Sonja Sajzor

Sonja Sajzor, née le est une DJ, artiste visuelle, chanteuse et icône queer de Serbie[1]. Son nom Sonja Sajzor est une combinaison du prénom de l'actrice Sonja Savić et de Patrick Sajzor[2].

Sonja Sajzor
Image dans Infobox.
Sonja Sajzor lors de la Pride de Belgrade en 2017.
Biographie
Naissance
Nationalité
Activités
Période d'activité
Depuis Voir et modifier les données sur Wikidata
Autres informations
Genre artistique

JeunesseModifier

Sajzor a grandi à Šabac, une petite ville de l'ouest de la Serbie perçue comme « conservatrice » à l'encontre des droits des personnes LGBT+. Après son coming-out, Sajzor est mise à la porte de chez ses parents et exclue de son école. Elle emménagea alors à Belgrade avec son copain, au même moment, elle fait ses débuts dans les événements de la scène LGBT+ de la ville[3]. Après 4 mois de vie commune, Sonja et son copain sont violemment agressés dans la rue, forçant Sajzor a retourné à Šabac[4] où elle reprit sa scolarité et tomba dans une profonde dépression.

Ses premières apparitions publiques à l'âge de 16 ans, elle participaient alors à des récitals de poésies satiriques. Elle y critiquait la politique de son pays tout en intégrant à ses textes d'autres genres artistiques comme du burlesque et des passages de stand-up.

Carrière professionnelleModifier

Sajzor est devenue l'une des deux premières drag queen de Serbie. Au même temps, elle faisait ses débuts sur les réseaux sociaux[1]. Elle a commencé à partager sa transition à travers des photos et des performances artistiques disponibles en ligne sur le site Tumblr sous le nom SEDAM – 7 godine Sonje (SEPT – 7 années de Sonja)[5].

Ses photos montrent le processus de quête du genre de Sonja depuis son adolescence jusqu'à son entrée dans l'âge adulte.

Elle a également fait la une du magazine Optimist, le seul magazine LGBT+ de Serbie[6].

En , Sonja est repérée par la chanteuse croate Ida Prester qui la fit jouer dans son clip U tvojoj glavi[7]. Après avoir gagné en popularité, Sonja revint à Belgrade et travailla comme barmaid. En , elle fonda The Tronic Lab, un collectif artistique visant à promouvoir les performeurs queer et la culture drag[8],[5]. Ils se produisent le plus souvent dans le club Drugstore à Belgrade[9].

La version locale du magazine Vice réalisa un portrait de Sonja Sajzor diffusé sur la chaîne de télévision serbe Prva le . Dans ce reportage, Sajzor aborde sa transition, la lutte pour les droits des personnes LGBT+, la culture drag, l'art et ses combats quotidiens[10].

MusiqueModifier

Elle liste Siouxsie Sioux, Nina Hagen, Lydia Lunch et Lene Lovich parmi ses principales influences. À 13 ans, Sonja vit à la télévision la performance des Scissors Sisters sur la scène du festival Exit à Novi Sad en Serbie. C'est à partir de ce moment là qu'elle commença à s'intéresser à la culture drag. En tant que chanteuse, ses textes parlent de peines de cœur et d'histoires d'amour impossible[1].

Sonja s'intéresse à la musique électronique depuis son plus jeune âge. Elle est aussi DJ et ses sons mixent différents genres musicaux comme la witch house, l'électro indie et le cyber pop[11]. Elle a une certaine nostalgie pour la musique et les sons de la fin des années 1990 et début des années 2000[12].

En fin d'année 2018, Sajzor a sorti son premier album intitulé Prudence. Elle est l'autrice de tous les textes de l'album tandis que le duo art pop Ensh a réalisé la musique[13].

DiscographieModifier

AlbumModifier

- Prudence (2018)

SingleModifier

- Heartbroken ft. Ensh (2017)

- Loner's Lament (2017)

- Fragile Blues (2018)

- All Hell Breaks Loose (2018)

Notes et référencesModifier

  1. a b et c (en) « The raw, unfiltered life story of Serbia's new queer icon », Vice, (consulté le )
  2. (sr) Darija Basta, « Upoznajte Sonju Sajzor, srpsku vogerku », sur Vice (consulté le )
  3. (sr) « Ikona e komunitetit trans në Serbi rrëfen luftën e saj të brendshme në këngën Heartbroken », sur Historia IME, (consulté le )
  4. (sr) Lazara Marinković, « Sedam godina transformacije trans umetnice Sonje Sajzor », sur Vice (consulté le )
  5. a et b (sr) « Sedam godina transformacije trans umetnice Sonje Sajzor », sur Vice (consulté le )
  6. (sr) « Optimist - Broj 25 - 01. septembar 2015. - Sve novine na jednom mestu! », sur Novinarnica (consulté le )
  7. (sr) « FRAU CASIO vs. MKDSL 'U tvojoj glavi' », sur YouTube, (consulté le )
  8. (sr) Predrag Azdejković, « Sonja Sajzor – Regionalna dreg zvezda – Optimist – Vodič kroz gej Srbiju » (consulté le )
  9. (en) « SEVEN - a virtual exhibition by Sonja Sajzor » (consulté le )
  10. (sr) « Sonja Sajzor », sur Video (consulté le )
  11. (sr) « Sonja Sajzor prvi put all night long u klubu KPTM », sur Noizz.rs, (consulté le )
  12. (sr) « Sonja Sajzor prvi put all night long u klubu KPTM », Noizz.rs,‎ (lire en ligne, consulté le )
  13. (sr) « Album Sonje Sajzor se pleše u samoći », sur Noizz.rs, (consulté le )

Liens externesModifier

  • Ressource relative à la musique  :