Ouvrir le menu principal

Sergueï Scheideman

général russe, chef de corps d'armée
Sergueï Scheideman
Biographie
Naissance
Décès
Nationalités
Allégeance
Formation
Activité
MilitaireVoir et modifier les données sur Wikidata
Autres informations
Arme
Grade militaire
Général de cavalerie (en)Voir et modifier les données sur Wikidata

Sergueï Mikhaïlovitch Scheideman, en russe Сергей Михайлович Шейдеман, né le et mort en , est un général de cavalerie russe, chef de corps d'armée lors de la Première Guerre mondiale.

Sommaire

CarrièreModifier

 
La bataille de Łódź,novembre 1914, carte russe.

Il est formé au corps des cadets de Poltava et achève en 1877 sa formation à l'École d'artillerie de Saint-Pétersbourg, après quoi il est affecté à une batterie d'artillerie de campagne avec le grade de podporuchik (en) (un grade de lieutenant). Il combat par la suite dans la 3e Brigade d'artillerie du Régiment des Grenadiers de la Garde lors de la guerre russo-turque de 1877-1878. En 1883, il achève sa formation à l'École d'État-major du tsar Nicolas et devient capitaine de compagnie. Il est alors affecté dans le district militaire de Kiev et devient aide de camp à la 11e division de cavalerie. De 1888 à 1889, il commande une troupe du 34e régiment de dragons de Starodoub, part en 1892 à l'État-major du IIe Corps d'armée, est promu colonel en 1894, puis est aide de camp du district militaire de Kiev jusqu'en 1896. De 1896 à 1901, il est chef de la 4e Division de cavalerie, et dirige pendant un an le 1er Régiment de dragons de Moscou. Jusqu'en 1906, il est à l'État-major du district de Moscou où il finit major général du quartier-général. Fin 1906, Scheideman est nommé pour deux ans au district militaire d'Extrême-Orient et devient lieutenant général. De 1908 à 1912, il commande la 3e division de cavalerie à Kaunas. En mai 1912, il est chef du IIe Corps d'armée du district de Vilnius qu'il commande au début de la Première Guerre mondiale.

Son unité, appartenant à la 1ère armée, prend part en août 1914 à l'entrée des troupes russes en Prusse-Orientale (en). Après la mort du général Samsonov qui se suicide à la suite de la catastrophe de la bataille de Tannenberg, Scheideman lui succède à la tête de la 2e armée qu'il mène à la bataille de la Vistule entre Varsovie et la forteresse de Modlin, puis à la bataille de Łódź.

Le lieutenant Bauermeister, officier du service de cryptographie du haut état-major allemand, raconte comment il a pu décrypter le code radio de l'armée russe au milieu de la bataille de Łódź et prendre ainsi connaissance de la confusion qui régnait dans l'armée russe : « Dans un des radiogrammes déchiffrés par moi, le général de cavalerie Scheideman, commandant du 11e C.A. russe, s'adressait ainsi au commandement d'armée : "Je vous prie de me faire connaître par T.S.F. quel corps se trouve au nord et quel corps au sud du mien. La situation est des plus critiques. J'ai perdu tout contrôle. Informez-moi sur la situation générale. Scheideman" »[1].

Il est alors démis de ses fonctions et nommé commandant du 1er Corps d'armée du Turkestan qu'il dirige jusqu'en juin 1917, notamment lors de l'offensive Broussilov en 1916, puis affecté à la réserve du district militaire de Kiev. Il est rappelé en novembre 1917, commande un temps la 10e armée, puis entre l'année suivante au service de l'Armée rouge alors en train de se constituer, dont il dirige des troupes dans la région de Riazan durant la guerre civile russe. Emprisonné peu après, il meurt probablement en détention.

Notes et référencesModifier

  1. Lieutenant Bauermeister, La Guerre dans l'ombre: Souvenirs d'un officier du service secret du Haut commandement allemand, Nouveau Monde, 2012 [1]

BibliographieModifier

  • (ru) К. А. Залесский, Кто был кто в Первой мировой войне. АСТ, 2003, pp. 670–672.

Liens externesModifier