Ouvrir le menu principal
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Swamp (homonymie).
Articles connexes : Marécage et Marais maritime.

En anglais américain , un « swamp » (en français québécois un « marécage »), quelquefois traduit en français par « marécage » ou « marais »[1], est une zone boisée généralement humide où l'eau stagne pendant au moins une partie de l'année[2], soit une zone humide et boisée[3]. De nombreux swamps se trouvent le long de grandes rivières où ils dépendent fortement des fluctuations naturelles du niveau de l'eau[4]. D'autres swamps se trouvent sur les rives de grands lacs[5]. Certains swamps ont des hammocks ou des saillies de terres arides recouvertes de végétation aquatique, ou une végétation qui tolère des inondations périodiques[6] ou une saturation du sol. Les vrais swamps sont de type forêt (Forêt alluviale) mais il en existe de type « transitoires, arbustifs » (Shrub swamp (en)). Indépendamment de sa signification, swamp est repris en français comme toponyme (Great Cypress Swamp), ou sous forme adjectivale pour désigner différents courants musicaux attachés aux bayous de la Louisiane, le « Swamp blues », le « Swamp rock » ou le « Swamp pop ».

En anglais bayous et mangroves peuvent être vus comme des cas particuliers de swamp ou de marécage. Par ailleurs swamp se distingue de marais (marsh):

  • Le bayou se définit d'abord comme une voie navigable relativement petite et paresseuse à travers les basses terres, ou swamps en anglais, généralement avec un courant lent, presque imperceptible. Dans le sud-est des États-Unis (Louisiane), les swamps sont par glissement aussi appelés « bayous » en anglais. En Louisiane, les « swamp » ou « bayous » sont souvent caractérisés par la présence de Cyprès chauve et de tupelo-gommiers (Nyssa sylvatica (en)) et se produisent presque toujours dans les zones où l'eau douce est dominante[2].
  • Mangrove est en français emprunté à l'anglais (anglicisme). Mangrove en anglais désigne d'abord Rhizophora, en particulier Rhizophora mangle de la famille Rhizophoraceae[7]. Par extension mangrove désigne en français comme en anglais le biome ou croissent ces arbres, dans les régions tropicales et subtropicales. En anglais le terme est donc polysémique désignant à la fois l'arbre, le lieu où il se développe, et par glissement toutes zones humides boisées côtières. Le français ne retient que les deux dernières significations, préférant pour la première le mot « palétuvier ». l'expression « mangrove swamp » se rapproche le plus de la définition française de mangrove, par ailleurs traduite en français par « marais à mangroves ».
  • Marsh (marais) est en anglais une zone humide composée principalement d'herbes et de roseaux trouvés près des rives de lacs et de ruisseaux, servant de zone de transition entre les écosystèmes terrestres et aquatiques. Un swamp est une zone humide composée d'arbres et d'arbustes trouvés le long de grandes rivières et des lacs[8].
  • Dans les écosystèmes boréaux du Canada, le mot swamp est couramment utilisé pour désigner ce que l'on appelle plus correctement une tourbière, (bog, fen, ou muskeg).
  • Le français québécois préfère « marécage ». « Le terme marécage renvoie à une étendue de terrain humide ayant un couvert arbustif sur une partie de sa superficie (ce qui n'exclut pas la présence d'un certain nombre d'arbres) et où s'étendent des marais. » Dans un marais les arbres sont absents[9]. Le français est imprécis la plupart du temps sur la distinction marais/marécage, par ailleurs de même racine. Dans le marécage « s’étendent des marais[10]. »

L'eau d'un swamp peut être de l'eau douce, de l'eau saumâtre ou de l'eau de mer.

Certains des plus grands marais dont la description les fait rapprocher de la description américaine de swamps se trouvent partout dans le monde, le long de grands fleuves tels l'Amazone, le Mississippi et le Congo.

Profil du marais côtier typique d'un grand lac, du lac au terres hautes, montrant les changements dans les communautés végétales liés à l'historique du niveau des lacs (d'après Environnement Canada, 2002)[11],[12].

