Ouvrir le menu principal

Shakhovite
Catégorie IV : oxydes et hydroxydes[1]
Image illustrative de l’article Shakhovite
Shakhovite - Laurion Grèce
Général
Classe de Strunz 4.FB.05
Formule chimique H3Hg4O6Sb Hg4SbO3(OH)3
Identification
Masse formulaire[2] 1 023,14 ± 0,08 uma
H 0,3 %, Hg 78,42 %, O 9,38 %, Sb 11,9 %,
Couleur vert frais, vert olive à gris plomb
Classe cristalline et groupe d'espace domatique ; Im
Système cristallin monoclinique
Réseau de Bravais centré I
Clivage bon
Cassure fragile, cassant
Habitus aplati, souvent en feuilles
Échelle de Mohs 3 à 3.5
Trait jaune verdâtre
Éclat adamantin
Propriétés optiques
Indice de réfraction a=2.03, b=2.03, g=2.03
Biréfringence Δ = 0.0000
Transparence semi-transparent
Propriétés chimiques
Densité 8.34 à 8.51
Propriétés physiques
Radioactivité aucune

Unités du SI & CNTP, sauf indication contraire.

La shakhovite est une espèce minérale de formule Hg4SbO3(OH)3. Minéral fragile assez peu répandu qui se trouve généralement en cristaux plats de l'ordre de 2 mm[3].

Sommaire

Caractéristiques physico-chimiquesModifier

Critères de déterminationModifier

Décrite par Tillmanns & Al en 1982[4] et dédiée à Feliks Shakhov (шахов → шаховит) (1894-1971), directeur du département de géochimie de l'Académie des Sciences d'URSS.

TopotypeModifier

Il existe deux topotypes :

  • Khaidarkan, Vallée de Fergana, Osh Oblast, Kirghizistan (ex-URSS)[5].
  • Kelyana, district de Baunt, République de Buriatia, Sibérie Russie


Les échantillons types sont déposés :

  • Musée de géologie sibérienne, Académie des Sciences de Novosibirsk, N° BII-30
  • Institut des mines de St. Petersburg, No 1212
  • Musée minéralogique A. E. Fersman, Académie des Sciences de Moscou N°, 81603.

Caractéristiques physico-chimiquesModifier

CristallographieModifier

  • Paramètres de la maille conventionnelle : a = 4,871 Å, b = 15,098 Å, c = 5,433 Å, Z = 2; beta = 98,86 ° V = 394,79 Å3
  • Densité calculée = 8,61

Gîtes et gisementsModifier

Gîtologie et minéraux associésModifier

Gîtologie 
Minéral secondaire issu de la transformation secondaire et tardive dans les couches d'oxydation de filons de cinabre-stibnite.
Minéraux associés 
Calomel, eglestonite, mercure natif, montroydite, terlinguaite, corderoite, kelyanite, kuznetsovite, et des oxydes d'antimoine (Gisement de Kelyana au Kirghizistan).
Calomel, cinabre, mercure natif, malachite, goethite (Landsberg, Allemagne).

Gisements producteurs de spécimens remarquablesModifier

Attique, Laurion
Osh Oblast, Alai Range
Sibérie Est, Transbaïkalie

Notes et référencesModifier

  1. La classification des minéraux choisie est celle de Strunz, à l'exception des polymorphes de la silice, qui sont classés parmi les silicates.
  2. Masse molaire calculée d’après « Atomic weights of the elements 2007 », sur www.chem.qmul.ac.uk.
  3. The Handbook of Mineralogy Volume III, 1997 Mineralogical Society of America by Kenneth W. Bladh, Richard A. Bideaux, Elizabeth Anthony-Morton and Barbara G. Nichols
  4. American Mineralogist (1981): 66: 1101.
  5. Belousov, V.I. (2002): Ore-Clastic Olistostromes, Ore Clasts, and Allochthonous Antimony–Mercury Deposits in the Alay Range, Southern Tien Shan. Lithology and Mineral Resources 37(3), 251-265.

Sur les autres projets Wikimedia :