Sergio Ortega

musicien chilien
Sergio Ortega
une illustration sous licence libre serait bienvenue
Biographie
Naissance
Décès
Nationalités
Formation
Activités
Enfant
Chañaral Ortega-Miranda (en)Voir et modifier les données sur Wikidata
Autres informations
Instrument
Maîtres
Gustavo Becerra-Schmidt (en), Roberto Falabella Correa (d)Voir et modifier les données sur Wikidata
Genres artistiques
Nueva canción, musique de chambre, musique symphonique, opéra, Lied, political song (d), compositeur de musique de film (d)Voir et modifier les données sur Wikidata
Distinctions
Œuvres principales
El pueblo unido jamás será vencido, Venceremos (d), Splendor and Death of Joaquin Murieta (d), La fragua (d)Voir et modifier les données sur Wikidata

Sergio Ortega, né le à Antofagasta et mort le à Paris, est un compositeur et pianiste chilien.

BiographieModifier

Sergio Ortega, né en 1938 à Antofagasta dans le nord du Chili, est le fils d'un radiologue. Il est scolarisé chez les jésuites, puis commence une spécialisation en architecture à Santiago qu'il abandonne pour étudier la musique[1].

Il apprend la composition au Conservatoire national de l'Université du Chili auprès de Gustavo Becerra-Schmidt (en) et Roberto Falabella (es)[2] et devient professeur en 1969[3].

Il fait la connaissance du poète chilien Pablo Neruda avec lequel il travaille en collaboration, notamment pour composer un opéra à partir de la pièce de théâtre Joaquim Murieta en 1966[1].

Pendant la période de l'Unité populaire, il est directeur de la télévision Canal nueve et participe à la commission nationale de propagande du Parti communiste du Chili. Il contribue à la formation et au lancement des Quilapayún[1].

Après le coup d'État et le renversement du gouvernement Allende en 1973, il quitte le Chili et s'établit en France. En 1978, Ortega visite l'URSS, participe au festival « Œillet rouge ».

Représentant d'un mouvement d'expression musicale connu sous le nom de « Nueva Canción Chilena » (la nouvelle chanson chilienne), ses caractéristiques sont des éléments du folklore et un engagement pour la justice sociale.

Sergio Ortega compose de nombreux opéras, cantates et musiques de films dont les plus connues sont les chansons El pueblo unido et Venceremos (Nous vaincrons - thème de la campagne présidentielle de Salvador Allende[4]), composées pour l'Unité populaire du Chili (alliance entre le Parti socialiste et le Parti communiste). Il est l'auteur de la musique du classique du nouveau cinéma chilien, Le Chacal de Nahueltoro.

De 1981 à 2003, il est directeur de l'École nationale de musique à Pantin où il donne de nombreux cours de composition aux jeunes Pantinois.

Il meurt le [5] à l'hôpital Saint-Louis d'un cancer au pancréas à l'âge de 65 ans[6]. Un hommage lui est rendu dans la ville de Pantin avant qu'il ne soit inhumé à Santiago[7].

Liens externesModifier

Notes et référencesModifier

  1. a b et c Francis Combes, « Mort du musicien révolutionnaire Sergio Ortega », sur humanite.fr, .
  2. « Ortega Sergio (1938-2003) », sur universalis.fr (consulté le ).
  3. Olivier Perrin, « Sergio Ortega, l'hymne final du combattant chilien », sur letemps.ch, .
  4. « Sergio Ortega », sur lemonde.fr, .
  5. « Fichier des décès », sur deces.matchid.io (consulté le ).
  6. « Réfugié à depuis 1973 le compositeur officiel d'Allende est mort », sur leparisien.fr, .
  7. Vincent Mongaillard, « Pantin rendra hommage à Sergio Ortega mercredi », sur leparisien.fr, .