Téléportation de l'ADN

affirmation pseudo-scientifique
Luc Montagnier, ici en 2008, a dirigé les équipes prétendant avoir « téléporté » de l'ADN.

La téléportation de l'ADN est une affirmation pseudo-scientifique selon laquelle l'ADN produirait des signaux électromagnétiques, mesurables lorsqu'il est fortement dilué dans l'eau, qui pourraient être enregistrés, transmis électroniquement et ré-émis sur un autre échantillon d'eau pure éloigné, où l'ADN pourrait alors être répliqué par une simple réaction PCR malgré l'absence d'ADN à copier pour les enzymes dans le nouvel échantillon d'eau[1]. Cette idée a été développée par le Français Luc Montagnier en 2009[2], lauréat du prix Nobel de médecine en 2008 pour avoir participé à la découverte du virus du sida. Elle est semblable en principe à la mémoire de l'eau, un autre concept pseudo-scientifique popularisé en 1988 par Jacques Benveniste[3], un scientifique français ami de Montagnier, et depuis largement discrédité. Benveniste affirmait déjà en 1997 avoir transmis par téléphone des « effets biologiques » entre Chicago et Paris[4],[5],[6].

CritiquesModifier

Aucune recherche indépendante n'a soutenu cette revendication, et la science n'accepte pas cette théorie, ni ne fournit de mécanisme explicatif plausible par lequel elle pourrait être valable[7]. En 2015, l'équipe de Montagnier publie d'autres résultats semblables à ceux de 2009, mais à l'aide d'ADN bactérien et viral. Dans ce nouvel article, elle prétend que les ondes électromagnétiques pourraient être expliquées en termes d'effet quantiques[6],[8]. Ces travaux ont été critiqués pour leur manque de reproductibilité, les méthodes publiées étant évasives et manquant de contrôles, et les affirmations de Montagnier ont fait l'objet de critiques acerbes, assimilées au mysticisme quantique ou au charlatanisme. Bien que les résultats de ces « études » prétendent bouleverser la physique et la biologie moléculaire modernes, ils sont donc bonnement et simplement ignorés par la communauté scientifique « pour une bonne raison, à savoir qu'ils sont absolument invraisemblables »[9].

Si Montagnier a été la « risée du monde scientifique »[1], et diagnostiqué par les sceptiques comme atteint de la « maladie du Nobel » (consistant pour un prix Nobel à se mettre à travailler sur des sujets où il n'a aucune compétence ou sur des théories pseudo-scientifiques)[10], prises aux sérieux, ses affirmations pourraient avoir des conséquences dramatiques en matière de santé publique. Ainsi, lorsque Montagnier est pressenti pour présider un laboratoire de recherches au Cameroun en 2012, 44 autres prix Nobel signent une lettre au président du pays pour dénoncer « [les solutions de Montagnier] qui n’ont aucun début de preuves scientifiques » et le prévenir d'« un impact désastreux sur la qualité du système de santé au Cameroun »[11].

BibliographieModifier

Publications des équipes de Benveniste et MontagnierModifier

  • (en) E. Davenas, F. Beauvais, J. Amara, M. Oberbaum, B. Robinzon, A. Miadonnai, Alberto Tedeschi, B. Pomeranz, P. Fortner, P. Belon, J. Sainte-Laudy, B. Poitevin et Jacques Benveniste, « Human basophil degranulation triggered by very dilute antiserum against IgE », Nature, vol. 333, no 6176,‎ , p. 816–818 (ISSN 0028-0836, DOI 10.1038/333816a0)
  • (en) Jacques Benveniste, P. Jurgens, W. Hsueh et Jamal Aïssa, « Transatlantic transfer of digitized antigen signal by telephone link », Journal of Allergy and Clinical Immunology, vol. 99, no 1,‎ , S101–S200 (DOI 10.1016/S0091-6749(97)81064-0)
  • (en) Luc Montagnier, Jamal Aïssa, Stéphane Ferris, Jean-Luc Montagnier et Claude Lavallée, « Electromagnetic signals are produced by aqueous nanostructures derived from bacterial DNA sequences », Interdisciplinary Sciences: Computational Life Sciences, vol. 1, no 2,‎ , p. 81–90 (ISSN 1913-2751, DOI 10.1007/s12539-009-0036-7)
  • (en) Luc Montagnier, Jamal Aissa, Emilio Del Giudice, Claude Lavallée, Alberto Tedeschi et Giuseppe Vitiello, « DNA waves and water », Journal of Physics: Conference Series, vol. 306,‎ , p. 012007 (ISSN 1742-6596, DOI 10.1088/1742-6596/306/1/012007)
  • (en) Luc Montagnier, Emilio Del Giudice, Jamal Aïssa, Claude Lavallée, Steven Motschwiller, Antonio Capolupo, Albino Polcari, Paola Romano, Alberto Tedeschi et Giuseppe Vitiello, « Transduction of DNA information through water and electromagnetic waves », Electromagnetic Biology and Medicine, vol. 34, no 2,‎ , p. 106–112 (ISSN 1536-8378, DOI 10.3109/15368378.2015.1036072)

VidéographieModifier

Analyses critiquesModifier

Notes et référencesModifier