Stockpile stewardship

Le stockpile stewardship est le programme américain de tests de fiabilité et de maintenance de son armement nucléaire sans recours à des tests en grandeur nature des armes.

Un véhicule de rentrée du missile Peacekeeper est soumis à un test d'environnement accidentel.

Historique du programmeModifier

Aucune nouvelle arme nucléaire n'ayant été produite aux États-Unis depuis 1992 les bombes déjà âgées deviennent potentiellement inopérantes car certaines matières les constituant vieillissent naturellement ou sous l'effet de la décroissance radioactive de certains isotopes comme le plutonium, l'électronique ou les matières organiques[1],[2]. Ce programme a été étendu à la notion de reconception basée sur une approche plus scientifique.

Relevant du département de l'Énergie des États-Unis (United States Department of Energy) il a donc pour objectif de tester par simulation informatique notamment (accompagné de manipulations ou essais ne sollicitant pas d'explosion atomique) et le cas échéant remettre en condition de fonctionnement l'arsenal nucléaire du pays, le stockpile stewardship utilisant essentiellement la simulation informatique recourant au Advanced Simulation and Computing Program. Nombre de laboratoires impliqués dans ce programme ont eu recours à des laboratoires universitaires pour des recherches assez fondamentales[3].

Sites et laboratoiresModifier

Le programme stockpile stewardship s'appuie sur un grand nombre de sites expérimentaux[2] :

RéférencesModifier

Liens externesModifier