Stations du carême

Les stations du carême correspondent à une tradition catholique. À l'origine, elle s'appliquait non pas à tous les fidèles de l'Église catholique romaine, mais à ceux qui avaient commis des crimes et se voyaient infliger la pénitence publique par l'Église. Cette pratique a connu un regain de vigueur à partir du milieu du XXe siècle sous l'impulsion de l'Académie pontificale pour le culte des martyrs.

HistoriqueModifier

À l'origine les stations du carême sont une fête religieuse : la messe est célébrée dans la ville de Rome, messe célébrée par le pape. Il s'agit d'une période qui correspond aux 40 jours de jeûne du carême [1].

C'est le pape Grégoire Ier qui a désigné pour chaque jour du carême une église de Rome comme église stationnale. Dans chacun des jours désignés (statis diebus) le pape, le clergé et le peuple se rencontraient à une autre église du quartier et allaient en procession publique à l'église de la station, où on célébrait la messe.[2].

La précision des stations se continuait, à partir du IXe siècle, dans les manuscrits du Sacramentarium Gregorianum Hadrianum, quel que soit le lieu de copie (normalement dans le royaume carolingien), quel que soit l'établissement de célébration, en rendant l'hommage au Saint-Siège.

Le rite des stations disparaît avec la papauté d'Avignon, mais on continuait à indiquer la station du jour dans toutes les éditions du Missel romain tridentin depuis la première[3] jusqu'à la dernière[4].

Actuellement, au jour fixé pour la station d'une église, les fidèles qui y participent à la liturgie se voient accorder une indulgence plénière ou, s'ils ne font que la visiter, une indulgence partielle[5].

Dans le Caeremoniale Episcoporum de 1984, on appelle « messe stationnelle » la messe que l'évêque diocésain, entouré par ses prêtres et ses ministres et avec la participation pleine et active de tout le peuple de Dieu, célèbre dans les fêtes principales de l'année.[6]

Les églises pour les stations à RomeModifier

Les églises stations de Rome sont les suivants[7] :

  1. début :
    1. Mercredi des Cendres : Église Sainte-Sabine
    2. Jeudi: Église San Giorgio in Velabro
    3. Vendredi: Basilique Santi Giovanni e Paolo
    4. Samedi: Basilique Sant'Agostino in Campo Marzio
  2. Premier dimanche de Carême : Archibasilique Saint-Jean-de-Latran
    1. Lundi: Basilique Saint-Pierre-aux-Liens
    2. Mardi: Basilique Sainte-Anastasie
    3. Mercredi: Basilique Sainte-Marie-Majeure
    4. Jeudi: Église San Lorenzo in Panisperna
    5. Vendredi: Basilique des Saints-Apôtres
    6. Samedi: Basilique Saint-Pierre
  3. Deuxième dimanche de Carême : Basilique Santa Maria in Domnica
    1. Lundi: Basilique Saint-Clément-du-Latran
    2. Mardi: Église Santa Balbina all'Aventino
    3. Mercredi: Église Sainte-Cécile-du-Trastevere
    4. Jeudi: Basilique Sainte-Marie-du-Trastevere
    5. Vendredi: Basilique Saint Vitale
    6. Samedi: Église Santi Marcellino e Pietro al Laterano
  4. Troisième dimanche de Carême : Basilique Saint-Laurent-hors-les-Murs
    1. Lundi: Basilique San Marco Evangelista al Campidoglio
    2. Mardi: Basilique Santa Pudenziana
    3. Mercredi: Église Santi Nereo e Achilleo
    4. Jeudi: Basilique Santi Cosma e Damiano
    5. Vendredi: Basilique San Lorenzo in Lucina
    6. Samedi: Église Sainte-Suzanne (Rome)
  5. Quatrième dimanche de carême : Basilique Sainte-Croix-de-Jérusalem
    1. Lundi: Basilique des Quatre-Saints-Couronnés
    2. Mardi: Église San-Lorenzo-in-Damaso
    3. Mercredi: Basilique Saint-Paul-hors-les-Murs
    4. Jeudi: Basilique San Martino ai Monti
    5. Vendredi: Église Sant'Eusebio (Rome)
    6. Samedi: Basilique San Nicola in Carcere
  6. Cinquième dimanche de carême : Basilique Saint-Pierre
    1. Lundi: Basilique San Crisogono
    2. Mardi: Église Santa Maria in Via Lata
    3. Mercredi: Église San Marcello al Corso
    4. Jeudi: Basilique Saint-Apollinaire (Rome)
    5. Vendredi: Église Saint-Étienne-le-Rond
    6. Samedi: Église San Giovanni a Porta Latina
  7. Dimanche des Rameaux : Archibasilique Saint-Jean-de-Latran
    1. Lundi: Basilique Santa Prassede
    2. Mardi: Église Santa Prisca
    3. Mercredi: Basilique Sainte-Marie-Majeure
    4. Jeudi: Archibasilique Saint-Jean-de-Latran
    5. Vendredi: Basilique Sainte-Croix-de-Jérusalem
    6. Samedi: Archibasilique Saint-Jean-de-Latran
  8. Le dimanche de Pâques : Basilique Sainte-Marie-Majeure
    1. Lundi : Basilique Saint-Pierre
    2. Mardi: Basilique Saint-Paul-hors-les-Murs
    3. Mercredi: Basilique Saint-Laurent-hors-les-Murs
    4. Jeudi: Basilique des Saints-Apôtres
    5. Vendredi: Panthéon (Rome)
    6. Samedi: Archibasilique Saint-Jean-de-Latran
  9. 2e Dimanche après Pâques (Quasimodo) : Basilique San Pancrazio

SourceModifier

Voir aussiModifier

RéférencesModifier

  1. églises des stations
  2. « CATHOLIC ENCYCLOPEDIA: Liturgy of the Mass », sur www.newadvent.org (consulté le )
  3. Manlio Sodi, Achille Maria Triacca, Missale Romanum Editio Princeps (1570) (Libreria Editrice Vaticana 1998
  4. publiée en 1962 par le pape Jean XXIII
  5. Enchiridion Indulgentiarum (Libreria Editrice Vaticana 1999), p. 77
  6. Caeremoniale Episcoporum (Typis Polyglottis Vaticanis 1985), p. 41
  7. Page du Vatican