Thierno Diawo

Thierno Diawo Pellel de son vrai nom Thierno Mamadou Diawo Diallo né vers 1900 à Labé et mort en 1984 à Labé, fut l'un des grands écrivains poètes du Fouta djallon du XXe siècle.

Thierno Diawo
une illustration sous licence libre serait bienvenue
Biographie
Naissance
Décès
Nationalité
Activités

BiographieModifier

Fils de Môdi Abdoulaye Diallo, désigné chef de Mouminia par la direction du Fouta, Thierno Diawo grandit dans un environnement strict et profondément marqué par la dévotion à la religion musulmane. Il ne connut pas son père qui mourut en 1907 à la suite d'un attentat alors qu'il exerçait sa fonction. Le jeune Thierno Diallo fut par la suite élevé par ses sœurs aînées.

EtudesModifier

Il suivit l'éducation habituelle pour un ressortissant des familles nobles du Fouta.

À l'âge de 25 ans, il devint disciple du grand érudit Thierno Aliou Bhoubha Ndian. Il le resta pour les deux années suivantes, c’est-à-dire jusqu'au décès de son maître spirituel. Il épousa une de ses nièces, Aissatou Donghol, dont il eut sept enfants.

ouvragesModifier

Thierno Diawo Pellel est surtout connu pour la rédaction d'un poème consistant en 409 couplets et chantant l'éloge des grands hommes du Fouta[1],[2].

RéférencesModifier

  1. La Femme. La Vache. La Foi. Écrivains et Poètes du Fuuta-Jalon Classiques Africains. Paris. Julliard. 1966. 375 p.
  2. « http://www.webfuuta.net/bibliotheque/aisow/femme-vache-foi/100/fvf-152-53.html »(ArchiveWikiwixArchive.isGoogleQue faire ?)