Simon VIII de Lalaing

Simon VIII de Lalaing, né vers 1405 et décédé le 15 mars 1477[réf. nécessaire] (ou 1476) est un aristocrate membre de la Maison de Lallaing. Il est le second fils d'Othon, seigneur de Lalaing, et de Yolande de Barbançon, dame de Montigny (en néerl. Jolente van Barbançon). Il est seigneur de Montigny, de Bugnicourt Saint-Christophe et de Santes.

Simon VIII de Lalaing
Illustration.
Fonctions
Amiral des Flandres
Prédécesseur Jacob van Horne (nl)
Successeur Othon de Lalaing ou Joost de Lalaing[1],[2]
Seigneur de Montigny
Prédécesseur Othon de Lalaing
Successeur Josse de Lalaing
Biographie
Dynastie Maison de Lalaing
Date de naissance
Date de décès 1476 ou 1477
Père Othon, seigneur de Lalaing
Mère Yolande de Barbançon, dame de Montigny

BiographieModifier

En 1431, il fut adoubé chevalier de l'Ordre de la Toison d'Or. Il fut Amiral des Flandres (en néerl. admiraal van Vlaanderen) de 1436 à 1462, puis il transmit cette charge à son fils aîné Othon de Lalaing (†1441). Entre 1437 et 1438, avec l'approbation de Philippe le Bon, il mena les actes de piraterie à l'encontre des navires anglais à partir de la cité de L’Écluse. Bien que n'étant plus amiral, en 1464, il participa à la préparation de la flotte pour la croisade contre les Ottomans prêchée par le pape Pie II. La croisade fut dirigée par Antoine, bâtard de Bourgogne, et Simon s'y embarqua aussi.

Simon de Lalaing mourut le [réf. nécessaire] et fut inhumé à l'abbaye de Deinze.

Titres et chargesModifier

  • Capitaine de l'Écluse
  • Grand veneur et amiral de Flandre (nl)[3]
  • Gouverneur du Luxembourg
  • Ambassadeur de France auprès du Saint-Siège dans le Saint Empire
  • Lieutenant général de la croisade
  • Membre du grand conseil et du conseil étroit
  • 1431 [4] nommé à Lille chevalier de la Toison d'or sous Philippe le Bon brevet numéro 27 en remplacement de Jehan de Neufchatel numéro 25
  • 1434 guerre de Picardie
  • 1447 défense de la ville d'Audenarde 60 lances et 200 archers contre 30 000 Gantois[5]
  • 1453 empêche la duchesse de Bourgogne de tomber dans un piège tendu par les Gantois
  • 1456 négociateur de Philippe le Bon auprès du roi de France
  • 1458 représentant du duc au jugement du duc d'Alençon

Mariage et descendanceModifier

Il épouse le , Jeanne de Gavre, dame d'Escornaix, héritière de Nederbrakel et de Zarlardinge, fille d'Arnold VII et veuve de Victor de Flandre[6] (elle mourut le et fut également enterrée à Deinze). De cette union sont nés :

AscendanceModifier

Voir aussiModifier

Notes et référencesModifier

  1. L'article Amiral des Flandres (nl) indique un certain Simon van Lalaing pour la période 1436 - 1462. Cependant il semble qu'un autre porteur du titre ait également existé à la même période : Jan van Luxemburg (1400-1466). L'article explique la possibilité de nommer des porteurs de titres temporaires. Il est possible d'envisager soit des commanditaires pour des zones définies, soit des luttes d'influences entre grands personnages de l'époque.
  2. L'article Simon de Lalaing (en) indique que Simon transmit la charge à son fils Othon quand l'article Simon van Lalaing (nl) indique clairement que son successeur à ce titre est Jooste.
  3. L'article amiral de Flandre (nl) indique un certain Simon van Lalaing pour la période 1436 - 1462.
  4. L'article Liste des chevaliers de l'ordre bourguignon de la Toison d'or#Premier chapitre (Lille, 1431) indique un certain Simon de Lalaing pour cette année-là.
  5. L'article Liste des sièges de la guerre de Cent Ans indique un siège d'Audenarde en 1452.
  6. Page 203 - Galerie Douaisienne ou Biographie de la Ville de Douai par Hippolyte-Romain-Joseph Duthillœul - imprimé par Adam Aubers à Douai en 1884 - archivé à la Bibliotheca Bodletana numérisé par Google Books

SourcesModifier

  • (en) Cet article est partiellement ou en totalité issu de l’article de Wikipédia en anglais intitulé « Simon de Lalaing » (voir la liste des auteurs).
  • Charles-Joseph de Francquen: Recueil historique, généalogique, chronologique et nobliaire des maisons et familles illustres et nobles du royaume, 1826, Abschnitt Lalaing, Seite 8/9.
  • Raphaël de Smedt (Hrsg.): Les chevaliers de l’ordre de la Toison d’or au XVe siècle. Notices bio-bibliographiques. 2. Auflage, Peter Lang, Frankfurt 2000, (ISBN 3-631-36017-7) (Kieler Werkstücke. Reihe D, n° 3), n° 26.
  • Detlev Schwennicke: Europäische Stammtafeln Band XXVIII, 2011, Tafel 56.
  • (nl) Sicking, L. (1998): Zeemacht en onmacht, Maritieme politiek in de Nederlanden, 1488-1558, De Bataafsche Leeuw, Amsterdam.

Liens externesModifier