Ouvrir le menu principal

Syndicat national des guides de montagne

Syndicat national des guides de montagne
Logo de l’association
Cadre
Forme juridique syndicat professionnel
Fondation
Fondation 1946
Identité
Siège Alpespace - Le Neptune - 50 voie Albert Einstein - 73800 Francin
Président Christian Jacquier
Affiliation européenne AEGM
Affiliation internationale Union internationale des associations de guides de montagne (UIAGM)
Membres 1820 (en 2014)
Site web http://www.sngm.com

Le Syndicat national des guides de montagne (SNGM) est un syndicat professionnel régi par la loi de 1884. Il regroupe la quasi-totalité des guides de haute montagne en exercice. Il négocie une assurance responsabilité civile professionnelle de groupe pour le compte de ses adhérents, organise la profession et la représente auprès des instances et des partenaires institutionnels. Il assure également une mission d’organisation de la formation continue obligatoire des guides. Son budget de fonctionnement provient essentiellement des adhésions de ses membres. Il adhère enfin à l’Union internationale des associations de guides de montagne (UIAGM).

HistoriqueModifier

Années Présidents
1946-1951 Armand Charlet
1958-1965 Roger Frison-Roche
1951-1958 Marcel Bozon
1965-1968 Pierre Perret
1968-1970 Paul Pittier
1970-1975 Claude Jaccoux
1975-1979 Paul Keller
1979-1982 Camille Rey
1982-1984 Daniel Stolzenberg
1984-1988 Roger Canac
1988-1989 Bernard Prud’homme
1989-1993 Roger Martin
1993-1997 Francis Petex
1997-1998 Christophe Honegger
1998 -2001 Claude Rey
2001-2007 Bruno Pellicier
2007-2009 Françoise Gendarme
2009-2016 Denis Crabières
Depuis 2016 Christian Jacquier
  • 1946 : Création du Syndicat national des guides de montagne, sous l’impulsion d’Armand Charlet, Étienne Livacic et Gaston Cathiard. Ce syndicat est déclaré en préfecture sous le statut de syndicat professionnel, son siège social est à Grenoble dans les mêmes locaux que le Syndicat national des moniteurs du ski français (SNMSF). C’est la reconnaissance d’une tradition et du rôle social moderne de la profession.
  • 1948 : Loi de 1948 réglementant le métier de guide.
  • 1965 : Création de l’Union internationale des associations de guides de montagne (UIAGM).
  • 1968 : Transfert du siège du syndicat à Chamonix.
  • 1973 : Accord entre moniteurs et guides à propos de l’encadrement du ski.
  • 1975 : Loi Mazeaud instituant un nouveau Brevet d’État.
  • 1985 : Création de l’Association nationale pour la recherche et l’innovation en montagne (APRIAM).
  • 1988 : Création de l’École française d’escalade (EFE).
  • 1993 : Mise en place d’un recyclage obligatoire tous les 6 ans.
  • 1997 : Transfert du siège du syndicat à Chambéry.
  • 2006 : 60e anniversaire du syndicat.
  • 2007 : Mise en chantier de la refonte de la formation au diplôme de guide.
  • 2010 : Transfert du siège du syndicat à Alpespace (Francin).
  • 2011 : Création d'un site professionnel de partage d'information.
  • 2013 : Projet européen de développement de la formation continue.
  • 2016 : 70 ans du Syndicat national des guides de montagne.

MissionsModifier

« Le Syndicat a pour objet :

  • de grouper les guides de montagne travaillant en France ou éventuellement à l'étranger ;
  • de resserrer les liens de confraternité qui doivent exister entre les membres d'une même profession, notamment par la création d'une caisse d'entraide et par l'établissement de contrats d'assurances de groupe ;
  • de faciliter l'étude des questions concernant la profession, par la centralisation de renseignements de toute nature : brochures, journaux, correspondances, dossiers ou documents ;
  • d'organiser la profession de guide de montagne au mieux de son intérêt et de son fonctionnement ;
  • d'assurer la défense des intérêts généraux et particuliers de la profession, notamment dans ses rapports avec les organisations internationales, les pouvoirs publics, les administrations privées et publiques, les autres syndicats et organismes professionnels ou la presse ;
  • d'organiser des manifestations sportives, culturelles, artistiques ou autres, destinées à encourager le développement de l'alpinisme en France, à condition que le produit de ces manifestations soit destiné aux caisses d'entraide de la profession ;
  • de constituer un bureau d'arbitrage, de conciliation et de consultation, en cas de litiges tant entre ses membres ou entre les sections, que vis-à-vis de tiers ou d'un tribunal. »

Article 1.3 des statuts

OrganisationModifier

Le Syndicat national des guides est dirigé par un comité directeur d’une trentaine de membres représentant les guides indépendants et les associations de guides au niveau national. Ce comité se réunit quatre fois par an et organise l’assemblée annuelle le premier samedi de décembre. Il est également administré par un bureau directeur de dix membres dont un président, des vice-présidents, ainsi que des secrétaires et des trésoriers. Pour prendre des décisions, le bureau et le comité directeur s’appuient sur les travaux de plusieurs commissions dont notamment la commission technique, la commission assistance accident et la commission déontologie. Tous les élus sont guides et exercent leur métier parallèlement à leurs fonctions d’administrateurs.

Structures associéesModifier

Pour conduire les actions qui ne relèvent pas de ses compétences statutaires, le syndicat national s’appuie sur les deux structures suivantes :

L’Association pour la recherche, l’innovation et l’adaptation en montagne (APRIAM) a été créée pour relayer le syndicat dans les actions que celui-ci ne pouvait pas, statutairement, conduire. Elle est impliquée dans les secteurs :

  • De la formation : l’APRIAM organise la formation continue des guides par les guides pour ce qui concerne le recyclage, le canyon, la neige et les avalanches, l’informatique, le patrimoine ;
  • Du service aux guides : l’APRIAM permet, via son agrément tourisme, à une quarantaine d’associations de tourisme d’accéder au régime fiscal consenti aux agents de voyage (en application de la loi de 1992). Ce service propose également un outil de gestion pour les Bureaux des Guides ;
  • De la recherche : l’APRIAM collabore avec le milieu universitaire sur des études globales ayant pour thème la montagne.

L’École française d’escalade (EFE), mise en place en 1989, propose un enseignement de l’escalade au cours duquel la progression du grimpeur est évaluée à l’aide de tests référencés dans un « carnet de classement ». Elle s’engage ainsi à développer une pédagogie cohérente de l’escalade sur le territoire français.

Notes et référencesModifier


Liens externesModifier