Thomas Hyde Villiers

personnalité politique britannique

Thomas Hyde Villiers ( - ) est un homme politique britannique de la famille Villiers. Il est député de Hedon de 1826 à 1830, de Wootton Bassett en 1830 et de Bletchingley de 1831 à 1832. Il exerce les fonctions de secrétaire du conseil de contrôle de 1831 à 1832.

Thomas Hyde Villiers
Fonctions
Membre du 10e Parlement du Royaume-Uni
10e Parlement du Royaume-Uni (d)
Bletchingley (en)
-
Membre du 9e Parlement du Royaume-Uni
9e Parlement du Royaume-Uni (d)
Wootton Bassett (en)
-
Membre du 8e Parlement du Royaume-Uni
8e Parlement du Royaume-Uni (d)
Hedon (en)
-
Biographie
Naissance
Décès
Voir et modifier les données sur Wikidata (à 31 ans)
Nationalité
Formation
Activité
Père
Mère
Theresa Villiers (d)Voir et modifier les données sur Wikidata
Fratrie
Enfants
Charles Villiers (d)
Gertrude Villiers (d)Voir et modifier les données sur Wikidata

JeunesseModifier

Il est le deuxième fils de l'hon. George Villiers (troisième fils de Thomas Villiers (1er comte de Clarendon)). George Villiers (4e comte de Clarendon) est leur fils aîné, Charles Pelham Villiers leur troisième fils, et Henry Montagu Villiers, leur cinquième fils.

Thomas Villiers fait ses études à la maison; il est ensuite envoyé avec son frère aîné au St John's College, à Cambridge [1]. Là, il rencontre Charles Austin, Edward Strutt, John Romilly, Thomas Babington Macaulay et d’autres, pour la plupart disciples de Jeremy Bentham. En 1822, il obtient son diplôme de BA et en 1825, il poursuit par la maîtrise. Après avoir obtenu son diplôme en 1822, il entre au bureau des colonies où Sir Henry Taylor devient au début de 1824 son subordonné, puis un ami proche. Les frères vivent au début de leur vie avec leurs parents dans une partie de la Kent House à Knightsbridge, mais à partir de 1825, Thomas Hyde Villiers et Taylor partagent une maison dans Suffolk Street.

Carrière politiqueModifier

Villiers rejoint en 1825 un club de discussion appelé "The Academics", où plusieurs de ses amis universitaires et John Stuart Mill discutent de sujets politiques et économiques. Un de ses discours, sur la colonisation, attire l'attention du chancelier de l'échiquier. Peu de temps après, Villiers abandonne le service public pour se lancer en politique. À ce moment-là, sa principale source de revenus provient des agences de Berbice et de Terre-Neuve.

Aux élections générales de , il est élu au parlement pour l'arrondissement de Hedon, dans le Yorkshire, et siège jusqu'à sa dissolution, en 1830. En 1830 et 1831, il siège respectivement pour Wootton Bassett (un arrondissement familial) et Bletchingley et vote pour le projet de loi de réforme de 1832.

Entre 1825 et 1828, Villiers et Robert Wilmot-Horton écrivent, sous le pseudonyme de «Vindex», des articles au journal Star dans lesquels ils réfutent les objections que d'autres ont formulées à l'égard de l'analyse de l'esclavage faite par Thomas Moody, commissaire parlementaire sur l'esclavage des Indes occidentales, et défend le personnage de Moody [2].

Villiers voyage en Irlande en 1828 et expose ses vues dans de longues lettres à Taylor. Une lettre écrite par lui en est montrée à Richard Lalor Sheil (en), qui provoque ensuite la suppression de l'Association catholique. Il suggère en 1831 la création de la commission qui jette les bases de la nouvelle loi sur les pauvres et facilite ses enquêtes préliminaires. Le , il devient secrétaire du conseil de contrôle sous Charles Grant. Plus tard dans l'année (), Villiers et Taylor entrent comme étudiants au Lincoln's Inn. Le , il prononce un long discours à la Chambre des communes sur le traité de Methuen avec le Portugal [3]. Les comités des affaires indiennes ont été organisés par Villiers, avec l'aide de Lord Althorp. Le renouvellement de la charte de la Compagnie des Indes orientales l'occupe à cette époque.

FamilleModifier

Villiers épouse Charlotte Harte et ont deux enfants: le révérend Charles Lawrence Villiers (1830 - ), recteur de la paroisse de Croft dans le Yorkshire [4] et Gertrude Villiers ( - ) [5] qui épousa en 1853 le révérend William Frederick Bickmore.

Au moment de sa mort, Villiers est candidat dans les circonscriptions de Penryn et Falmouth, en Cornouailles. Après trois mois d'abcès à la tête, il meurt le à Carclew, siège de sir Charles Lemon, près de Penryn, où il séjournait. Un monument est placé à sa mémoire dans l'église de Mylor.

RéférencesModifier

  1. Villiers, Thomas Hyde dans (en) J. Venn et J. A. Venn, Alumni Cantabrigienses, Cambridge, Angleterre, Cambridge University Press, 1922–1958 (ouvrage en 10 volumes)
  2. Lamont, Stephen Peter, « Robert Wilmot Horton and Liberal Toryism », University of Nottingham,
  3. House of Commons Hansard, 22 August 1831, col 437-440.
  4. [1] Charles Villiers in the 1881 England Census; Class: RG11; Piece: 4890; Folio: 21; Page: 1; GSU roll: 1342176. Ancestry.com and The Church of Jesus Christ of Latter-day Saints. 1881 England Census (database on-line). Provo, UT, USA: Ancestry.com Operations Inc, 2004. Original data: Census Returns of England and Wales, 1881. Kew, Surrey, England: The National Archives of the UK (TNA): Public Record Office (PRO), 1881.
  5. Thomas Hyde Villiers

Liens externesModifier