Ouvrir le menu principal
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Zakharov.
Svetlana Zakharova
Description de cette image, également commentée ci-après
Svetlana Zakharova le 29 mai 2008

Naissance (40 ans)
Loutsk, URSS
Activité principale Prima Ballerina au Théâtre du Bolchoï et de la Scala di Milan
Style Ballet
Activités annexes Députée à la Douma
Lieux d'activité Saint-Pétersbourg, Moscou, Rome
Années d'activité 1996 à présent
Formation Kiev Choreographic School
Académie de ballet Vaganova
Maîtres Valeria Souleguina
Olga Moïsseïeva
Ludmila Semenyaka
Conjoint Vadim Repine
Descendants Anna Repine (2011)
Récompenses 1999 : Masque d'or (Russie)
2005 : Prix Benois de la Danse (Russie)
2006 : Artiste Émérite (Russie)
2008 : Artiste du Peuple de Russie
2015 : Prix Benois de la Danse (Russie)
Distinctions honorifiques 2010 : Officier des Arts et des Lettres (France)
Site internet Site officiel de Svetlana Zakharova

Svetlana Iourievna Zakharova (en russe : Светлана Юрьевна Захарова, ISO 9 : Svetlana Ûr'evna Zaharova) est une prodigieuse ballerine russe surnommée « La tsarine de la danse ». Elle est Prima Ballerina du Ballet du Bolchoï[1] et de la Scala di Milan[2],[3].

Svetlana Zakharova est considérée comme l'une des plus grandes danseuses classiques[3],[4],[5].

BiographieModifier

DébutsModifier

Svetlana Zakharova est née le à Loutsk (Ukraine) à l'époque où ce pays faisait partie de l'URSS mais, aujourd'hui indépendant. Elle est donc de nationalité russe.

Poussée par sa mère qui, en son temps, avait rêvé de devenir ballerine [6], la petite Svetlana commence par étudier la danse folklorique à l'âge de 6 ans dans une école locale.

Âgée de 10 ans, Svetlana Zakharova est admise à la Kiev Choreographic School. Son père, militaire de carrière, ayant été muté en Allemagne, Svetlana doit quitter l'école de danse quatre mois plus tard pour suivre ses parents. Six mois plus tard, lorsque la famille revient en Ukraine, elle se présente de nouveau au concours d'entrée et réintègre la Kiev Choreographic School où elle étudie sous la houlette de Valeria Souleguina.

En 1995, elle remporte la médaille d'argent du Concours international des Jeunes Danseurs de Moscou, ce qui lui permet de prétendre à la classe de promotion de l'Académie Vaganova, vivier privilégié des futurs danseurs de la troupe du Mariinsky.

Cette scolarité lui fait d'aborder ses premiers grands rôles : Macha (Clara) dans Casse-noisette ou encore la Reine des Dryades de Don Quichotte.

Ascension dans le ballet du MariinskyModifier

À 17 ans, Svetlana Zakharova rejoint l'effectif de la compagnie du Mariinsky (son premier rôle sera Maria dans La Fontaine de Bakhtchisaraï) ; son ascension au sein de la troupe sera fulgurante, puisqu'elle n'attendra qu'un an avant d'être nommée « principale » à l'âge de 18 ans[7],[8].

Elle étudie avec Olga Moïsseïeva, qui devient rapidement son mentor artistique, et se voit abondamment et avec succès distribuée dans des rôles de premier plan-

Citons pour l'exemple Aurore, Nikia, Odette-Odile, et Giselle qui est alors l'un de ses rôles-phares[9].

Étoile du ballet du BolchoïModifier

La carrière de Svetlana Zakharova ne prend véritablement son essor qu'en 2003, lorsqu'à la suite d'un différend avec le Mariinski[10] elle rejoint la compagnie rivale, le Théâtre Bolchoï (qui l'avait déjà invitée alors qu'elle débutait au Mariinsky) . Elle commence alors à travailler avec Ludmila Semenyaka (elle aussi diplômée de l'Académie Vaganova).

