Ouvrir le menu principal

Théorie du complot contre l'énergie libre

Page d'aide sur l'homonymie Cet article concerne une théorie conspirationniste. Pour la notion thermodynamique d'énergie libre, voir énergie libre.

L'oppression de l'énergie libre est une théorie conspirationniste qui avance que les technologies avancées permettant de remplacer les méthodes de production énergétique actuelles existent, mais qu'elles sont supprimées par des groupements d'intérêt pour lesquels le statu quo est avantageux. Le concept d'énergie libre n'a aucun fondement scientifique[1] et est en contradiction directe avec le premier principe de la thermodynamique. L'énergie libre (au sens de gratuite, à ne pas confondre avec la notion de thermodynamique éponyme) se rapproche souvent du concept de mouvement perpétuel, lui-même en contradiction avec le deuxième principe de la thermodynamique.

Cas concernésModifier

Eugene Mallove, scientifique du Massachusetts Institute of Technology ainsi que journaliste écrivant sur la fusion froide dans sa revue, abattu en 2004[2]. Des théories du complot sont évoquées en rapport avec ses activités[3], sur la thématique de la censure de l'énergie libre.

Stanley Meyer, qui aurait été l'inventeur d'un moteur à eau, a été l'objet de théories complotistes semblables[4],[5],[6],[7].

Notes et référencesModifier

  1. Sébastien Point, « Énergie libre: quand les esprits se déchaînent », sur pseudo-sciences.org, (consulté le 14 juillet 2017).
  2. (en)Accused accomplice in 2004 Eugene Mallove slaying sentenced to probation, par John Barry, The Norwich Bulletin, 27 mai 2015
  3. "Eugene Mallove's Open Letter to the World" with preface by Richard Hoagland and clarification by Christy Frazier. PES Network, last update August 30, 2004. Last Retrieved 31 January 2007[1]
  4. Tony Edwards, « End of road for car that ran on Water », The Sunday Times, Times Newspapers Limited,‎ , Features 12 (lire en ligne[archive du ])
  5. Dean Narciso, « The Car that Ran on Water », The Columbus Dispatch,‎ (lire en ligne[archive du ])
  6. Philip Ball, « Burning water and other myths », sur Nature News, (consulté le 14 septembre 2007) : « He died in 1998 after eating at a restaurant; the coroner diagnosed an aneurysm, but the conspiracy web still suspects he was poisoned. »
  7. [2]

    Le modèle {{dead link}} doit être remplacé par {{lien brisé}} selon la syntaxe suivante :
    {{ lien brisé | url = http://example.com | titre = Un exemple }} (syntaxe de base)
    Le paramètre url est obligatoire, titre facultatif.
    Le modèle {{lien brisé}} est compatible avec {{lien web}} : il suffit de remplacer l’un par l’autre.

    Lieutenant Steven Robinette of the Grove City Police Department talks about the investigation into Stanley Meyer's death. Robinette was in charge of the detective bureau at that time. quote: "The one thing that was based on science."

Voir aussiModifier