Ouvrir le menu principal

Stade olympique de Merlebach

club français de football
SO Merlebach
Logo du SO Merlebach

Généralités
Couleurs Blanc et Rouge
Stade Stade de la Belle Roche -
Philippe Schuth
Siège Rue Pierre de Coubertin,
BP 10068,
57800 Freyming-Merlebach
Président Frédéric Baffelli

Le Stade olympique de Merlebach (SO Merlebach) est un club français de football fondé en 1925 et basé à Freyming-Merlebach, ville de 13 000 habitants située dans le département de la Moselle et la région Lorraine.

Le SO Merlebach évolue en 2006-2007 en Division d'Honneur Régional de Lorraine. Le club a évolué en Ligue 2 lors de la saison 1970-1971.

HistoriqueModifier

1900-1945Modifier

Le football fait son apparition dans l'est mosellan vers les années 1900-1905, à l'époque du Reichsland Alsace-Lorraine. Petite-Rosselle, Forbach et Stiring sont les premiers à fonder des clubs structurés avant la première guerre mondiale. En 1918, émerge le premier club de Merlebach, la Société Sportive de Merlebach (SSM). Sur les installations sommaires du Bremerhoff, elle fait jeu égal avec les meilleures formations régionales, AS Metz, CA Metz (le futur FC Metz), mais aussi des formations de Strasbourg, Luxembourg ou Sarrebruck. En 1925, L'Union Lorraine de Merlebach (ULM) voit le jour en tant que club omnisports, mais avec plus de moyens que la SSM, car placé sous l'égide de la Société Houillère "Sarre et Moselle"...

Sa croissance est telle que, le 4 mai 1927, les membres sportifs de l'ULM, réunis en assemblée extraordinaire, votent la dissolution de la section football de cette association et fondent le Stade Olympique de Merlebach (SOM), appellation choisie parce que le futur terrain de Belle-Roche (inauguré en 1928) aura les mêmes dimensions que le stade olympique de Colombes. Le SOM s'affilie à la Fédération française de football et à la Ligue de Lorraine de football le 23 août 1926. Elle dispute le championnat régional de 3e série sur le stade du Bremerhoff.

La fusion est alors envisagée puis voulue par le SOM et la SSM... mais chacun veut imposer sa dénomination. La décision se fera sur le terrain: le club vainqueur continuera sous son nom, le club vaincu sera dissous. Le match a lieu au stade des Barrières, le fief de la SSM : Le Stade Olympique de Merlebach l'emporte 3-1, imposant ainsi son nom pour l'avenir ! Le club gravit alors les différents échelons de la hiérarchie: 2e série en 1928-29, 1re série en 1929-30, Promotion d'Honneur en 1934-35, pour atteindre la Division d'Honneur en 1936-37 et obtenir son premier titre de champion de Lorraine en 1938-39, juste avant la Seconde Guerre mondiale.

En juillet 1940, durant la Seconde Guerre mondiale, la Moselle est annexée à l'Allemagne et plus particulièrement au Gau Westmark avec la Sarre et le Palatinat. Le SOM doit changer de nom et s'appelle désormais la Turn- und Sportgemeinschaft (TSG) Merlenbach (orthographié à l'allemande avec un n). La guerre suspend alors la carrière de joueur professionnel de Marcel Muller avec le FC Metz. Il n'a que 24 ans et signe au SO Merlebach dont il sera le plus grand joueur de l'histoire.

À l'issue de la saison 1942-43, le TSGM remporte la Bezirksliga de Moselle (D2) et gagne ainsi son billet pour la Gauliga Westmark (D1), où il rejoint deux autres mosellans, le FV Metz (FC Metz) et le TSG Saargemünd (AS Sarreguemines). C'est lors de cette saison 1943-44 que le SOM / TSGM sera opposé aux prestigieux clubs du FC Sarrebruck, FC Metz, Borussia Neunkirchen et FC Kaiserlautern. L'équipe finira huitième sur dix équipes, devançant Spire et... Kaiserslautern. La saison suivante, la Gauliga Westmark sera dissoute et Merlebach fera son retour au football français.

