Hg
? 182Yb Théoriquement possible par fission 232Th → 24Ne + 26Ne + 182Yb

Filière nucléaireModifier

Cette réaction est une piste prometteuse pour accroître la quantité de matière fissile disponible pour la production d'énergie électronucléaire, sous forme de réacteurs surgénérateurs. Elle n'a cependant pour l'heure donné lieu qu'à un réacteur expérimental américain de faible puissance. Ce réacteur à sels fondus a fonctionné de manière satisfaisante à Oak Ridge (Tennessee), dans le Laboratoire national d'Oak Ridge de 1964 à 1969, mais les développements industriels ont été interrompus en 1976 faute de crédits.

Notes et référencesModifier

  1. a b c et d (en) « Live Chart of Nuclides: 232
    90
    Th
    142
     »
    , sur https://www-nds.iaea.org/, AIEA, (consulté le )
    .
  2. Guide pratique Radionucléides & radioprotection, D. Delacroix, J.P. Guerre et P. Leblanc.
  3. Isotopes du polonium sur le site du NIH.
  4. « Isotope data for Thorium232 in the Periodic Table », sur www.periodictable.com (consulté le )

Voir aussiModifier

Articles connexesModifier

Liens externesModifier


1  H                                                             He
2  Li Be   B C N O F Ne
3  Na Mg   Al Si P S Cl Ar
4  K Ca   Sc Ti V Cr Mn Fe Co Ni Cu Zn Ga Ge As Se Br Kr
5  Rb Sr   Y Zr Nb Mo Tc Ru Rh Pd Ag Cd In Sn Sb Te I Xe
6  Cs Ba La Ce Pr Nd Pm Sm Eu Gd Tb Dy Ho Er Tm Yb Lu Hf Ta W Re Os Ir Pt Au Hg Tl Pb Bi Po At Rn
7  Fr Ra Ac Th Pa U Np Pu Am Cm Bk Cf Es Fm Md No Lr Rf Db Sg Bh Hs Mt Ds Rg Cn Nh Fl Mc Lv Ts Og
Tableau périodique des isotopes