Ouvrir le menu principal

Stratobus
Image illustrative de l’article Stratobus
Dessin d'artiste du Stratobus

Type Prototype
Constructeur Drapeau : France Thales Alenia Space
Premier vol Prévu 2019
Mise en service Prévue 2020
Motorisation

Stratobus est un concept de plateforme stratosphérique autonome à mi-chemin entre le satellite et le drone[1].

Ce projet, sélectionné par le ministère de l’industrie et du numérique dans le cadre de la Nouvelle France industrielle, est réalisé avec un ensemble de cinq industriels français et deux partenaires étrangers[2].

Thales Alenia Space en est le maître d’œuvre industriel, sous la responsabilité de Jean-Philippe Chessel.

Cette plateforme a pour objectif d'être localisée dans la stratosphère (une position située au-dessus de l’espace dédié au trafic aérien et des jet-streams), avec la possibilité d'héberger des charges utiles.
Le projet est labellisé par le Pôle de compétitivité Pégase chargé de lancer la filière dirigeables en France[3] et par le pôle de compétitivité Techtera pour les innovations textile.

Sommaire

Plateforme multi-missionsModifier

Stratobus est une plateforme multi-missions en cours d'étude destinée à des applications aussi bien civiles que militaires dans les domaines de l'observation, Télécommunication et navigation [1].

Innovations techniquesModifier

Le concept Stratobus fait appel à des innovations techniques :[source insuffisante]

  • Un concentrateur solaire placé à l’intérieur du ballon (un brevet Thales Alenia Space[source insuffisante]) le concentrateur solaire et l’anneau permettant la rotation de l’enveloppe permettent de maximiser les Watts par kg et de réduire son encombrement[source insuffisante].
  • une pile à combustible réversible permettant de disposer à bord d’une quantité d’énergie de jour comme de nuit. La pile à combustible réversible alimentée par le générateur solaire accumule de l'énergie dans la journée, pour l'alimenter en énergie la nuit.
  • Un anneau passé autour du ballon permet d'effectuer une rotation de l'enveloppe de telle sorte que celui-ci soit toujours face au soleil en journée et en toute saison[source insuffisante].

TransportableModifier

L’enveloppe du ballon est étudiée pour être pliable et pour tenir dans un container de 40 pieds pour être transporté par voies maritimes, ferroviaires et aériennes[source insuffisante].

Un ballon sécuriséModifier

Stratobus dispose de matériaux d’enveloppe souples, volontairement non rigides pour optimiser la masse, en légère surpression[source insuffisante]. Elle contient trois enveloppes avec les fonctions suivantes : Deux d’entre elles serviront à faire l’étanchéité entre le gaz porteur et l’air externe, la troisième étant constituée d’un tissu résistant en fils de carbone[source insuffisante]. L’enveloppe propose une compatibilité des deux gaz porteurs l’hélium ou le dihydrogène.
Un parachute en forme d'aile permet une descente sécurisée de la nacelle en cas d'explosion du ballon [4].

Zones géographique d'utilisationModifier

En dehors des zones situées entre les tropiques, Stratobus pourra être utilisé pour des missions saisonnières comme la surveillance des incendies en forêts pendant les mois d’été.

Partenariat industrielModifier

Le partenariat est composé d'industriels européens, et de centres de recherche publique [2].

FinancementModifier

Stratobus, projet de recherche et développement collaboratif sur 2 ans, est financé à hauteur de 16,6 millions d’euros sous forme de subventions et d’avances récupérables, par le programme Investissements d'avenir (PIA), piloté par le Commissariat général à l'investissement (CGI) et opéré par Bpifrance[5].

Avancée du programmeModifier

  • Le 26 avril 2016, Thales Alenia Space reçoit sur son site de Cannes, la visite de Thierry Mandon, secrétaire d’État à la Recherche et à l’Enseignement supérieur[6]. En complément à sa visite dans les salles blanches c'est l’occasion d’échanger autour des grands enjeux de la société dans un monde du spatial en profonde mutation[7],[8]. Thales Alenia Space annonce le démarrage officiel du projet de Recherche et Développement Stratobus[9].
  • Entre 2016 et 2018, le programme fabrique un démonstrateur technique d' une valeur de 400 euros par l'équipe de Jean-pierre Prost pour valider le comportement dynamique[10].
  • Fin 2018, 45 millions d'euros ont été mobilisés pour les travaux de recherche et développement depuis le démarrage du projet[11].

Notes et référencesModifier

  1. a et b Interview Jean-Philippe Chessel par Thales Q&A
  2. a et b Rémy Decourt, « Le projet Stratobus », dans Air & Cosmos, no 2491, 11 mars 2016
  3. Jean-Philippe Chessel, « Stratobus : entre le drone et le satellite », Conférence faite au groupe Côte d'Azur de la 3AF le 1ermars 2016, Voir le blog 3AF Côte d'Azur
  4. Michel Bovas, « Le projet de dirigeable stratosphérique StratoBus est lancé », dans L'Usine Nouvelle, 27 avril 2016, Le projet de dirigeable stratosphérique StratoBus est lancé
  5. Finyear, 17 juin 2016, « Le projet Stratobus va bénéficier d’une aide de 16,6 M€ dans le cadre du Programme d’investissements d’avenir (PIA) opéré par Bpifrance »
  6. « Thierry Mandon, secrétaire d’État à la Recherche et à l’Enseignement supérieur en visite chez Thales Alenia Space », communiqué de presse Thales Alenia Space, 26 avril 2016, en ligne sur le site Thales
  7. Jean-Pierre Largillet, « Le coup de chapeau de Thierry Mandon à Thales Alenia Space! », dans WebTimeMedias, 27 avril 2016, en ligne sur le site WebTimeMedias
  8. Gaëlle Arama, « Thierry Mandon : "L'État doit continuer son effort" », dans Nice-Matin, 27 avril 2016, en ligne sur le site Nice-Matin
  9. Stratobus décolle !, Communiqué de presse Thales Alenia Space, 26 avril 2016, en ligne sur le site Thales
  10. « Stratobus : production du premier appareil en 2019 », sur Sciences et Avenir (consulté le 18 février 2019)
  11. « Thales Alenia Space : un premier prototype pour Stratobus », sur tribuca.net (consulté le 18 février 2019)

AnnexesModifier