 
Svetlana Zakharova et Andreï Merkouriev en 2006

Invitée permanente au sein du New National Theatre de Tokyo, elle est également sous contrat avec la Scala de Milan, devenant la première Russe à y obtenir le titre de Prima Ballerina, et y danse régulièrement Le Lac des cygnes, Giselle, La Belle au bois dormant et La Bayadère avec Roberto Bolle comme partenaire privilégié (de nombreux enregistrements vidéo ont été réalisés). Sa renommée internationale conduit à l'organisation de nombreux galas en son honneur, notamment en Russie, en Grèce et au Japon — pays pour lequel elle éprouve une véritable affection depuis que sa première tournée l'y a amenée, à l'âge de 17 ans —, galas au cours desquels elle laisse une place de plus en plus importante aux chorégraphies contemporaines (souvent créées pour elle, à l'instar du Zakharova Supergame de Francesco Ventriglia, soliste à la Scala de Milan, ou encore Revelation de Motoko Hirayame).

En 1999, elle reçoit le Masque d'or de la meilleure danseuse pour son travail dans Serenade de George Balanchine et, l'année suivante, c'est son interprétation d'Aurore dans La Belle au bois dormant qui se voit à son tour récompensée. En 2005, elle remporte le Prix Benois de la danse grâce au Songe d'une nuit d'été[11].

Le 6 juin 2006, la Fédération de Russie lui remet le titre d'Artiste Émérite et, le 21 février 2008, celui d'Artiste du Peuple de Russie[11]. En février 2010, la France la nomme Officier des Arts et des Lettres.

Elle dispose d'un coach particulier au Bolchoi : Ludmila Semenyaka, qui compte beaucoup pour elle et qui est devenue son maître selon ses propres mots[12].

StyleModifier

 
Svetlana Zakharova en compagnie de V. Poutine lors de la remise du prix Artiste du Peuple de Russie.

Sa technique sans faille lui permet de ne jamais esquiver les difficultés du répertoire. Elle allie précision et rapidité de la gestuelle, fluidité du mouvement, travail de jambes, excellence des dégagés et des tours parfait passés sans difficultés. Merveilleuse sensibilité associée à une grande musicalité.

Plébiscitée par le public et une partie des critiques[13] qui encensent sa technique superlative, impressionnante de maîtrise et son travail intelligent de l'interprétation de ses rôles, elle est désormais considérée comme l'une des plus grandes ballerines de ce début de siècle[5].

Elle reste cependant décriée par d'autres qui trouvent sa danse esthétiquement non conforme aux normes du « classicisme »[14]. Elle est l'une des pionnières d'une révolution au sein du monde du ballet, incluant les extensions de la jambe à l'oreille et un magnifique cou-de-pied, marquant le début du style Guillem.

Vie privéeModifier

Zakharova est mariée à Vadim Repine[15], premier violon de l'orchestre du Bolchoü. En 2010, elle s'éloigne de la scène en raison d'une grossesse. Elle accouche le 17 février 2011 d'une petite fille prénommée Anna[15].

Elle revient à la danse le , à Londres, à l'occasion d'un gala donné à la mémoire de Galina Ulanova.

Activités hors du balle,Modifier

Svetlana Zakharova tient également à s'impliquer dans la vie politique de son pays. Ancienne élue députée de la Douma d'État russe, elle a représenté le parti Russie Unie au comité de culture du Parlement le temps d'un mandat, avant de se désengager de la politique.

Répertoire[16]Modifier

Ballet du Mariinski, Saint PétersbourgModifier

1996

Princesse Florine ; La Belle au bois dormant  ; Konstantin Sergeyev d’après Petipa

Soliste ; Tchaikovsky Pas de Deux ; Le Lac des cygnes ; Balanchine

La mort du cygne ; Camille Saint-Saëns ; Fokine

Maria ; La Fontaine de Bakhtchissaraï  ; Zakharov

Masha ; Casse-noisette  ; Vainonen

1997

Gulnara  ; Le Corsaire  ; Gusev d’après Petipa

Giselle ; (Giselle) ; Coralli/Perrot d’après Petipa

La Reine des Dryades  ; Don Quichotte  ; Gorsky d’après Petipa

7eValse et Mazurka, Chopiniana  ; Fokine

Amie de Juliette ; Roméo et Juliette  ; Lavrovsky

1998

Princesse Aurore ; La Belle au bois dormant  ; Konstantin Sergeyev d’après Petipa

