Ouvrir le menu principal

Sin Saimdang

femme de lettres et peintre coréenne
Sin Saimdang
Shin Saimdang.jpg
Naissance
Décès
Voir et modifier les données sur Wikidata (à 46 ans)
PajuVoir et modifier les données sur Wikidata
Romanisation révisée
Sin SaimdangVoir et modifier les données sur Wikidata
McCune-Reischauer
Sin SaimdangVoir et modifier les données sur Wikidata
Activités
Conjoint
Yi Weon-su (d)Voir et modifier les données sur Wikidata
Enfant

Sin Saimdang, née le à Gangneung dans la province du Gangwon, morte le (à 46 ans), à Paju, est une poète, peintre et calligraphe coréenne de la dynastie Joseon. Considérée comme un modèle des idéaux confucéens, elle est surnommée la « Mère Sage » (어진 어머니)[1],[2]. Elle est la mère de Yulgok Yi I.

BiographieModifier

Sin Saimdang est née et a grandi à Gangneung, une ville portuaire de l'est de la Corée, située au pied du mont Odae. Son père, Sin Myeonggwa travaillait au service du gouvernement, mais il ne participait pas activement à la vie politique. Saimdang avait quatre petites sœurs et son grand-père l'éleva comme si elle était un petit-fils, ce qui lui a donné une éducation peu commune pour l'époque.

À 19 ans, elle se marie avec le commandant Yi Won-su (이원수), mais habite souvent dans la maison familiale, afin de s'occuper de sa mère après la mort de son père. Elle accompagne toutefois son mari dans ses postes officiels à Séoul et en province. Sin Saimdang meurt subitement à l'âge de 46 ans dans la région de Pyongan, où elle avait déménagé.

Son troisième fils, Yi I, est considéré comme l'un des plus grands érudits confucéens de Corée. Yi Mae-chang, sa fille ainée, et Yi Wu, son quatrième fils, ont également acquis de la notoriété en peinture et en poésie.

ŒuvresModifier

L'art de Sin Saimdang est reconnu pour sa délicate beauté. Ses thèmes favoris étaient les insectes, les fleurs, les papillons, les orchidées, les raisins et les paysages. Elle est à l'origine du Chochungdo, un style qui consiste en la représentation de plantes et d'insectes. Une quarantaine de ses œuvres sont connues, bien d'autres existent probablement[1]. Ses calligraphies ont presque toutes disparu, mais son style était très apprécié à l'époque.

Poésie :

  • Regard en arrière vers la maison de mes parents en traversant le col de Daegwallyeong (유대관령망친정)
  • Pensée pour les parents (사친), poème sur sa dévotion envers sa mère.

Peintures :

  • Paysage (자리도)
  • Montagnes et rivières (산수도)
  • Peinture d'insectes et d'herbe (초충도)
  • Oie parmi les roseaux (노안도)

Sin Saimdang est représentée sur le billet de 50 000 wons, choisie comme exemple pour les femmes coréennes de conciliation entre la vie familiale et la carrière professionnelle[3].

PostéritéModifier

 
Billet de 50 000 wons représentant Sin Saimdang (1504-1551).
  • En juin 2009, le billet de 50 000 wons (somme respectable dans la vie quotidienne) fait son apparition. La parution tardive de cette grosse coupure est due à la volonté des pouvoirs publics de rendre plus difficile la corruption et les dessous de table[5]. Ce billet représente Sin Saimdang.

BibliographieModifier

Liens externesModifier

Notes et référencesModifier