Thonaire de Sicile

La thonaire de Sicile[1] utilisée pour la pêche du thon rouge à la mattanza (it) ressort d'une longue tradition et fut d'une grande importance pour l'économie de l'île dans le passé.

Les ancres caractéristiques des embarcations pour la pêche au thon dans la thonaire préservée de Scopello.

La pêche à la thonaire (désignant à la fois le lieu — la pêcherie — et le filet à l'exemple de la madrague) fut entreprise par les arabes autour de l'an 1000 et s'est poursuivie en Espagne. Dans les années 1800, elle a connu sa plus grande expansion, avec la famille Florio qui possédait des dizaines de thoniers siciliens. Les thonaires de l'est de la Sicile étaient qualifiées de « thonaire de retour ».

Liste des thonaires de SicileModifier

La liste qui suit est tirée du livre de Domenico Drago, Tonnare [2]. Elle est ordonnée est - ouest.

PalermeModifier

TrapaniModifier

 
Intérieur de la thonaire de Favignana
 
Thonaire de l'île de Formica

AgrigenteModifier

  • Thonaire du Tono di Sciacca
  • Thonaire de la Cattiva
  • Thonaire de Capo Bianco
  • Thonaire de Girgenti

CaltanissettaModifier

  • Thonaire de San Nicolò Malastri

RaguseModifier

SyracuseModifier

 
Thonaire de Marzameni
 
Thonaire de Portopalo.

MessineModifier

Notes et référencesModifier

  1. Le Centre national de ressources textuelles et lexicales donne les deux orthographes « thonaire » et « thonnaire »
  2. Domenico Drago (dir.) et Folco Quilici, Renato Tomasino, Giampiero Finocchiaro, Tonnare, Palerme, L'EPOS, , 269 p. (ISBN 978-88-8302-119-0, Service bibliothécaire national CAG0068684)

Articles connexesModifier

Liens externesModifier

Sur les autres projets Wikimedia :