Terpsichore ; Apollon musagète  ; Balanchine

Soliste ; Sérénade  ; Balanchine

Odette-Odile ; Le Lac des cygnes  ; Konstantin Sergeyev d’après Petipa-Ivanov

Poème d’Extase ; ; Alexei Ratmansky

1999

Soliste ; Symphonie in C -1er mouvement ; Balanchine

Medora ; Le Corsaire  ; Gusev d’après Petipa

Princesse Aurore ; La Belle au bois dormant  ; Sergey Vikharev d’après Petipa

Nikiya ; La Bayadère ; Ponomarev, Chabukiani d’après Petipa

2000

Rôle principal ; Diamants de Joyaux ; Balanchine

Manon ; Manon  ; Kenneth MacMillan

Kitri; Don Quichotte (Petipa, Gorsky)

2001

Soliste ; Now and Then; ; John Neumeier

Soliste ; The Young Lady and The Hooligan ; ; Constantin Boyarsky

Zobeide ; Schéhérazade ; Rimski-Korsakov ; Fokine

2002

Juliette ; Roméo et Juliette ; Lavrovsky Nikiya ; La Bayadère  ; Vikharev d’après Petipa Soliste ; Paquita , Grand Pas ; Petipa Soliste ; Middle Duet ; Ratmansky

2003

Soliste ; Etudes ; Lander

Ballet du Bolchoï, MoscouModifier

2003

Giselle : Giselle  ; Perrot, Coralli (mise en scène de Grigorovich revue par Vasiliev

Aspiccia ; La Fille du Pharaon ; Lacotte

Odette-Odile ; Le lac des cygnes ; Petipa-Ivanov mise en scène de Grigorovich

2004

Princesse Aurore ; La Belle au bois dormant ; Petipa, mise en scène de Grigorovich

Soliste ; Symphonie in C2e mouvement ; Balanchine

Nikiya ; La Bayadère ; Petipa, mise en scène de Grigorovich

Kitri ; Don Quichotte ; Petipa, Gorsky, mise en scène de Fadeyechev

Hippolyta/Titania ; Le Songe d’une nuit d’été ; Neumeier

2005

Raymonda  ; Raymonda  ; Petipa, mise en scène de Grigorovich

Soliste ; The Middle, Somewhat Elevated  ; Forsythe

Carmen ; Carmen Suite  ; Alberto Alonso

2006

Cendrillon ; Cendrillon  ; Youri Posokhov

2007

Soliste ; Balanchine Sérénade  ; Balanchine

Medora ; Le Corsaire ; Petipa, mise en scène de Ratmansky, Burlaka

Soliste ; Class Concert  ; Assaf Messerer

2008

Aegina ; Spartacus  ; Grigorovich

Paquita  ; Paquita - Grand Pas ; Petipa, mise en scène de Burlaka

Couple en jaune  ; Russian Seasons  ; Ratmansky

2009

Svetlana  ; Svetlana Supergame  ; Ventriglia

2010

La mort  ; Le Jeune Homme et la Mort  ; Roland Petit

2013

Rôle principal  ; Diamonds de Joyaux  ; Balanchine

Pièces de concertModifier

2006

Révélation  ; Naoto Hiroyama

2007

Tristan and Isolde  ; Pastor

Voice  ; Pastor

2008

Black  : Gaetano Ventriglia

Macbeth Vasiliev

Artiste invitéeModifier

  • Medora  ; Le Corsaire  ; Gousev d’après Petipa, mise en scène de Vaziev) – Théâtre Colyn
  • Ballet, Buenos Aires (1999)
  • Odette-Odile  ; Le Lac des cygnes - Ballet de Santiago, Chili (2000)
  • La Fée sucre d’orge  ; Casse-noisette  ; Balanchine - New York City Ballet (2000)
  • Manon  ; Manon Lescaut  ; Keneth MacMillan - Bayerisches Staatsballett, Munich (2001)
  • Odette-Odile  : Le Lac des cygnes  ; Petipa-Ivanov, mise en scène de Makarova) - Teatro Municipal, Rio de Janeiro (2001)
  • Nikiya  ; La Bayadère  ; Petipa, Chabukiani, Ponomarev, mise en scène de Noureev - Paris Opera Ballet (2001)
  • Princesse Aurore  ; La Belle au bois dormant  ; Petipa, mise en scène de Chalmer - Opera di Roma (2002)
  • Odette-Odile  ; Le Lac des cygnes - New National Theatre Ballet, Tokyo (2002, 2005, 2006, 2008)

Elle apparaît également dans le documentaire de Bertrand Normand Ballerina, filmé alors qu'elle était encore soliste à Saint-Pétersbourg.

