Strolling Actresses Dressing in a Barn

gravure de William Hogarth

Strolling Actresses Dressing in a Barn est à l'origine un tableau de 1738 de l'artiste britannique William Hogarth, qui a été reproduit sous forme de gravure publiée en accompagnement de la série de quatre estampes Four Times of the Day la même année.

Strolling Actresses Dressing in a Barn
Image dans Infobox.
Artiste
Date

La toile, vendue en 1745, fut détruite dans l'incendie de Littleton House en 1874. La gravure est donc la seule trace de son existence. « Comme déploiement d'esprit et d'imagination sans aucune autre intention, a écrit Horace Walpole, c'est ce qu'il a fait de mieux[1]. »

Une compagnie d’actrices se préparant pour leur dernière représentation avant la dissolution de la troupe du fait de la Licensing Act. Élaboré à la suite de la création de The Beggar's Opera de John Gay (1728), qui avait lié Robert Walpole avec le criminel notoire Jonathan Wild, cet arsenal juridique rendait obligatoire pour les nouvelles pièces d'être approuvées par le Lord Chambellan, ce qui entraîne pour les théâtres non-patentés une fermeture immédiate.

La majeure partie de la peinture fut achevée avant la mise en application de la loi de 1737, mais son adoption ne fut pas une surprise ; Hogarth en profite donc pour insérer une référence à cette loi dans son œuvre.

Notes et référencesModifier

(en) Cet article est partiellement ou en totalité issu de la page de Wikipédia en anglais intitulée « Strolling Actresses Dressing in a Barn » (voir la liste des auteurs).

BibliographieModifier

  • Joseph Burke et Colin Caldwell, Hogarth : Gravures : œuvre complet, Arts et métiers graphiques, .
  • (en) I. R. F. Gordon, « The Four Times of the Day and Strolling Actresses Dressing in a Barn », dans The Literary Encyclopedia, (lire en ligne).
  • (en) William Hogarth, « Remarks on various prints », dans Anecdotes of William Hogarth, Written by Himself: With Essays on His Life and Genius, and Criticisms on his Work, J.B. Nichols and Son, , 416 p. (lire en ligne).
  • (en) Ronald Paulson, Hogarth : High Art and Low, 1732–50 Vol 2, New Brunswick/London/Cambridge, Lutterworth Press, , 508 p. (ISBN 0-7188-2855-0, lire en ligne).
  • (en) Ronald Paulson, Hogarth's "Harlot" : Sacred Parody in Enlightenment England, Baltimore (Md.), Johns Hopkins University Press, , 418 p. (ISBN 0-8018-7391-6, lire en ligne), p. 424.
  • (en) John Denison Champlin et Charles Callahan Perkins, Cyclopedia of Painters and Paintings, Empire State Book Co, .
  • (en) Mark Hallett et Christine Riding, Hogarth : [exhibition, Musée du Louvre, Paris, 18 October 2006-7 January 2007, Tate Britain, London, 7 February-29 April 2007, La Caixa, Madrid, 29 May-26 August 2007], Londres, Tate Publishing, , 264 p. (ISBN 1-85437-662-4), p. 136.