1945 - 2006Modifier

Ce n'est qu'après la fin de la guerre que le SO Merlebach prend sa véritable dimension. À partir de 1945/46, sous l'impulsion de l'entraîneur Marcel Muller, il participe 25 fois au Championnat de France amateurs (Division 3 ou CFA), dont 13 saisons consécutives de 1948/49 à 1960/61. Cette performance lui vaut le titre honorifique de Sénateur, partagé à l'époque par les seuls Annecy, Caen et Mulhouse au sein de l'élite nationale amateur. Le SOM y fera état de 629 points en 638 rencontres pour 246 victoires (à 2 points), 137 matches nuls, 255 défaites et une différence de points de 1012-1046 buts. Descendu de CFA, le SOM le retrouve en 1966, en même temps que son grand rival, l'US Forbach, qui abandonne le professionnalisme.

En 1969-70, Le club finit 4e du CFA Est, lui ouvrant les portes de la nouvelle Ligue 2, devenue open et appelée National, ce qui lui permet de rester amateur. Lors des trois dernières journées (alors que la création de cette nouvelle Ligue 2 était officiallisée le 19 avril 1970), le SO Merlebach battait successivement les Pierrots de Strasbourg (Vauban Strasbourg, futur champion de France de CFA 1970) et le FC Mulhouse avant de gagner son billet pour la Ligue 2 le 17 mai 1970 en battant la réserve du CS Sedan au stade de la Belle Roche. Cette saison-là, Merlebach surclassera Forbach à deux reprises, 4-0 à Forbach, 3-0 à Merlebach.

Mais cette saison 1970-71 de National/Ligue 2 tournera au cauchemar pour l'équipe de l'entraîneur Gaston Loeffler et du président Jean Moritz : Le SOM termine dernier du groupe Nord avec seulement 14 points, ne remportant que 2 de ses 30 matches, faisant 10 nuls et encaissant 18 défaites, marquant 27 buts pour en encaisser 57... Seuls Sochaux (équipe réserve) et Creil s'inclineront dans le bassin minier. 1971-72 voit ensuite Merlebach descendre à nouveau, cette fois en Division d'Honneur, pour trois petits points. La boucle est bouclée et des années de travail sont réduites à néant.

Le creux de la vague était atteint en 1975, année à partir de laquelle le club fut revitalisé avec l'arrivée à maturité de jeunes joueurs, la venue de nouveaux dirigeants et de l'entraîneur Robert Szczepaniak. Deuxième de Division d'Honneur en 1978 derrière Forbach, le SOM réalisait un coup de maître pour sa première année au sein de la toute nouvelle 4e division nationale en remportant le titre, retrouvant du même coup la 3e division, sept ans après. Szczepaniak partira alors à Thionville, qui accédait à la Ligue 2 et au professionnalisme... avant d'être remercié par Thionville après les matches allers de 1979-80 et de revenir à Merlebach.

Le SOM jouera cinq saisons en Division IV (actuel CFA 2) en 1978-79, de 1986-87 à 1989-90, et en 1998-99. Pour le reste, il a constamment opéré en Division d'Honneur, mis à part deux exercices en Division d'Honneur Régionale (2001-02, 2002-03).le club opère désormais en promotion d'honneur après une relégation en 2008.

Coupe de FranceModifier

Le SO Merlebach a atteint une fois les 1/16e de finale de la Coupe de France, en 1950/51, battu par St-Étienne à Troyes (0-3), et neuf fois les 1/32e de finale, écarté successivement par Mulhouse en 1938-39 (1-2 à Merlebach), St-Chamond en 1947-48 (0-5 à Besançon), Arras en 1948-49 (1-2 à St-Dizier), Billy-Montigny en 1951-52 (2-4 à Sedan), St-Étienne en 1957-58 (3-5 a.p. au Parc des Princes à Paris), Sochaux en 1961-62 (0-2 à Stiring-Wendel), le FC Metz en 1968-69 (0-2 à Forbach), Sampigny en 1969-70 (3-4 à St-Dizier) et Fontainebleau en 1981-82 (1-3 à Thionville).