Récompenses et distinctions honorifiquesModifier

FilmographieModifier

  • La Fille du Pharaon, Théâtre du Bolchoï, Bel Air/Harmundia Mundi, ASIN: B00061ZLJ8
  • La Bayadère, Théâtre du Bolchoï, Bel air Media
  • La Belle au bois dormant, Théâtre du Bolchoï, Bel Air, ASIN: B008MMFBES
  • La Bayadère, Théâtre alla Scala, TDK/RAI, ASIN: B000M2EBX8
  • Le Lac des cygnes, Théâtre alla Scala, TDK/RAI, DVWW-BLSL
  • Giselle, Théâtre alla Scala, TDK/RAI, ASIN: B000FS9JC2, DVWW-BLGISS
  • Ballerina, documentaire de 2006 par Bertrand Normand, 77 min, Les Films du Paradoxe, ASIN: B001UNEKCU
  • Carmen Suite (une interprétation géniale d'un rôle difficile avec celle de Maya Plisetskaya pour qui lr rôle a été composé)

Notes et référencesModifier

  1. Le Ballet du Bolchoï sur le site du Théâtre Bolchoï.
  2. La compagnie de ballet sur le site de la Scala di Milan.
  3. a et b (it) Svetlana Zakharova, Silvia Azzoni, et d'autres étoiles à l'Auditorium Conciliazione de Rome, portrait de Svetlana Zakharova par Giuseppe Distefano du 8 janvier 2015 dans Il Sole 24 Ore.
  4. De la supériorité de Svetlana Zakharova, article de Jade Larine du 23 janvier 2015 sur dansesaveclaplume.com.
  5. a et b « Queen of it all is Svetlana Zakharova, more beautiful than ever, more serene in command of the dance, more beguiling in playing her role – she smiles, and the world is well lost – and more absolutely a prima ballerina than any other dancer I know at the moment. » [Traduction libre : « Svetlana Zakharova est la Reine de toutes, plus belle que jamais, plus sereine dans l'accomplissement de la danse, plus envoutante dans l'interprétation de son rôle - elle sourit et le monde est éperdu - et une prima balerina plus absolue que n'importe quelle autre danseuse que je connaisse en ce moment. »] (Clement Crisp, The Financial Times, 31 juillet 2007).
  6. « Portrait d’une étoile (Svetlana Zakharova, ballerine) », Danse, poésie muette[consulté le=26-05-2019
  7. Voir Ballerina, film de 2006 par Bertrand Normand
  8. Ballerina (bande-annonce) sur dailymotion.com
  9. « Here was a Giselle of the most touching simplicity, of unaffected truthfulness, of musical grace, of rarest promise. Here, please Heaven, is a great Giselle for the next decades. (…) Most important, the idea of Giselle as peasant and wili was sustained, illuminated. She lived the part, and we lived it with her. » [traduction libre : « Voici une Gisèle de la plus touchante simplicité, d'une sincérité authentique, d'une grâce musicale, de la plus rare promesse. Celle-ci, plut à Dieu, est une grande Giselle pour les prochaines décennies. (…) Plus important, l'idée d'une Giselle paysanne et wili était entretenue, illuminée. Elle vivait la partition et nous la vivions avec elle »] (Clement Crisp, The Financial Times, 18 juillet 1997).
  10. (en) « Interview with Zakharova », ballet.co.uk.
  11. a et b (ru) Президент России.
  12. (ru), (fr) Svetlana Zakharova : La tsarine de la danse.
  13. « Ce style noble et romantique ne s’est heureusement pas perdu comme on peut en juger avec Svetlana Zakharova, danseuse inspirée, qui exprime aussi bien avec son corps qu’avec son visage les émotions les plus secrètes ressenties par son personnage. Quant à la technique, elle est stupéfiante, particulièrement dans les dégagés et les tours. On admire le jeu dramatique, la sensibilité, et l’émotion de cette artiste déjà mythique. » (René Sirvin, Imagidanse, 7 décembre 2001).
  14. (en) « Sleeping Beauty Review », New York Times.
  15. a et b Jade Larine, « De la supériorité de Svetlana Zakharova – Petit précis du zakharovisme », (consulté le 26 mai 2019)
  16. Extrait du site Internet de Zakharova : http://www.svetlana-zakharova.com/en/repertory/

Liens externesModifier

Sur les autres projets Wikimedia :