Ouvrir le menu principal
Stade municipal de Beaublanc
Généralités
Noms précédents
Stade Jean Jaurès (1924-1947)
Surnom
Beaublanc
Adresse
20, boulevard de Beaublanc
87000 Limoges
Construction et ouverture
Construction
1920
Construction
1947-1951, 2012-2018
Ouverture
1924
Architecte
Monsieur Pécaud
Rénovation
1947, 2012, 2018
Extension
en cours
Démolition
2010-2012
Utilisation
Clubs résidents
USA Limoges (rugby) et Limoges Football Club (football)
Propriétaire
Ville de Limoges
Équipement
Surface
pelouse naturelle
Capacité
~14 000
Affluence record
17 592
Localisation
Coordonnées
Localisation sur la carte de la Haute-Vienne
voir sur la carte de la Haute-Vienne
Red pog.svg
Localisation sur la carte de France
voir sur la carte de France
Red pog.svg

Le Parc des sports de Beaublanc ou stade municipal de Beaublanc est un stade situé à Limoges près du Palais des sports de Beaublanc. Il a actuellement une capacité de 14 000 places après la fin de la première tranche des travaux (Octobre 2018), mais celle-ci devrait passer à 20 000 places après la seconde tranche des travaux, dont la date n'est pas encore communiquée.

C'est actuellement le terrain de jeu du Limoges rugby (USA Limoges) et de certaines sections sportives de l'ASPTT Limoges. Ce fut également le stade Limoges Football Club avant son déménagement au stade Saint-Lazare au sud-est de la ville.

L'enceinte se trouve dans le Parc de Beaublanc, vaste complexe sportif comprenant également le palais des sports et situé à l'ouest de la route de Poitiers au nord de la ville.

Sommaire

HistoireModifier

À son origine le site de Beaublanc était un domaine de 35 hectares situé entre la route de Bellac et de l’Aurence, au nord de la ville de Limoges. Propriété de la famille Ardant du Mas-Jambost, le site est acheté par la municipalité socialiste de Limoges, en 1920. A l'époque, cette dernière y envisage la création d’une cité-jardin bon marché et ainsi qu’un grand parc. Les paysagistes Nivet et Faure-Laurent soumettent au conseil municipal, un plan ambitieux comprenant un jardin d’agrément urbain, un espace de jeu, un casino, un stade, des cascades, ruisselets. Durant les années 1920 et 1930, le site de Beaublanc se transforme en un véritable parc. On y trouve notamment des installations sportives (terrains de basket-Ball, volley-Ball et handball) et un stade principal (pour la pratique du football et du rugby), le stade Jean-Jaurès, construit au cours de l’année 1924. Beaublanc devient alors en l’espace d’une décennie le lieu de nombreuses rencontres sportives et festivités marquantes. Ainsi, M. Pécaud est nommé, lors de la délibération du 7 août 1945, architecte principal, par la ville. Il décide, conjointement avec la Municipalité, d’y aménager un stade de tennis et de basket-Ball avec des tribunes, ainsi qu’un grand stade de football-rugby, dans la partie sud-est du Parc de Beaublanc. Commencés en mai 1946 pour le stade de basket-Ball et de tennis, les travaux sont terminés à la fin de l’année 1947. La municipalité décide alors de remplacé l'ancien stade Jean Jaurès dédié au football et au rugby par un stade plus moderne. Ce dernier, construit en 1947 et inauguré sous le nom de "Terrain d'honneur du Parc des Sports de Beaublanc" en 1951, a désormais une capacité d'accueil de 14 000 places minimum avec les pesages.

Le record d'affluence eut lieu en 1960, contre le Stade de Reims, lorsque que le Limoges Football Club jouait au stade municipal de Beaublanc. 17 592 spectateurs se déplacèrent au stade pour voir les limougeauds évoluer contre les vedettes professionnelles rémoises.

En 2007, le stade est utilisé pour le tournoi international de Football U18 organisé par "Lafarge Limoges Foot Avenir".

En 2012, la municipalité, commence sa rénovation avec la reconstruction de la tribune d'honneur et de la tribune sud. Ces travaux se terminent en Octobre 2018, portant la capacité à 14 000 places environ.

Une seconde tranche de travaux est toujours en discussion (elle avait été annoncée avant le retard pris pour la première tranche), avec l'objectif d'atteindre une capacité de 20 000 places.

Notes et référencesModifier

Voir aussiModifier