L'épopée de 1957-58 est, sans conteste, le grand moment de gloire de toute l'histoire sportive du SOM. Le 12 janvier 1958, au Parc des Princes à Paris, devant plus de 13 000 spectateurs entièrement acquis à sa cause, puis conquis, Merlebach est à deux doigts de réaliser l'exploit face aux professionnels de l'AS Saint-Étienne, champions de France en titre qui, à la date de la rencontre, sont leaders invaincus de Division I. En effet, à cinq minutes de la fin, les mineurs lorrains mènent 3-2 et semblent avoir condamné les Stéphanois lorsque ces derniers arrachent l'égalisation in-extremis (86e), avant de se tirer d'affaire au cours de la prolongation (3-5).

PalmarèsModifier

  • Champion du groupe Est de Division IV : 1979
  • Champion de Lorraine de Division d'Honneur : 1939, 1947, 1948, 1966
  • Coupe de Lorraine : 1953, 1984, 1999
  • Champion de Bezirksliga (2e Gauliga Westmark) : 1943

Champions de Division IV 1978-79Modifier

Gardiens : Koeppel.
Défenseurs : Anastasowa, Schoumacher, Scheck, Sogne, Stauffer, Zenner.
Milieux : Billotte, Helle (capitaine), Potier, Schneider, Strukelj.
Attaquants : Domeneghetti, Hesse, Heitz, Karamol.

Ils ont disputé les 26 matches : Koeppel, Scheck, Potier, Bilotte, Hesse ; 25 matches : Anastasowa, Schoumacher, Helle.

Buteurs : Strukelj 11, Heitz 10, Potier 9, Scheck 6, Hesse 5, Billotte 2, Zenner, Karamol et Domeneghetti 1.

Effectif de Ligue 2 / National 1970-71Modifier

Gardiens : Altpeter, Bikinda, Grosz.
Défenseurs : Matusiak, Houselstein, Jacques, S. Konrady, Pirih.
Milieux : Chanot, Geschwind, Retzlaff, Schwinn, Violard.
Attaquants : Breitling, Buber, Colombino, Diaz, Hellé, Hoffmann, Huff, J. Muller, Nicolas, Ostrowski, Reichart, Sasal, Sliwinski, Stypulkowski, Toriello, Weber.

Meilleurs buteurs : Hoffmann 7, Huff et Buber 4.

JoueursModifier

EntraîneursModifier

23 entraîneurs successifs de 1925 à 2003 dont

  • 1945-1949 :   Marcel Muller
  • Henri Hiltl (9 saisons à partir de 1949)
  • Fernand Streule (8 saisons à partir de 1964)
  • Robert Szczepaniak (9 saisons à partir de 1975)

PrésidentsModifier

16 présidents successifs de 1925 à 2003 dont

  • Jean Gobert (ULM de 1925 à 1927)
  • Clément Lasserre (de 1927 à 1939)
  • Serre (de 1945 à 1948)
  • Dr Léon Ruyssen (de 1948 à 1958)
  • Théodore Nicolay (1958 à 1964)
  • Alphonse Heintz (1964 à 1969)
  • Moritz (1969 à 1971)
  • André Litscher (1971 à 1973)
  • Nivoix (1973 à 1975)
  • Constant Brasse (de 1975 à 1983)
  • André Charnal (1983 à 1988)
  • François Tatto (1988 à 1989)
  • Roland Hanser (de 1989 à 1992)
  • Marc Bakalara (de 1992 à 2000)
  • Pierre Frank (de 2000 au 05.11.2007)
  • Frédéric Baffelli (du 05.11.2007 au ????)

Saison 2006-07Modifier

 
S.O. Merlebach 2006

Entraîneur : Serge Missler. Ancien entraîneur de Petite-Rosselle, 41 ans, ancien joueur du SOM où il a été formé.

Nouveaux joueurs : Stéphane Chanot, Loïc Dufresne, Fabrice Margiotta et Eric Walker (Petite-Rosselle), Marcel Messaoudi (Longeville), Gilles Ananicz (Rohrbach-lès-Bitche), Eric Niederlander (Hilsprich), Michel Karmann et Jérémy Stauffer (Forbach), Mounir Hedfi (Farschviller).

Saison 2007-08Modifier

Liens externesModifier