Swamps et bayous d'Amérique du NordModifier

Le marécage d'Atchafalaya, situé à l'extrémité inférieure du fleuve Mississippi, est le plus grand marécage des États-Unis. C’est un exemple important de marécage de cyprès du sud[13] mais il a été grandement modifié par l'exploitation forestière, le drainage et la construction de digues[14]. Les autres forêts célèbres des États-Unis sont les parties boisées des Everglades, les marais d'Okefenokee, Barley Barber Swamp, de Great Cypress Swamp et le Grand marais lugubre (Great Dismal Swamp). L'Okefenokee est situé dans l'extrême sud-est de la Géorgie et s'étend légèrement dans le nord-est de la Floride. Le Great Cypress Swamp est principalement situé dans le Delaware, mais s'étend jusqu'au Maryland, dans la péninsule de Delmarva. Le Point Lookout State Park, à la pointe sud du Maryland, contient une grande quantité de marécages et de marais. Le Grand marais lugubre s'étend dans l'extrême sud-est de la Virginie et l'extrême nord-est de la Caroline du Nord. Les deux sont des refuges nationaux pour la faune. Une autre zone marécageuse, le lac Reelfoot, à l'extrême ouest du Tennessee et du Kentucky, a été créée par les séismes de 1811-1812 à New Madrid. Le lac Caddo, la Great Dismal et Reelfoot sont des marécages centrés sur de grands lacs. Les marécages sont souvent appelés bayous dans le sud-est des États-Unis, en particulier dans la région de la côte du golfe.

Liste de swampsModifier

Liste de BayousModifier

Swamps d'AfriqueModifier

Swamp désigne en Afrique des zones humides couvertes d'une végétation herbacée assez haute. Un swamp est un milieu saturé en eau de manière plus ou moins permanente, avec de l'eau entre la végétation[15].

Voir aussiModifier

RéférencesModifier

  1. Bibliothèque et Archives Canada Glossaire sur bac-lac.gc.ca
  2. a et b America's wetland foundation. Glossaire sur americaswetlandresources.com
  3. Keddy, P.A. 2010. Wetland Ecology: Principles and Conservation (2nd edition). Cambridge University Press, Cambridge, UK. 497 p.
  4. Hughes, F.M.R. (ed.). 2003. The Flooded Forest: Guidance for policy makers and river managers in Europe on the restoration of floodplain forests. FLOBAR2, Department of Geography, University of Cambridge, Cambridge, UK. 96 p.
  5. Wilcox, D.A, Thompson, T.A., Booth, R.K. and Nicholas, J.R. 2007. Lake-level variability and water availability in the Great Lakes. USGS Circular 1311. 25 p.
  6. Swamp « https://web.archive.org/web/20070610150754/http://www.nwrc.usgs.gov/fringe/glossary.html »(ArchiveWikiwixArchive.isGoogleQue faire ?), (from glossary web page of the USGS)
  7. Mangrove sur merriam-webster.com
  8. https://www.worldatlas.com/articles/what-is-the-difference-between-marshes-and-swamps.html
  9. Office québécois de la langue française, 2004. marécage. Sur gdt.oqlf.gouv.qc.ca
  10. Ifremer Marécage sur envlit.ifremer.fr
  11. Lake-level variability and water availability in the Great Lakes Circular 1311. Douglas A. Wilcox, Todd A. Thompson
  12. Darold P. Batzer, Andrew H. Baldwin. Wetland Habitats of North America: Ecology and Conservation Concerns. University of California Press, 22 mai 2012. Lire en ligne
  13. Conner, W. H. and Buford, M. A. (1998). Southern deepwater swamps. In Southern Forested Wetlands: Ecology and Management, eds. M. G. Messina and W. H. Conner, pp. 261–87. Boca Raton, FL: Lewis Publishers.
  14. Reuss, M. (1998). Designing the Bayous: The Control of Water in the Atchafalaya Basin 1800–1995. Alexandria, VA: U.S. Army Corps of Engineers Office of History.
  15. Bryan Robert Davies, F. Gasse. African Wetlands and Shallow Water Bodies. Zones humides et lacs peu profonds d'Afrique. Lire en ligne