Ouvrir le menu principal
Colline de Pilar

Le siège de Porto dura un peu plus d'un an, de juillet 1832 à août 1833, pendant lesquelles les troupes libérales de Pierre IV du Portugal se trouvèrent assiégées par les forces absolutistes fidèles à Michel Ier de Portugal.

C'est à cette résistance héroïque que la cause libérale devra sa victoire au Portugal. Au côté des libéraux, durant le siège de Porto, combattront entre autres Almeida Garrett, Alexandre Herculano et Joaquim António de Aguiar.

Article général Pour un article plus général, voir Guerre civile portugaise.

Occupation de Porto et premières rencontresModifier

Entrant à Porto le jour suivant le débarquement à Mindelo, le 9 juillet 1832, l'armée de libération trouve la ville abandonnée par les troupes royales, dont les chefs, ignorant le nombre exact des forces ennemies, avaient préféré se retirer.

Le Vicomte de Santa Marta, commandant suprême de la division royaliste opérant entre Figueira da Foz et Vila do Conde, décide de s'établir à Vila Nova de Gaia. Le jour où les troupes libérales entrent dans la ville, il ordonne de faire feu contre les occupants. Le 10 juillet, en riposte, l'amiral libéral anglais Rose George Sartorius envoie ses navires dans la barre du fleuve Douro laissant la voie libre à la Division du lieutenant-colonel João Schwalbach, qui traverse le fleuve et occupe la colline de Pilar, à Vila Nova de Gaia, obligeant les royalistes à se retirer précipitamment jusqu'à Oliveira de Azeméis.

Pendant ce temps, João Schwalbach avance ses troupes jusqu'au lieu-dit du Alto da Bandeira (Mont du drapeau) et poste des gardes avancées à Carvalhos. Les deux armées s'observent sans qu'aucune de deux n'ose une action d'envergure.

Le 18 juillet une première attaque violente des royalistes échoue. Cinq jours après, à Penafiel où une colonne libérale s'était aventurée, une confrontation éclate ; les troupes libérales défont les royalistes et retournent à Porto, après avoir exercé de nombreuses brutalités, renforçant la mauvaise image, bien entretenue par le clergé, qu'ils avaient parmi la population.

BibliographieModifier

  • DÓRIA, António Álvaro. Movimentos Políticos do Porto no Século XIX
  • MARTELO, David (2001). Cerco do Porto 1832-33 – A Cidade Invicta. Lisboa
  • MARTINS, Oliveira (1881) Portugal Contemporâneo. Lisboa
  • NAPIER, Almirante Carlos. Guerra da Sucessão em Portugal. 2 vols.
  • OWEN, Hugh (1915). O Cerco do Porto contado por uma Testemunha - O Coronel Owen. Porto.
  • SORIANO, Simão José da Luz (1889). História do Cerco do Porto. Lisboa