Thomas Wylton

théologien et philosophe scolastique anglais de la fin du XIIIe et du début du XIVe siècle.
Thomas Wylton
Naissance
inconnue
Décès
inconnue
(actif de 1288 à 1322)
Formation
École/tradition
Principaux intérêts
Œuvres principales
Quaestio de anima intellectiva
(L'âme intellective)
Influencé par

Thomas Wylton ou Thomas Wilton, également connu comme Thomas of Wylton, dont le nom a parfois été francisé en Thomas de Wylton (actif de 1288 à 1322), est un théologien et un philosophe scolastique anglais de la fin du XIIIe et du début du XIVe siècle.

BiographieModifier

Thomas Wylton est un élève de Jean Duns Scot [1]. Il étudie à l'université d'Oxford, où il obtient, vers 1288, le titre honorifique de fellow[2] qui lui est attribué par le Merton College de l'université d'Oxford[3].

Il est professeur à l'université d'Oxford avec le titre de Magister artium probablement jusqu'en 1304. Il entreprend à partir de 1310 des études de théologie à l'université de Paris, où il eut vraisemblablement comme professeur Walter Burley[1] et où il enseigne ensuite, pendant de nombreuses années, avec le titre de Magister theologiae. C'est à cette époque qu'il écrit Quaestio de anima intellectiva, dans lequel il examine la question philosophique de la nature de l'âme humaine qu'il confronte à la doctrine d'Averroès.

Il a attaqué certaines des thèses de Walter Burley[4]. Il a écrit sur la théorie du mouvement d'Averroès pour la rejeter[5] provoquant une réponse de Jean de Jandun[6]. En discutant de la question de l'éternité du monde, il relie les vues de Maïmonide et de Thomas d'Aquin[7].

ŒuvresModifier

BibliographieModifier

  • Władysław Seńko, Jean de Jandun et Thomas Wilton : contribution à l'établissement des sources des « Quaestiones super I-III De anima » de Jean de Jandun, in Bulletin de la Société internationale pour l'étude de la philosophie médiévale, vol. 5, Louvain, 1963
  • Lauge O. Nielsen, The Debate between Peter Auriol and Thomas Wylton on Theology and Virtue, Vivarium, Volume 38, Number 1, 2000, 35-98
  • Cecilia Trifogli, Thomas Wylton on Final Causality, in Alexander Fidora (editor), Erfahrung und Beweis: Die Wissenschaften Von Der Natur Im 13. und 14. Jahrhundert, 2007
  • Cecilia Trifogli, Thomas Wylton and Walter Burley on Local Motion and Relative Change, in Lieu, espace, mouvement: Physique, Métaphysique et Cosmologie (XIIe-XVIe siècles): Actes du colloque international Université de Fribourg (Suisse), 12-, pp. 145-163, Brepols, 2017 - (ISBN 978-2-50357-552-0)

Notes et référencesModifier

  1. a et b Harjeet Singh Gill, Signification in language and culture, Indian Institute of Advanced Study, 2002, p. 109.
  2. Le terme anglais fellow signifie compagnon, camarade, membre d'un groupe, collègue, confrère , et ce titre se rencontre dans le monde académique, les institutions universitaires ou sociétés savantes
  3. Jorge J. E. Gracia, Timothy B. Noone, Un compagnon de philosophie au Moyen Age (2003), p. 666.
  4. John Marenbon, Medieval Philosophy (1998), p. 369.
  5. Cecilia Trifogli, Oxford Physics in the Thirteenth Century (ca. 1250-1270) (2000), p. 65.
  6. Cecilia Trifogli, Averroes's Doctrine of Time, p. 67, in Pasquale Porro, The Medieval Concept of Time (2001)
  7. J. M. M. H. Thijssen, The Response to Thomas p. 91 in Jozef Wissink, The Eternity of the World in the Thought of Thomas Aquinas and His Contemporaries (1990)

Liens externesModifier

Source de la traductionModifier